Traité de Paris (1718)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le traité de Paris de 1718 est un traité signé à Paris le , entre le régent du royaume de France, Philippe d'Orléans, et son beau-frère, le duc de Lorraine et de Bar, Léopold Ier.

Par l'article 2, Léopold Ier cède les cinq villages de Beaumarais[1], Ensdorf, Fraulautern[1], Lisdorf[1] et Roden[1] ainsi que la ville de Vaudrevange.

Par l'article 3, le régent cède la prévôté de Longwy, à l'exception des ville-haute et ville-basse de Longwy ainsi que des dix villages d'Autru, Glaba, Herserange, Lexy, Longlaville, Mexy, Mont-Saint-Martin, Piedmont[2], Réhon et Romain[3].

Les cinq villages d'Arnaville, Hagéville, Jonville, Olley et Vilcey étaient indivis. L'article 10 les répartit : Arnaville et Olley vont à la Lorraine; les trois autres à la France.

Par l'article 11, le duc cède la rue de Bar à Knutange. En contrepartie, le régent cède le château de Bauzemont.

Par l'article 13, le régent cède la châtellenie de Rambervillers.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Beaumarais, Fraulautern, Lisdorf et Roden sont aujourd'hui quatre quartiers de Sarrelouis.
  2. Piedmont est aujourd'hui une partie de Mont-Saint-Martin.
  3. Romain fait aujourd'hui partie de Cosnes-et-Romain.