Tramway de Tournai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tramway de Tournai
Image illustrative de l’article Tramway de Tournai

Image illustrative de l’article Tramway de Tournai
Tramways type Standard devant la gare de Tournai.

Situation Drapeau de la Belgique Tournai & Province de Hainaut
Type Tramway
Entrée en service
Fin de service
Lignes
  • 10 au
  • 8 au
Écartement des rails 1 000 mm
Propriétaire SNCV
Exploitant TUV 1901-1920
SNCV 1920-1953
Réseaux connexes Chemins de fer vicinaux de la province de Hainaut
Tramway de Courtrai

Le tramway de Tournai a fonctionné dans la ville de Tournai située dans la province de Hainaut en Belgique entre le et le .

Histoire[modifier | modifier le code]

Mise en service (1901)[modifier | modifier le code]

Les 3 premières lignes voyageurs du réseau Tournai - Ath, Tournai - Péruwelz et Tournai - Templeuve ainsi que la ligne Ath - Flobecq sont mises en service progressivement entre 1901 et 1906, la concession étant accordée par affermage en 1899 à la société anonyme de Transports urbains et vicinaux (TUV) exploitant le réseau pour le compte de la SNCV. L'exploitation est cependant reprise directement par la Société nationale des chemins de fer vicinaux en 1920.

Plan au [1]
Légende
Infrastructure
Dépôt, installation technique ou voyageurs (stations, gares).
Légende carte emprise site indépendant.svg
Emprise en site indépendant.
Légende carte voie de service.svg
Voie de service ou de fret.
Lignes
Légende carte ligne SNCV.svg
Ligne de la SNCV.
1518 Ligne service partiel, prolongé ou variante.

Le réseau compte alors au quatre lignes à vapeur :

Les indices en italique sont à titre indicatif[note 1].

L'après-guerre (1918-1930)[modifier | modifier le code]

La reconstruction[modifier | modifier le code]

Les lignes d'autobus[modifier | modifier le code]

Les années 1920 voient le développement anarchique de lignes d'autobus souvent en parallèle des lignes ferroviaires ou vicinales. En 1929, une loi est passée pour attribuer en priorité les concessions des lignes à la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) et SNCV. Dès lors, les deux sociétés vont progressivement mettre en service leurs propres réseaux d'autobus (la SNCV possède ce droit depuis 1924), mais ceux-ci ne sont pas coordonnés entre-eux et se font également souvent concurrence.

Parmi les lignes mises en services, un certain nombre reprennent les tracés établis pour des projets qui n'ont finalement pas été menés à terme :

  • Tournai - Bruyelles[note 2], ligne qui reprend le tracé de l'ancien projet de ligne Tournai - Hollain puis Tournai - Bruyelles, elle est prise en considération par le ministère de l'agriculture et des travaux publics le [note 3], exploitée sans autorisation un temps par Noël Jeunehomme, elle est concédée le à la SNCV, celle-ci étant prioritaire du fait qu'elle a proposé ce projet en premier lieu et que celui-ci a été pris en considération[note 4]. Elle maintient un temps l'exploitant de la ligne mais celui-ci est révoqué le et remplacé le 24 du mois suivant par Maurice Chaval, la ligne est par la suite prolongée à Bléharies par Hollain entre 1929 et 1934, puis de Bléharies à Lesdain par Rongy entre 1934 et 1938[note 5],[2],[3].
  • Hérinnes - Pecq, ligne qui reprend le tracé du projet de ligne Pecq - Néchin, elle est concédée le [note 6].

Il existe également en 1934 une ligne Tournai - Esplechin longeant en partie la chaussée de Douai (N508) ainsi qu'une ligne Tournai - La Glanerie, la première est probablement concédée à la SNCV en reprenant le projet de ligne Tournai - Esplechin mais en passant par la chaussée de Douai et non par Ere comme le projet le prévoyait, ceci probablement pour cause de concurrence de parcours avec la ligne ferroviaire 88A, la ligne ferroviaire est cependant longée par la seconde ligne Tournai - La Glanerie qui est probablement concédée à la SNCB[note 7],[2].

Deux autres lignes sont également mises en service à la même époque :

  • Tournai - Courtrai, en suivant la ligne de tramway, concédée le , il s'agit là probablement d'un service rapide entre ces deux villes ou complémentaire à la ligne de tramway[note 8].
  • Tournai - Lessines, par Frasnes-lez-Anvaing en suivant la chaussée entre ces trois villes (N529), ligne concédée le [note 9].

