Traitement des images dans les conflits du Proche-Orient

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le conflit israélo-arabe
Cet article est une ébauche concernant le conflit israélo-arabe.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le traitement des images est une donnée importante dans les conflits contemporains où la télévision a joué un rôle primordial, c'est-à-dire au moins depuis la guerre du Vietnam.

Dans le conflit du Proche-Orient, Israël d'une part et les Palestiniens d'autre part, estiment, de façon assez symétrique, que certains médias manipulent les images pour avantager leur adversaire.

Accusations de "la communauté juive" à l'égard des médias[modifier | modifier le code]

Durant la Seconde Intifada[modifier | modifier le code]

Durant le conflit israélo-libanais de 2006[modifier | modifier le code]

  • Salam Daher (alias Casque Vert)
  • Affaire des photos d'Adnan Hajj
  • Selon le Figaro, des pressions auraient été exercées sur les journalistes au Liban[4]
  • Le 28 août 2006, la rédactrice en chef du Jerusalem Post, Caroline Glick, dénonce les « mises en scène des terroristes » tout au long du conflit au Liban et salue le rôle des blogs qui ont permis de lutter contre les « falsifications systématiques des événements, le montage de fausses attaques contre les bénévoles, la fabrication d'images par le Hezbollah, aidés par les médias officiels et les ONG » [5].

Accusations de "la communauté musulmane" à l'égard des médias[modifier | modifier le code]

Le MEMRI[6], l’institut de recherche des médias du Moyen-Orient, est présenté par certains journalistes (voir Brian Whitaker du Guardian) comme un instrument de propagande militaire israélienne destiné aux occidentaux[7]. Selon Mohammed El Oifi, dans le Monde Diplomatique, MEMRI, lancé un an et demi après Al-Jazira et le projet Memri TV Monitor, a pour objectif de surveiller les chaînes de télévision arabes et iraniennes. Toujours selon El Oifi, MEMRI fait des sous-titrages biaisés de courts extraits soigneusement sélectionnés de ces télévisions, qu’il distribue sans frais aux chaînes occidentales. En 2004, MEMRI a exploité les erreurs de la télévision du Hezbollah, Al-Manar, pour faire interdire celle-ci en France[8].

Films abordant la question des images dans le conflit[modifier | modifier le code]

La question du biais apporté par les images a attiré l'attention des médias eux-mêmes au point que plusieurs films ont été réalisés pour aborder ce thème :

Une partie du film (en) Voyage dans une guerre invisible sur l’Internet Movie Database de Paul Moreira s'intéresse au Camera distribution project de B'Tselem.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]