Transfuge (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir transfuge.

Transfuge
image illustrative de l’article Transfuge (revue)

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuel
Genre Littérature et cinéma
Prix au numéro 6,90 
Date de fondation 2004
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Vincent Jaury
Rédacteur en chef Vincent Jaury
ISSN 1765-3827
Site web http://www.transfuge.fr/

Transfuge est un magazine culturel mensuel consacré à la littérature et au cinéma.

Histoire[modifier | modifier le code]

La revue a été fondée en janvier 2004 par Vincent Jaury (directeur de la rédaction) et Gaëtan Husson. Le magazine Transfuge a pour ambition de couvrir l'actualité culturelle contemporaine[1]. Oriane Jeancourt Galignani est rédactrice en chef littéraire, Damien Aubel est rédacteur en chef cinéma.

Au départ, le magazine Transfuge se présente comme revue trimestrielle de littérature étrangère, uniquement vendue en librairies, à un tirage de 2400 exemplaires. Son premier numéro sort en janvier 2004 et se consacre à la littérature chinoise, à l'occasion du salon du livre de Paris. Et une cover sur Bret Easton Ellis qui se fait remarquer en septembre 2005, ainsi qu'un numéro spécial sur la nouvelle littérature anglaise en janvier 2005. Les libraires soutiennent d'emblée le titre. En septembre 2006, le magazine passe bimestriel. En septembre 2007, Transfuge s'ouvre au cinéma, avec sa première cover ciné sur John Malkovich. En septembre 2008, le magazine devient mensuel et se vend en plus des librairies en kiosques.

Il se choisit comme base line « Choisissez le camp de la culture » (trouvaille de Rodolphe Hirsch), pour montrer l'aspect dissident du magazine.

Il soutient depuis ses débuts en littérature Simon Liberati, Charles Dantzig, Catherine Millet, Philippe Sollers, Yannick Haenel, Jean-Jacques Schul, Patrick Deville, Adonis[Lequel ?], Nick Toshes, William T. Volmann, Daniel Mendelsohn. Le magazine, toujours à la recherche de nouveautés, défend aussi de jeunes auteurs comme Gary Shteyngart, Jean-Noel Orengo, Thomas Clerc, Nicolas Klotz, Caroline Fourest, Serge Bozon, Arnaud Viviant, William T. Vollmann, Thomas Clerc, Stéphane Zagdanski, Antoine de Baecque, Yann Moix, ou David Gilbert. Le magazine s'en prend vivement à des écrivains à succès comme Michel Houellebecq, Virginie Despentes, Philippe Djian, Annie Ernaux, Laurent Binet et Amélie Nothomb.

En cinéma, il supporte le cinéma indépendant contre le Mainstream, Jim Jarmush, Gaspar Noé, Albert Serra, Bruno Dumont, Rabah Ameur-Zaïmeche, Hong Sang Soo, James Gray, Paul Thomas Anderson, Michel Franco, Alexandre Sokourov, Christophe Honoré, Arnaud Desplechin, et des cinéastes prometteurs comme Laslo Nemes, Justine Triet, Lucie Borleteau, Robin Campillo, Arthur Hariri, Luca Guadagnino, Benoît Forgeard, Nadège Trebal, ou encore Emir Baigazin. Il considère en revanche que Jacques Audiard ou Jia Zangkhe sont de fausses valeurs.

Le romancier François Bégaudeau est très impliqué dans le magazine depuis le début de l'aventure.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]