Les années 1930[modifier | modifier le code]

Les projets d'électrification et de réseau urbain[modifier | modifier le code]

Entre 1911 et 1914, la SNCV étudie la possibilité d'électrifier une partie des lignes y compris un certain nombre à l'état de projet comme Tournai - Bruyelles et d'établir un service urbain sur Tournai, on peut d'ailleurs observer le même phénomène dans d'autres villes comme à Louvain et Malines, cependant ces projets sont interrompus par la guerre. Au début des années 1930, les projets d'électrification reviennent à la faveur du rétablissement du réseau depuis 1925. Le projet comprend l'électrification des lignes Tournai - Templeuve, Tournai - Hertain, Tournai - Rumillies ainsi que la création de deux lignes urbaines, une première entre Kain et le cimetière sud (dans le faubourg Saint-Martin, future ligne K) et une autre entre la gare et la Grand-Place puis en suivant la ligne d'Hertain (future ligne O) toutes deux partageant un tronc commun à double voie entre la gare et le beffroi par la rue Royale le pont Notre-Dame et la rue des Chapeliers. Il est également évoqué l'électrification de la section Kain - Frasnes de la ligne Tournai - Ath, cependant ce projet ne sera jamais mené à terme. Le projet prévoit également de doter les lignes à traction autonome d'autorails. L'électrification des lignes suburbaines et la mise en service des autorails permettant de réduire les temps de parcours doit également s'accompagner d'un renforcement des fréquences.

Travaux et mise en service des lignes[modifier | modifier le code]

Tramway de la ligne O sur la rue Royale.

Le conseil communal de Tournai ayant approuvé le projet des lignes urbaines le , les travaux de construction de ces lignes sont entrepris tandis qu'en parallèle les travaux d'électrification de la ligne Tournai - Hertain sont menés. Un premier service est mis en service le entre Kain Station et la Grand Place par l'itinéraire de la ligne Tournai - Hertain (via le pont de fer, les travaux n'étant pas terminés sur l'itinéraire des lignes urbaines) renforcé entre la gare et la Grand Place par un second service. L'inauguration officielle ayant eu lieu le , le service régulier est mis en application sur Tournai - Hertain, Tournai - Kain et Tournai Gare - Tournai Grand Place puis le l'itinéraire des lignes urbaines est mis en service par la rue Royale et le pont Notre-Dame. La ligne Tournai - Templeuve est mise en service en traction électrique le ne laissant plus que la ligne de Rumillies à électrifier. Le , les lignes reçoivent un indice H Tournai - Hertain, K Kain - Tournai, O Tournai - Orcq, T Tournai - Templeuve auxquelles s'ajoute la ligne R Tournai - Rumillies électrifiée le .

L'électrification des lignes s'accompagne d'un renforcement des fréquences[4],[5] :

  • sur la ligne H Tournai - Hertain, le service passe de cinq à onze services jusqu'à la frontière renforcé toutes les trente minutes entre la gare de Tournai et Orcq par la ligne urbaine O toutes les trente minutes, le temps de parcours entre Tournai et Hertain passe de 38 à 25 minutes. L'électrification de la ligne et la mise en place de la signalisation sur les voies uniques (voir Conduite et signalisation) entraine par ailleurs le retour d'un service à double sens par le centre-ville, celui-ci s'effectuait auparavant par les boulevards depuis la gare sur les lignes Tournai - Hertain et Tournai - Wez (cette dernière va également repasser dans les deux sens par le centre-ville avec la mise en service des autorails).
  • la ligne R est de 1933 jusqu'à son électrification exploitée partiellement à l'aide d'autorails sans que le temps de parcours (de seize minute) ne soit modifié, son service passe cependant de cinq à sept services par jour en semaine;
  • sur la ligne T Tournai - Toufflers, le service passe d'un tram toutes les deux heures à un tram toutes les heures, le temps de parcours auparavant de 50 à 55 minutes passe à 34-40 minutes.

Les deux lignes urbaines par la rue Royale assurent un service toutes les quinze minutes entre la gare et le beffroi et au trente minutes sur les autres sections.

