Traité de Saint-Pétersbourg de 1875

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité de Saint-Pétersbourg.

Le Traité de Saint-Pétersbourg (ou Traité d'échange de l'île de Sakhaline contre les groupe des îles Kouriles) entre le Japon et la Russie a été signé le , et ratifié le 22 août de la même année. Il stipule que le Japon renonce à la partie de l'île de Sakhaline qu'il possède en échange du groupe des Îles Kouriles possédé par la Russie[1]. Le texte en français en est le texte authentique. Des différences avec sa traduction en japonais ont contribué à la controverse sur l'étendue des "îles Kouriles", auxquelles le Japon a renoncé par le traité de paix de San Francisco en 1951, certaines îles faisant encore l'objet d'un contentieux avec la Russie.

Le Traité de Shimoda de 1855, qui avait fixé la frontière entre les deux pays entre les îles Itouroup (Etorofu) et Ouroup (Uruppu) de l'archipel des Kouriles, avait laissé le territoire de Sakhaline sans délimitation précise, ce qui avait conduit à des incidents entre colons russes et japonais. Pour remédier à cette situation, le gouvernement japonais dépêcha Takeaki Enomoto en ambassade à Saint-Pétersbourg pour négocier et définir les limites territoriales dans ce secteur. Par ce traité l'île de Sakhaline devint intégralement un territoire de la Russie, et l'archipel entier des Kouriles un territoire du Japon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thierry Mormanne (1992). "Le problème des Kouriles: pour un retour à Saint-Pétersbourg", in: Cipango, No 1, Paris, p. 58-89. ISSN 1164-5857.

Articles connexes[modifier | modifier le code]