Traité Harris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le président James Buchanan accueille la délégation japonaise à la Maison-Blanche pour la signature du Traité d'Amitié et de Commerce.

Le traité d'Amitié et de Commerce (日米修好通商条約, Nichibei Shūkō Tsūshō Jōyaku) entre les États-Unis et le Japon a été signé au Ryōsen-ji à Shimoda le . Il ouvrait les ports d'Edo et de quatre autres villes japonaises au commerce américain et accordait l'extraterritorialité aux étrangers, entre autres conditions.

Le traité[modifier | modifier le code]

Le temple Ryōsen-ji à Shimoda, où le Traité d'Amitié et de Commerce fut signé.

Le traité suivait la convention de Kanagawa de 1854, qui accordait des droits de charbonnage pour les bateaux américains et maintenait la présence d'un consul des États-Unis à Shimoda. Bien que le commodore Matthew Perry fait garantir du carburant et de la protection pour les bateaux américain, il a laissé les droits marchands à Townsend Harris, un autre délégué américain qui était en pourparlers avec le Shogunat Tokugawa ; le traité est donc souvent désigné sous le nom du Traité de Harris. Cela a pris deux ans pour casser la résistance japonaise, mais avec la menace des demandes britanniques pour des privilèges semblables, le gouvernement Tokugawa à, par la suite, capitulé.

Traité d'Amitié et de Commerce entre le Japon et les Pays-Bas, l'Anglterre, la Russie, la France et les États-Unis, 1858.

Les points importants du traité étaient :

  • échange d'agents diplomatiques ;
  • les ports d'Edo, Kōbe, Nagasaki, Niigata et Yokohama s'ouvraient au commerce avec l'étranger ;
  • les citoyens américains étaient libres de vivre et de commercer dans ces ports (seul le commerce d'opium était interdit) ;
  • un système d'extraterritorialité permettait aux citoyens étrangers d'être jugés selon les lois de leurs pays au lieu des lois japonaises dans les tribunaux consulaires ;
  • des taxes faibles à l'exportation et à l'importation étaient fixées, sous le contrôle de l'étranger, privant ainsi le gouvernement japonais de contrôle sur le commerce international et la protection de ses propres industries (les taxes descendirent à 5 % dans les années 1860) ;
  • le Japon pouvait acheter des navires et des armes américaines ; trois navires à vapeur furent livrés en 1862.

L'accord a servi de modèle aux traités semblables signés par le Japon avec d'autres pays étrangers les semaines suivantes. Ces Traités inégaux ont diminué la souveraineté japonaise pour la première fois dans son histoire ; d'une certaine manière, ils indiquaient la faiblesse grandissante du Japon, et étaient vue par l'Occident comme prétexte pour une possible colonisation du Japon. Le rétablissement de la souveraineté nationale et de la force est devenu une priorité essentielle pour les Japonais, du fait des conséquences du traité ; la fin du Bakufu (shogun) et de l'établissement d'un nouveau gouvernement impérial.

Intérêts américains au Japon[modifier | modifier le code]

L'expédition de Perry vers le Japon a été directement liée à la notion de Destinée manifeste, avec laquelle la nation américaine avait pour mission divine de répandre la démocratie et la civilisation vers l'Ouest. Le Japon avait un rôle d'une base de commerce entre la Chine et les États-Unis. Selon le secrétaire d'État Daniel Webster, Dieu avait créé le charbon pour les bateaux à vapeur et les autres navires de commerce « dans les profondeurs des îles japonaises pour le bénéfice de l'humanité.  »

Extension de la « crise Perry »[modifier | modifier le code]

Townsend Harris (peint en 1855 par James Bogle)

La convention de Kanagawa, négociée par le Commodore Perry, était une première étape à l'extension obligatoire de l'influence américaine au Japon. Cependant, la plupart des problèmes auxquels le Shogunat Tokugawa devait faire face sont venus d'une division du pays entre les partisans d'ouverture à l'ouest (kaikoku) et les défenseurs du joi (« expulsez les barbares ») qui étaient favorables à une préservation de la culture et de l'influence japonaises jusqu'à ce que le Japon pourrait faire face à la menace militaire de l'Occident. Les Japonais étaient au courant de l'assujettissement commercial des Chinois par les Anglais après la guerre de l'opium de 1840, mais ils étaient divisés sur comment et quand ils ouvriraient inévitablement leurs ports. Les deux camps ont convenu que le commerce devrait être manipulé par les Japonais allant outre-mer au lieu des étrangers venant au Japon et violant les lois d'isolement du pays. Plusieurs de ces fonctionnaires Tokugawa qui étaient d'accord sur le Traité de Kanagawa, l'ont fait pour éviter la guerre avec les États-Unis ou la Grande-Bretagne. Le résultat était une aggravation de la crise interne; après 1858, le Shogunat a été pris au piège entre les exigences de l'Occident et celles de ses puissants ennemis intérieurs.

Cependant, Townsend Harris était beaucoup plus exigeant que Perry. Harris déclarait que les lois du Japon étaient « très particulières » et qu'il serait injuste que les étrangers vivent selon de telles règles. L'article III du traité a donné aux Américains le droit de commercer et de résider à Yedo (Tokyo) et à Osaka sans contrôle du gouvernement japonais ; le traité a également tenu compte de la juridiction consulaire dans ces villes ouvertes au commerce américain, à l'exportation libre de l'or et de l'argent japonais, et à un tarif conventionnel. L'entrée des étrangers au port d'Edo, la capitale shogunale, et le placement d'un fonctionnaire d'un gouvernement étranger près de l'empereur étaient menaçant, même pour ceux qui avaient soutenu publiquement l'ouverture à l'ouest. Ces demandes ont en particulier démontré le rôle prévisible des États-Unis au Japon ; il y avait la liberté du commerce, la permission des Américains d'affluer au Japon (mais pas des Japonais d'aller aux États-Unis), aucun intérêt pour les préoccupations militaires et de tolérance religieuse de la tradition japonaise. Ce n'était qu'un maillon d'une chaîne de commerce qui relierait l'Amérique du Nord à la Chine.

L'avertissement de Harris (et la menace) de la défaite inévitable de la résistance des Japonais face aux Britanniques et aux Français étaient assez pour convaincre un grand nombre des membres kaikoku du Shogunat Tokugawa à accepter les conditions des États-Unis, n'importe aussi défavorables étaient elles. Le souvenir de la défaite écrasante de la Chine était trop récent pour être ignoré.

Un effort vain[modifier | modifier le code]

Après avoir accepté à contre-cœur le traité de Harris, des traités similaires ont rapidement été signés au Japon, appelés les traités Ansei, avec la Russie, la France, la Grande-Bretagne, et les Pays-Bas. Ce processus a été accéléré par les résultats de la seconde guerre de l'opium en 1858 où les Chinois ont été de nouveau défaits à plate couture par les Anglais et les Français. Harris a également suggéré que le Japon signe des « traités honorables » avant que la flotte franco-britannique alliée n'arrive au Japon et contraigne la signature des « traités inégaux. » Cependant, le contenu de ces traités ne diffèrent pas dans leurs points les plus essentiels du traité de Tianjin entre la Grande-Bretagne et la Chine en 1858 ; l'un des plus importants traités inégaux dans l'histoire des relations Occident-Orient.

Ratification[modifier | modifier le code]

Le traité a été ratifié lors de la visite de la première mission japonaise de 1860 aux États-Unis.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]