Remplacement de la traction vapeur[modifier | modifier le code]

Parallèlement à l'électrification des lignes, la SNCV met en service les premiers autorails au cours de l'année 1933 sur la ligne Tournai - Wez puis sur les autres lignes du réseau à l'exception de celle de Courtrai. On compte parmi ces premiers autorails des véhicules de la série 62-71 construite dans les ateliers SNCV du dépôt de Cureghem (Bruxelles). Tout comme pour les lignes électriques, le service est renforcé[4],[5] :

  • sur la ligne Tournai - Wez-Velvain, on passe de cinq services dans chaque sens en semaine à sept, par ailleurs, sur Tournai elle emprunte comme la ligne H Tournai - Hertain les voies par la Grand Place dans les deux sens;
  • sur la ligne Tournai - Frasnes, les quatre services en semaine sont renforcés par trois services partiels dans chaque sens vers les stations de Velaines (deux services) et Quartes (un service), par ailleurs avec le prolongement de la ligne urbaine K à la station de Kain l'Alouette, la ligne y est limitée et donne correspondance au tramway électrique (seul deux services dans chaque sens continuent vers la gare de Tournai).

Il reste cependant le même sur les lignes Ath - Flobecq et Tournai - Courtrai (cette dernière restant en traction vapeur).

Le réseau achevé[modifier | modifier le code]

Plan au [1]
Légende
Infrastructure
Dépôt, installation technique ou voyageurs (stations, gares).
Légende carte emprise site indépendant.svg
Emprise en site indépendant.
Légende carte voie de service.svg
Voie de service ou de fret.
Lignes
Légende carte ligne SNCV.svg
Ligne de la SNCV.
1518 Ligne service partiel, prolongé ou variante.

Le réseau comprend alors deux lignes urbaines électriques, trois lignes suburbaines électriques et cinq autres à traction autonome :

TE ligne de tramway à traction électrique, TA ligne de tramway à traction autonome. Les indices en italique sont à titre indicatif[note 1].

En 1936, dans le cadre de la réorganisation des services ferrés dans le Hainaut, les lignes électriques de Tournai sont numérotées de 1 à 6, les lignes électriques des réseaux de Charleroi, du Centre et de Mons sont également renumérotés de 1 à 99 dans une numérotation commune, ces réseaux étant reliés entre-eux, le réseau de Tournai restant isolé.

Lettre 1936 Ligne
H 4 Tournai Gare - Hertain Douane
K 3 Kain l'Alouette - Tournai Cimetière Sud
O 5 Rumillies Verte Feuille - Tournai Tir National
R 6 Tournai Gare - Rumillies Bas Rejet
T 1 Tournai Gare - Toufflers Douane

La Seconde Guerre mondiale et la reconstruction (1939-1950)[modifier | modifier le code]

Les deux lignes urbaines 3 Tournai - Kain et 5 Tournai - Rumillies passant par la Grand-Place sont supprimées en 1940 suite à la destruction des ponts sur l'Escaut de même que le passage par le centre-ville des lignes suburbaines.

Plan au [1]
Légende
Infrastructure
Dépôt, installation technique ou voyageurs (stations, gares).
Légende carte emprise site indépendant.svg
Emprise en site indépendant.
Légende carte voie de service.svg
Voie de service ou de fret.
Lignes
Légende carte ligne SNCV.svg
Ligne de la SNCV.
Légende carte ligne TEPCE.svg
Ligne des TEPCE.
Légende carte ligne SNCV TEPCE.svg
Section commune à la SNCV et aux TEPCE.
1518 Ligne service partiel, prolongé ou variante.

Après la guerre, la SNCV exploite encore huit lignes suburbaines autour de Tournai dont trois sont électrifiées, les autres étant exploitées au moyen d'autorails.

Lignes en service au  :

TE ligne de tramway à traction électrique, TA ligne de tramway à traction autonome. Les indices en italique sont à titre indicatif[note 1].

La suppression (1952-1954)[modifier | modifier le code]

La période de l'après-guerre voit en Belgique comme ailleurs en Europe de l'Ouest une explosion du trafic automobile et une forte baisse de la fréquentation des lignes vicinales. Cette forte baisse de la fréquentation et des coûts d'exploitation et d'entretien des lignes ferrées élevés poussent en 1947 la SNCV alors en fort déficit à s'interroger quant-à l'avenir de ses lignes. Celle-ci décide d'abord de supprimer les lignes peu rentables, le plus souvent rurales et à traction autonome pour les remplacer par des autobus mais face au développement toujours important du transport individuel et à une vision du tramway comme mode de transport dépassé ces décisions de suppression vont progressivement s'étendre aux villes de taille moyenne puis à l'ensemble du réseau ferré. Après un essai à Bruges entre 1950 et 1951, les réseaux des villes de taille moyenne comprenant Louvain, Malines, Namur et Tournai sont progressivement supprimés à partir de 1952, ces suppressions s'accompagnent de la mise en service d'un réseau d'autobus urbains[6],[7].

