Traité anglo-égyptien de 1936

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2012).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant le domaine militaire image illustrant les relations internationales
Cet article est une ébauche concernant le domaine militaire et les relations internationales.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le traité anglo-égyptien de 1936, officiellement « Traité d'alliance entre Sa Majesté, au nom du Royaume-Uni, et Sa Majesté le roi d'Égypte » (en anglais The Treaty of Alliance Between His Majesty, in Respect of the United Kingdom, and His Majesty the King of Egypt), fut signé à l'occasion de la deuxième guerre italo-abyssinienne de 1935 : le roi Farouk craignait que les Italiens envahissent l'Égypte. La signature du traité déclencha une vague de manifestations anti-Britanniques et anti-wafdistes, notamment parce que des mouvements nationalistes, comme les Frères musulmans, souhaitaient une Égypte totalement libérée de l'influence britannique et occidentale.

Depuis 1922, l'Égypte est un royaume avec une autonomie limitée. Par ce traité de 1936, le pays accède à une indépendance presque complète. Il fut ainsi établi que le Royaume-Uni évacuerait toutes les troupes britanniques présentes sur le sol égyptien, à l'exception des dix mille hommes nécessaires à la protection du canal de Suez et de ses rives. De plus, le Royaume-Uni s'engageait à approvisionner et entraîner l'armée égyptienne, et à le protéger en cas d'agression (ce qui fut le cas lors de l'invasion italienne de l'Égypte en 1940). Le traité fut signé le 26 août, ratifié le 22 décembre, et établi pour vingt ans.

En vertu de l'accord anglo-égyptien de 1899, l'Égypte et le Royaume-Uni devaient exercer conjointement la souveraineté sur le Soudan, mais dans les faits, les Britanniques gouvernaient seuls la région. De manière explicite, le traité de 1936 favorisait le statu quo sur ce problème.

Le , le premier ministre égyptien Moustapha el-Nahhas Pacha dénonce le traité anglo-égyptien. Le Royaume-Uni refuse de quitter ses bases du Canal et renforce ses effectifs à terre à 64 000 hommes au 31 décembre 1951. Des émeutes violentes, actes de guérillas, sabotage de la part des Frères musulmans, communistes et police égyptienne envers les britanniques et la répression de ces derniers feront des centaines de morts dont 405 militaires britanniques jusqu'en octobre 1954[1] lorsque le Royaume-Uni accepta de retirer ses troupes[2]. Celui-ci s'acheva en juillet 1956.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. (en) « UK Armed Forces Deaths : Operational deaths post World War II 3 September 1945 to 17 February 2016 » [PDF], sur www.gov.uk,‎ (consulté le 7 janvier 2016).
  2. Anne-Claire de Gayffier-Bonneville, « La guerre du canal 1951-1952 », sur Cahiers de la Méditerranée,‎ (consulté le 7 janvier 2016).