Traité de Teschen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Traité de Teschen
Description de cette image, également commentée ci-après
Extrait de l'instrument de ratification de l'Autriche.
Type de traité Traité de paix
Signé
Teschen (Silésie autrichienne)
Effet /
(Ratification par l'Empire et l'empereur Joseph II)
Parties
Parties Drapeau de la Prusse Royaume de Prusse Monarchie de Habsbourg Monarchie de Habsbourg

Le traité de Teschen est un traité de paix signé le à Teschen[1] dans la Silésie autrichienne entre le royaume de Prusse et l'monarchie d'Autriche pour mettre fin à la guerre de Succession de Bavière, qui les opposait depuis la mort sans postérité de Maximilien III Joseph, électeur de Bavière, en 1777.

Contexte[modifier | modifier le code]

Avec le décès de l'électeur Maximilien III Joseph, le , la lignée bavaroise de la maison de Wittelsbach s'éteint. Un certain nombre de dynasties européennes revendiquent le patrimoine, notamment les Habsbourg réclamant les domaines de l'ancien duché de Basse-Bavière et du Haut-Palatinat. L'héritier, Charles-Théodore, électeur palatin, était prête à reconnaître ces exigences en échange de possessions en Autriche antérieure. Par conséquent, les troupes autrichiennes avancent en Bavière à partir du .

Toutefois, la politique de Charles-Théodore s'est heurtée à l'opposition de la veuve de Maximilien III Joseph, Marie-Anne de Saxe, et de nombreux membres de la maison de Wittelsbach, notamment Charles II Auguste de Palatinat-Deux-Ponts, Marie-Anne de Palatinat-Soulzbach et de Marie-Antoinette de Bavière. Le , le roi Frédéric II de Prusse est intervenu dans le conflit, envahissant la Bohême avec ses 80 000 soldats et déclenchant la guerre de Succession de Bavière dans laquelle Charles-Théodore lui-même s'est déclaré neutre. Cet affrontement militaire, également appelé la « guerre des Pommes de terre » (Kartoffelkrieg), ne voit pas se dérouler de bataille allant au-delà de quelques escarmouches mineures.

Conclusion et dispositions[modifier | modifier le code]

Carte de l’Innviertel, 1779.

A l'initiative de Catherine II de Russie, les belligérants ont entamé des négociations de paix. Le traité conclu à Teschen (Cieszyn) le , lors du anniversaire de l'impériatrice Marie-Thérèse, était garanti par l'Empire russe et la France. Le Saint-Empire et l'empereur Joseph II ont ratifié l'accord le et le .

L'Autriche reçoit de la Bavière les terres sur la rive droite de l'Inn s'étendant au sud de Passau jusqu'aux limites de l'archevêché de Salzbourg. Cette région appelée désormais Innviertel, comprenant les districts de Schärding, Ried et Braunau, fait aujourd'hui partie du Land de Haute-Autriche. En contrepartie, les prétentions de la Prusse aux principautés franconiennes d'Ansbach et de Bayreuth ont été reconnues et l'électorat de Saxe a reçu une indemnité de 6 millions de florins. La dignité électorale du Palatinat du Rhin fut supprimée et réunie à celle de la Bavière, comme le prévoyait la paix de Westphalie de 1648 ; en même temps, l'Autriche a reconnu la succession légale au sein des branches de la maison de Wittelsbach.

Table de Teschen[modifier | modifier le code]

La table de Teschen au Louvre.

Vers 1780, le prince-électeur Frédéric-Auguste III de Saxe fit fabriquer la table de Teschen par l’ébéniste Johann Christian Neuber et l'offrit au baron de Breteuil, envoyé de France, pour le remercier de son rôle important dans la conclusion du traité.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aujourd'hui Cieszyn.