À Tournai, les lignes électriques 1, 4 et 6 ainsi que la ligne de Wez-Velvain à traction autonome sont supprimées le et remplacées par des services routiers. En parallèle, un service urbain est remis en service entre Tournai et Kain sur le tracé de l'ancienne ligne 3[note 10]. Puis en 1953 les lignes de Courtrai et Péruwelz sont supprimées et à leur tour et remplacées par des services routiers. Le les dernières lignes du réseau de Tournai : Tournai - Ath et Ath - Flobecq sont supprimées et remplacées par des services routiers. Par ailleurs la même année, le , une seconde ligne urbaine d'autobus est mise en service reprenant l'itinéraire de l'ancienne ligne 5 entre Warchin, Rumillies Verte Feuille et le Tir National à Tournai[note 11].

Vestiges[modifier | modifier le code]

L'ancienne aubette du tramway sur la place Crombez.
  • Le bâtiment de l'ancienne sous-station électrique située à Templeuve sert aujourd'hui de sous-station électrique pour le réseau électrique général;
  • Le gare de Néchin La Festingue a été désaffectée suite à la fermeture du réseau et vendue, elle sert aujourd'hui de commerce;
  • Les dépôts du réseau ont continué à servir pour les autobus, mais seul celui de Tournai est toujours utilisé par le TEC Hainaut, les autres ont été vendus à des particuliers.

Par ailleurs une ancienne aubette du début du siècle située sur la place Crombez à l'ancien terminus des tramways à la gare de Tournai a été préservée.

Lignes[modifier | modifier le code]

Réseau urbain[modifier | modifier le code]

3 Tournai - Kain[modifier | modifier le code]

Tableaux 1933 : 401

 : mise en service en traction électrique entre Kain Station et la Grand Place de Tournai par l'itinéraire de la ligne Tournai - Hertain (pont de fer) sur Tournai.

 : déviation par la rue Royale et le pont Notre-Dame, prolongement vers le cimetière du sud.

 : attribution de l'indice K.

 : prolongement du service électrique de Kain Station à la station de Kain l'Alouette (Trinité).

1936 : attribution de l'indice 3.

 : destruction des ponts sur l'Escault à Tournai, suppression de la ligne.


Vers 1933/1936. Motrice au terminus de la station de Kain l'Alouette avec à l'arrière-plan le mont Saint-Aubert.

5 Tournai - Rumillies[modifier | modifier le code]

Tableaux 1933 : 404 (4 Tournai - Hertain)

 : mise en service en traction électrique entre Kain Station et la Grand Place de Tournai par l'itinéraire de la ligne Tournai - Hertain (le pont de fer) sur Tournai.

 : déviation par la rue Royale et le pont Notre-Dame.

Entre le et le  : prolongement à Orcq Station.

 : attribution de l'indice O.

 : terminus déplacé de Orcq Station à Orcq Village.

 : traction électrique sur la ligne R Tournai - Rumillies, extension de la ligne O de la gare de Tournai à Rumillies Verte Feuille.

 : terminus déplacé de Orcq Village à Tournai Tir National.

1936 : attribution de l'indice 5.

 : destruction des ponts sur l'Escault à Tournai, suppression de la ligne.

Date inconnue, motrice électrique sur la ligne O rue royale à Tournai.

Réseau suburbain et interurbain[modifier | modifier le code]

1 Tournai - Toufflers[modifier | modifier le code]

Tableaux 1931 : 401; 1950 : 667

 : mise en service entre la gare de Tournai et Templeuve; exploitation par la SA des Transports Urbains et Vicinaux (TUV); traction vapeur, pas d'indice de ligne.

 : prolongement vers Néchin La Festingue.

1920 : reprise de l'exploitation par la SNCV.

 : prolongement vers Toufflers Douane; liaison avec la ligne C de l'ELRT (douane française); mise en service de la gare douanière de Néchin La Festingue[8].

 : traction électrique.

 : attribution de l'indice T.

1936 : attribution de l'indice 1.

 : suppression.

Date inconnue. Motrice Standard au terminus de Toufflers Douane.

