Traité du Goulet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Traité du Goulet
Description de cette image, également commentée ci-après
Philippe Auguste et Jean sans Terre concluent la paix.
Parties
Partie 1 Partie 2
Signataires Philippe Auguste Jean sans Terre

Le traité du Goulet est un traité de paix conclu, selon le chroniqueur Rigord, le jeudi [N 1],[N 2] à Gueuleton[1],[2] près de Vernon, juste à hauteur de l'île aux Bœufs où se tient encore le fort de Boutavant.

Le roi Jean d'Angleterre, dit Jean sans Terre, reconnaît la suzeraineté du roi de France sur les possessions continentales des Plantagenêt [3].

Le roi d'Angleterre cède le comté d'Évreux et ses fiefs du Berry (Issoudun et Graçay) au prince Louis, fils du roi Philippe II de France, pour la dot de Blanche de Castille, fille du roi de Castille Alphonse VIII, petite-fille d'Henri II d'Angleterre et d'Aliénor d'Aquitaine et nièce de Jean d'Angleterre. Toujours selon Rigord, le lundi suivant l'Ascension[4], soit le , le prince Louis épouse Blanche de Castille. En contrepartie, le roi Philippe II renonce à tout droit sur la Bretagne et le jeune Arthur doit prêter hommage au roi Jean.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Rigord écrit : « L'an du Seigneur 1200, au mois de mai, le jour de l'Ascension du Seigneur, Philippe roi de France et Jean roi d'Angleterre, conclurent ensemble la paix entre Vernon et l'île des Andelys ». Sachant qu'en 1200 Pâques tombe le 8 avril, l'Ascension arrive donc 40 jours plus tard en comptant le dimanche de Pâques, soit le jeudi 18 mai. La plupart des historiens donnent cependant comme date pour le traité le 22 mai « La Bretagne sous l'orage Plantagenêt - page 219 - », sur https://books.google.fr, (consulté le 15 septembre 2016).
  2. Jean Fleury, Le mystère de la Chesnaie : Une légende bretonne, Éditions L'Harmattan, 2007, page 12.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Guizot, Collection des mémoires relatifs à l'Histoire de France - Vie de Philippe Auguste par Rigord, J.-L.-J. Brière, Paris, 1825, p. 148.
  2. Jean Mineray, préface de Michel de Decker, Gaillon, un château, des villages, des histoires…, Luneray, éditions Bertout, 1984, pp 46-47, (ISBN 2-86743-023-2).
  3. Rigord, Vie de Philippe Auguste[réf. incomplète].
  4. François Guizot, op. cit., p. 153.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Charles Petit-Dutaillis, « Les copies du traité de paix du Goulet (22 mai 1200). Variantes et falsifications », Bibliothèque de l'école des chartes, 102-1, 1941, p. 35-50 (en ligne).