Transferts (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Transfert.
Transferts
Titre original Transferts
Genre anticipation
science-fiction
thriller
Création Claude Scasso
Patrick Benedek
Production Patrick Benedek
Joël Santoni
Sébastien Leray
Christophe Louis
Acteurs principaux Arieh Worthalter
Brune Renault
Musique David Imbault
Pays d'origine Drapeau de la France France
Chaîne d'origine Arte
Nb. de saisons 1
Nb. d'épisodes 6
Durée 58 minutes
Diff. originale

Transferts est une série télévisée d’anticipation française de six épisodes de 58 minutes créée par Claude Scasso et Patrick Benedek diffusée les et sur Arte[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Dans un futur proche, Florian, ébéniste et père de famille à la vie paisible, se réveille après cinq ans de coma dans le corps de Sylvain, capitaine de police à la BATI, la brigade qui traque les personnes « transférées » (dont l'esprit a été transféré d'un corps à un autre, la science ayant entre-temps rendu cela possible). Légalisés à des fins thérapeutiques, les « transferts » sont devenus interdits suite à des rejets appelés « contre-transferts » (comparables à la démence)[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Tournage[modifier | modifier le code]

Bien que française, la série a été tournée en Belgique d'avril à juin 2016[3]. On peut notamment y reconnaître l'ancien siège d’Axa-Royale belge, l'église du Béguinage, le Flagey, le palais des Beaux-Arts (Bozar) et le pavillon des Passions humaines à Bruxelles, ainsi que le barrage des lacs de l'Eau d'Heure.

Les deux réalisateurs ont été sélectionnés sur dossier de présentation. Le tournage des épisodes étant crossboardé, ils étaient présents tous les deux durant tout le tournage. Les attentats de Bruxelles à la veille du tournage ont compliqué les scènes de rue et la mise en scène d'une milice armée[4].

Accueil[modifier | modifier le code]

Lors de sa diffusion, la série a reçu un excellent accueil critique en France. Pour Le Parisien, c'est « un bijou de science-fiction » avec « un scénario passionnant », « un univers soigné » et « d'excellents comédiens »[5]. « Enfin de la vraie (et bonne) science-fiction française ! » surenchérit Télé Loisirs[6]. A ce « genre peu vu à la télévision française », comme l'indique Télé 7 jours, « se mêle un questionnement philosophique »[7].

Transferts « soulève de nombreuses questions en résonance avec l’actualité et porte un regard critique sur les dérives qui nous guettent : marchandisation du corps, surenchère sécuritaire... » explique La Croix[8]. « Les six épisodes imaginés par Claude Scasso et Patrick Benedek sont pile dans l’air du temps. » selon Le Monde, « Les six chapitres sont aussi une compilation de toutes les craintes sociales contemporaines. (…) Tous les thèmes sont réunis. Tous sont abordés avec une application scrupuleuse : les dangers de la science  lorsqu’elle n’est pas contrôlée, le dysfonctionnement social, la répression comme contingentement de la différence, la norme, l’altérité, la mémoire, le retour du religieux, la crise de conscience, la paranoïa et la sécurité comme réponse aux dangers de la liberté. »[2].

Le scénario des six épisodes est particulièrement remarqué. « La série créée pas Claude Scasso et Patrick Benedek a pour elle de s’appuyer sur une histoire forte, un scénario épuré jusqu’à l’os pour restituer la substantifique moelle de sa singularité. Car Transferts crée un univers, explore une thématique, déploie un questionnement philosophique et n’oublie pas la notion de divertissement. »[9]. Télérama ajoute que « Transferts a dû chercher un équilibre entre ses ambitions (grandes) et ses moyens (modestes). Elle y parvient en optant pour une vision du futur minimaliste et crédible. »[10].

Comme le résume Radio VL : « Transferts réussit son pari de nous scotcher à son univers de nous passionner pour ses personnages. La promesse faite sur la série est pleinement remplie et on ne peut que trépigner d’impatience pour une saison 2 en voyant le final de la saison 1. C’est une réussite. »[11].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Edition[modifier | modifier le code]

Le scénario intégral de la série, écrit par Claude Scasso et Patrick Benedek a été édité par Les Petits matins (maison d'édition).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Découvrez «Transferts», la nouvelle série d’Arte en intégralité sur Leparisien.fr, sur leparisien.fr, consulté le 11 novembre 2017
  2. a et b « Transfert – Apprendre à ne pas mourir », Le Monde Des Séries,‎ (lire en ligne)
  3. Tournage de "Transferts", série d'anticipation d'Arte avec Thierry Frémont, sur rtbf.be, consulté le 11 novembre 2017
  4. « Transferts ou l’histoire d’une série - Ciné Télé & Co. », Ciné Télé & Co.,‎ (lire en ligne)
  5. « Arte : «Transferts», un bijou de science-fiction », leparisien.fr,‎ 2017-11-16cet12:33:30+01:00 (lire en ligne)
  6. « Faut-il regarder Transferts, la série SF française d'Arte ? », Télé-Loisirs,‎ (lire en ligne)
  7. « Transferts (Arte) - Qu'est-ce que c'est que cette nouvelle série d'anticipation ? », Télé 7 Jours,‎ (lire en ligne)
  8. « « Transferts », une série d’anticipation « made in France » », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne)
  9. Fred Teper, « TRANSFERTS (Critique Saison 1) L’esprit d’équipe… », Les Chroniques de Cliffhanger,‎ (lire en ligne)
  10. « Regardez en intégralité “Transferts”, la nouvelle série SF d'Arte - Séries TV - Télérama.fr », sur www.telerama.fr (consulté le 30 novembre 2017)
  11. « On a vu pour vous ... Transferts, la nouvelle série événement d'Arte », VL,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]