4 Tournai - Hertain[modifier | modifier le code]

Tableaux 1931 : 404; 1950 : 671

 : mise en service entre la Gare de Tournai et la douane d'Hertain; exploitation par la SA des Transports Urbains et Vicinaux (TUV); traction vapeur (capital 95).

1920 : reprise de l'exploitation par la SNCV.

 : traction électrique.

 : attribution de l'indice H.

1936 : attribution de l'indice 4.

 : suppression.

Motrice Standard au terminus de la gare de Tournai.

6 Tournai - Rumillies[modifier | modifier le code]

Tableaux 1931 : 409; 1950 : 666

 : mise en service entre la gare de Tournai et Rumillies Bas Rejet; exploitation par la SNCV; traction vapeur (capital 95).

 : traction électrique, attribution de l'indice R.

1936 : attribution de l'indice 6.

 : suppression.

Ath - Flobecq[modifier | modifier le code]

Tableaux 1931 : 403; 1950 : 669

 : mise en service entre la gare d'Ath et Œudegien, section Ath Gare - Bouvignies Jonction commune avec la ligne Tournai - Ath; exploitation par la SA des Transports Urbains et Vicinaux (TUV); traction vapeur (capital 99).

 : prolongement de Œudegien vers Lahamaide.

 : prolongement de Lahamaide vers la gare de Flobecq.

1920 : reprise de l'exploitation par la SNCV.

date inconnue : traction par autorail.

 : suppression.

Autorail et remorque au terminus de la gare d'Ath.

Tournai - Ath[modifier | modifier le code]

Tableaux 1931 : 402 (Tournai - Frasnes), 410 (Ath - Frasnes)[note 12]; 1950 : 668

Mise en service entre la gare de Tournai et Frasnes-lez-Anvaing; exploitation par la SA des Transports Urbains et Vicinaux (TUV); traction vapeur (capital 95).

 : prolongement jusqu'à la gare d'Ath, section Ath Gare - Bouvignies Jonction commune avec la ligne Ath - Flobecq.

1920 : reprise de l'exploitation par la SNCV.

 : création d'un service électrique Tournai - Kain jusqu'à Kain La Tombe puis Kain l'Alouette (1933), certains services donnent correspondent à cette ligne et ne vont pas jusque Tournai.

date inconnue : traction par autorail.

 : suppression.


Date inconnue. Rame vapeur devant la station de Kain l'Alouette.

Tournai - Courtrai[modifier | modifier le code]

Tableaux 1931 : 406; 1950 : 670

 : mise en service entre la gare de Tournai et Pecq Village, traction vapeur, terminus à Pecq commun avec la ligne Courtrai - Pecq (province de Flandre-Occidentale); exploitation par la SNCV (capital 95).

date inconnue : traction par autorail.

vers 1926 : fusion des lignes Courtrai - Pecq (capitaux 85 et 151) et Tournai - Pecq; terminus reporté de la gare de Courtrai à Courtrai Doorniksewijk.

 : suppression.

Tournai - Péruwelz[modifier | modifier le code]

Tableaux 1931 : 420; 1950 : 672

 : mise en service entre la gare de Tournai et Péruwelz Rue de la Verte Louche; exploitation par la SA des Transports Urbains et Vicinaux (TUV); traction vapeur (capital 95).

1920 : reprise de l'exploitation par la SNCV.

date inconnue : traction par autorail.

 : suppression.

Tournai - Wez-Velvain[modifier | modifier le code]

Tableaux 1931 : 399; 1950 : 665

 : mise en service entre la gare de Tournai et Wez-Velvain Rue du Pont Fossiez; exploitation par la SNCV; traction vapeur (capital 95).

date inconnue : traction par autorail.

 : suppression.


Autorail et remorque au terminus de la gare de Tournai.

Liaison avec d'autres réseaux[modifier | modifier le code]

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Voies et tracé[modifier | modifier le code]

La voie à l'écartement métrique est établie tantôt en voie double tantôt en voie unique, en site banal, en accotement ou en site indépendant selon les lignes et tracés.

