Tranquilline

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant la Rome antique
Cet article est une ébauche concernant l’histoire et la Rome antique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tranquilline
Tranquilline, Museo Chiaramonti, v.241
Tranquilline, Museo Chiaramonti, v.241
Titre
Impératrice romaine
Biographie
Titre complet Impératrice romaine
Nom de naissance Furia Sabina Tranquillina
Date de naissance v.225
Date de décès après 244
Père Timésithée préfet du prétoire
Conjoint Gordien III empereur romain
Enfants Furia

Furia Sabina Tranquillina (en français, Tranquilline) était la fille de Timésithée, préfet du prétoire de l'empereur Gordien III. Elle est réputée pour sa beauté, son caractère doux et ses mœurs pures[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

En 241, le père de Tranquilina fut nommé à la tête de la garde prétorienne par l’empereur Gordien III. En mai de la même année, Tranquilline épousa Gordien. Elle devint impératrice et reçut le titre honorifique d’Augusta. Par ce mariage, le jeune empereur confirmait la nécessité politique de Timésithée et la pertinence de Tranquillina en tant qu’impératrice. Elle est appréciée en tant qu'impératrice au point que les matrones romaines lui font élever une statue, et que divers monuments lui sont dédiés dans les provinces romaines[1].

En 243, son père mourut et fut remplacé par Philippe l’Arabe à la tête de la garde prétorienne. Quand Gordien fut tué en février 244, Philippe devint empereur. Tranquilline survécut à son mari mais rentra dans la vie privée. Elle n’eut pas de fils mais Christian Settipani suggère qu’ils eurent une fille, Furia, née en 244 qui épousa Marcus Maecius Orfitus, fils de Marcus Maecius Probus.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sophie de Senneterre de Renneville, Biographie des femmes illustres de Rome, de la Grèce et du Bas-Empire, Volume 1, Paris, Parmantier,‎ (lire en ligne), p. 169