Tramway de Cambrai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ceci est une version archivée de cette page, en date du 19 mars 2020 à 13:13 et modifiée en dernier par CodexBot (discuter | contributions). Elle peut contenir des erreurs, des inexactitudes ou des contenus vandalisés non présents dans la version actuelle.

Tramway de Cambrai
Image illustrative de l’article Tramway de Cambrai
Tramway de la ligne 1 devant la gare des Chemins de fer du Cambrésis

Situation Cambrai, Nord, Nord-Pas-de-Calais, Drapeau de la France France
Type Tramway
Entrée en service 1900
Fin de service 1917
Longueur du réseau 12,9 km
Lignes 4
Écartement des rails voie métrique
Propriétaire Ville de Cambrai
Exploitant Cie des tramways de Cambrai
Vue ancienne montrant un tramway devant l'arrêt Grand'Place
Un tram à l'arrêt Grand'Place...
Vue ancienne d'un tramway, Pont Michelet
... et au Pont-Michelet
La Place d'Armes avant 1914
La station des tramways sur la Place d'Armes,

Le Tramway de Cambrai a fonctionné dans cette ville entre 1900 et 1917. Par suite des combats dans la ville durant la Première Guerre mondiale, le réseau est détruit. Il ne sera pas reconstruit.

Histoire

La Compagnie des tramways de Cambrai

Cette compagnie est formée en 1903 pour développer un réseau de plusieurs lignes dans la ville de Cambrai.

Elle obtient la concession d'un réseau à voie métrique, long de 12,9 km, comprenant plusieurs lignes:

  • 1 : - Gare - Faubourg de Paris
  • 2 : - Gare - Faubourg Cantinpré
  • 3 : - Place d'Armes - Faubourg d'Escaudœuvres
  • 4 : - Gare - Faubourg de Selles

Le réseau est mis en service en novembre 1903.

La Compagnie des tramways de Cambrai et Saint Quentin

La compagnie des tramways de Cambrai devient, en 1907, une filiale de la Compagnie générale française de tramways (CGFT) et reprend l'exploitation des tramways de Saint Quentin[1].

Elle change alors de nom[2] et va développer dans cette ville le tramway électrique.

Infrastructure

Exploitation

Matériel roulant

Le matériel roulant est constitué de 16 motrices et 3 remorques[3]

Vestiges et matériels préservés

Notes et références

  1. « Compagnie de tramways de Cambrai et de Saint-Quentin », Centre des archives du monde du travail, Archives Nationales (consulté le )
  2. Annales des ponts et chaussées : Partie administrative, , 1024 p. (lire en ligne).
  3. René Courant, Le Temps des tramways, Edition du Cabri

Annexes

Articles connexes

Lien externe