Traction électrique[modifier | modifier le code]

Avec l'électrification au début des années 1930, l'alimentation électrique est assurée au moyen d'une ligne aérienne de contact (LAC) ou caténaire avec captation du courant par pantographe. Le réseau dispose de deux sous-stations de traction, l'une située dans le dépôt de Tournai à l'entrée sur le boulevard Delwart, elle alimente les deux lignes urbaines (3, 5) et les trois lignes suburbaines (1, 4, 6) et une autre située à Templeuve pour la ligne 1 (50° 38′ 38″ N, 3° 17′ 18″ E). La sous-station de Tournai n'étant pas terminée pour les essais et la mise en service des lignes en 1932, une sous-station mobile assure l'alimentation électrique le temps des travaux[note 13]. Les deux sous-stations sont construites selon un plan standard utilisé dans les années 1930 par la SNCV sur l'ensemble de son réseau du fait de l'électrification de nombreuses lignes[10].

Conduite et signalisation[modifier | modifier le code]

Les lignes sont comme les autres lignes de tramway vicinal de la SNCV exploitées selon le principe de conduite à vue, les sections en voie unique respectant les ordres de marche (un train ne peut pénétrer sur une section en voie unique qu'à un horaire précis), ou grâce à un bâton-pilote (seul le possesseur peut pénétrer sur la section en voie unique).

Avec l'électrification du réseau au début des années 1930, une partie du réseau à voie unique sur Tournai est équipée du système de signalisation lumineuse d'occupation pour voie unique développé par la SNCV. La signalisation est activée manuellement par clef, il permet donc également de faire circuler les locomotives et autorails sur les sections électrifiées (le système ne semble pas par la suite avoir été automatisé à l'aide de contacteurs comme sur d'autres réseaux de la société).

Principe de fonctionnement de la signalisation pour voie unique.

Arrêts, stations et gares[modifier | modifier le code]

Le réseau dispose à la frontière française d'une gare douanière, la gare de Néchin La Festingue pour servir au trafic transfrontalier, cette gare abrite des bureaux de douane pour permettre ce trafic de transit.

La SNCV dispose également de nombreuses stations où un café fait office de bâtiment voyageur selon un accord passé entre la société et le gérant de l'établissement comme c'est le cas à la station de Kain l'Alouette (la SNCV lui donne cependant le nom officiel de Kain Trinité)[11]. Elle implante également à divers endroit des aubettes pour les voyageurs (les modèles ayant varié au cours du temps), l'une d'elles est toujours visible sur la place Crombez à Tournai (voir #Vestiges).

Par ailleurs, la ligne Tournai - Courtrai a à son terminus du Doorniksewijk (« faubourg de Tournai ») à Courtrai commun avec la ligne KMx Courtrai - Mouscron une aubette faisant office de bâtiment voyageur et de guichet de délivrance des tickets (ce bâtiment appartient cependant au réseau de Courtrai).

Dépôts[modifier | modifier le code]

Illustration Nom Commune Localisation
Dépôt de Flobecq (2).jpg
Flobecq Flobecq 50° 44′ 13″ N, 3° 44′ 50″ E
Frasnes-lez-Anvaing Frasnes-lez-Anvaing 50° 39′ 47″ N, 3° 36′ 57″ E
Pecq Pecq 50° 41′ 08″ N, 3° 21′ 39″ E
Tournai Tournai 50° 36′ 54″ N, 3° 22′ 59″ E
Dépôt de Wasmes-Audemez-Briffœil (13).jpg
Wasmes-Audemez-Briffœil Wasmes-Audemez-Briffœil 50° 33′ 17″ N, 3° 31′ 58″ E

Matériel roulant[modifier | modifier le code]

Automotrices électriques[modifier | modifier le code]

Automotrices thermiques[modifier | modifier le code]

Locomotives à vapeur[modifier | modifier le code]

Remorque[modifier | modifier le code]

Capitaux[modifier | modifier le code]

L'ensemble des lignes sont regroupées dans le capital 95 dit de la « Banlieue de Tournai » à l'exception de la ligne Ath - Flobecq qui appartient à sa création au capital no 99, celui-ci est cependant fusionné le avec le capital de la Banlieue de Tournai. La ligne Tournai - Courtrai dépend également des capitaux 85 « Aarsele - Courtrai - Mouscron - Menin » et 151 « Courtrai - Bellegem - Pecq » pour la section Pecq - Courtrai[12],[13].

Notes et sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Ces lignes pour la plupart à traction autonome n'utilisaient pas à cette date ou n'ont jamais utilisé d'indice de ligne, cet indice reprend les premières lettres des villes terminus de la ligne.
  2. Freddy Lemaire et Jean Simonet dans Le rail en Tournaisis parlent également d'une autre ligne sous forme d'extension de la ligne Tournai - Bruyelles entre la gare de Tournai et le Cimetière Sud, néanmoins il n'existe aucune mention de cette ligne dans les indicateurs mais si elle a existé, il est probable qu'elle a été supprimée lors de la mise en service du service urbain du tramway.
  3. Dans le cas des lignes d'autobus c'est en effet celui-ci et non le ministère des chemins de fer qui est chargé de prendre en compte les projets de ligne et attribuer les concessions.
  4. La ligne se voit attribuer le tableau 348 dans l'indicateur des autobus de 1934, puis 342 en 1938[2],[3]
  5. Lemaire et Simonet évoquent à l'occasion de la reprise de l'exploitation par Chaval, le prolongement de la ligne Tournai - Bruyelles à Bléharies et l'année suivante la mise en exploitation d'une seconde ligne longeant cette première jusqu'à Bruyelles puis desservant Hollain, Wez-Velvain jusqu'à Rongy et la frontière française. Aucune mention est faite de cette seconde ligne dans les indicateurs mais ces villes sont desservies par des prolongements de la première (sans Wez-Velvain toutefois), d'où le fait de considérer qu'il s'agit d'une seule et même ligne et non une ligne indépendante.
  6. L'exploitation est attribuée à Daniel Bouffa, la ligne se voit attribuer le tableau 345 à partir de 1934[2].
  7. Respectivement 353b et 359b dans l'Indicateur des autobus de , elles sont regroupées dans un seul tableau 339 en 1938[2],[3]
  8. L'exploitation est attribuée à Edmond et René Favere, la ligne se voit attribuer le tableau 363 à partir de 1934[2].
  9. L'exploitation est attribuée à Léon-Émile Leulier, la ligne se voit attribuer le tableau 360 en 1934 puis 340 en 1938[2].
  10. Le terminus de la ligne est cependant situé à l'hôpital contrairement au tramway qui avait le sien plus loin au cimetière sud.
  11. Cette ligne va subir de nombreuses modifications au cours des années suivantes. Elle n'existe plus aujourd'hui ayant été remplacée par les lignes du Tournai City bus.
  12. La raison de cette exploitation scindée de la ligne est inconnue, d'autres documents ainsi que les sources bibliographiques attestent d'un service direct Tournai - Ath comme à l'ouverture de la ligne.
  13. Venant du réseau du Centre ou de Charleroi, il s'agit probablement de l'une des deux sous-stations mobiles commandées au début de l'année 1931 par la SNCV[9].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

  • Freddy Lemaire et Jean Simonet, Le rail en tournaisis 1835-1985, Tournai, Société Royale d'Histoire et d'Archéologie de Tournai, , 205 p.
  • (collectif), Avancez S.V.P.! : Cent ans d'histoire vicinale en Belgique, Éditions De Nederlandsche Boekhandel, , 248 p. (ISBN 90-289-1046-8)

Articles[modifier | modifier le code]

Autres documents[modifier | modifier le code]

  • Luc Koenot, Les tramways de la SNCV : Liste du matériel roulant in. Collection Jean Claude, Jean Philippe Dheure

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Projet:Cartographie/Tramway de la province de Hainaut
  2. a b c d e f et g Indicateur officiel des autobus & bâteaux de Belgique du au (lire en ligne sur zone01.be)
  3. a b et c (fr + nl) Indicateur officiel des autobus valable jusqu'au (lire en ligne sur zone01.be)
  4. a et b Horaire des trains du au , Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) (lire en ligne sur le Grenier Ferroviaire)
  5. a et b (nl) Indicateur officiel : été 1933, Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) (lire en ligne)
  6. Avancez S.V.P.! op. cit., p. 52-54
  7. (nl) « De struktuurhervorming » [« La réforme structurelle »], sur zone01.be
  8. Cette raccordement entre la France et la Belgique est construit en 1915 par l'occupant allemand pour les le transport des blessés de guerre et fermée en 1918.
  9. Avancez S.V.P.! op. cit., p. 170
  10. Avancez S.V.P.! op. cit., p. 184-185
  11. Avancez S.V.P.! op. cit., p. 178
  12. (en) Wim Kusee, « Cap 85 : Aarsele - Kortrijk - Moeskroen - Menen », sur kusee.nl
  13. (en) Wim Kusee, « Cap 151 : Kortrijk - Bellegem - Pecq », sur kusee.nl

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]