Trahison de l'Ouest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Conservé à la Bildarchiv der Österreichischen Nationalbibliothek de Vienne, le fameux accord des « zones d'influence » contresigné par Churchill et Staline à Moscou le .

La notion de trahison de l'Ouest se définit, dans une partie de l'historiographie des pays d'Europe centrale et orientale (PECO) et de la Grèce, en référence à la politique étrangère des puissances occidentales.

Substrat historique[modifier | modifier le code]

Cette notion de « trahison » dont les pays d'Europe centrale et orientale et la Grèce seraient les « victimes » puise à plusieurs sources :

  • du fait qu'à partir de la fin du Mur de Berlin et du Rideau de fer, les pays de l'Ouest ont promu la démocratie, la liberté, la paix, la solidarité internationale et l'état de droit, mais ont posé des conditions draconiennes à l'intégration européenne, limité le droit des personnes à circuler, pris parti pour les mouvements centrifuges dans le conflit yougoslave et procédé à des expulsions de ressortissants des « PECO ».

Cette notion de « trahison de l'Ouest » pourrait se définir par la formule : « quand ils n'ont plus eu besoin de nous, ils nous ont abandonnés à la tyrannie »[2]. Il n'en demeure pas moins que cette « trahison » est plus l'effet d'une perception a posteriori de décisions souvent prises dans l'improvisation et ayant conduit au « sacrifice » des pays d'Europe centrale et orientale, que d'une politique planifiée des Occidentaux.

Périodes[modifier | modifier le code]

Cinq périodes sont concernées :

Exemples polonais et yougoslave[modifier | modifier le code]

Lors des conférences interalliées de Téhéran (28 novembre-9 octobre 1944), de Moscou (le ), de Malte (du 30 janvier au 2 février 1945) et de Yalta (du 4 au 11 février 1945), fut décidé le déplacement vers l’ouest des frontières de la Pologne afin que l’URSS puisse garder les territoires polonais obtenus par le pacte germano-soviétique ; le gouvernement polonais en exil à Londres n’en fut ni informé, ni consulté. On ne précisa pas les nouvelles frontières de la Pologne, les Britanniques pour éviter les protestations du gouvernement polonais et Roosevelt pour ne pas choquer les Américains d’origine polonaise. Après la Conférence, des fuites révélèrent que Britanniques et Américains avaient consenti à valider les frontières obtenues par Staline au pacte germano-soviétique : Anthony Eden (devant la Chambre des Communes le 15 décembre 1943) et Franklin D. Roosevelt (devant le Congrès le 11 janvier 1944) se livrèrent à des dénégations mensongères[7]. De plus, la frontière orientale de la Pologne ne fut pas, comme annoncé, calée sur la véritable ligne Curzon de 1919 qui laissait Lwow à la Pologne (ligne surnommée par les Soviétiques « ligne Curzon B ») mais sur un tracé nommé « ligne Curzon A » proche du tracé germano-soviétique de 1939 et donnant Lwow à l'URSS. Plus symboliquement mais non moins douloureusement pour les Polonais, les membres de l’Armée polonaise de l'ouest ne furent pas invités à participer au défilé de la Victoire à Londres le 8 juin 1946 : du point de vue polonais, la Pologne a été traitée comme si elle avait été un ennemi des Alliés[8].

Concernant les opérations dans les Balkans occupés, Churchill annonça à Staline son intention de soutenir en Yougoslavie les partisans communistes dirigés par Tito plutôt que le groupe légitimiste des Tchetniks dirigés par Draža Mihailović et obéissant au gouvernement yougoslave en exil à Londres. Churchill avait pris cette décision sur la base de rapports concluant que les Partisans infligeraient aux Allemands bien plus de dommages que les Tchetniks[9],[10] (dont des groupes dissidents, en Bosnie-Herzégovine, en Croatie et en Dalmatie, distincts de ceux de Mihailović, collaboraient au contraire avec les occupants pour combattre les communistes) et sans se douter que ces rapports exagéraient largement le nombre des groupes dissidents et minimisaient les forces de Mihailović, grâce à l’influence des « Cinq de Cambridge », un groupe d’agents de renseignement britanniques du SIS travaillant en fait pour le NKVD[11]. Draža Mihailović et ses hommes, qui avaient déjà payé un lourd tribut à la répression nazie, furent tués ou mis au travail forcé dans des camps par le régime Titiste, le gouvernement légitime réfugié à Londres se trouva abandonné et beaucoup de ses membres n’eurent plus qu’à demander l’asile politique[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. Chaulanges, J.M. D'Hoop, Histoire contemporaine, 1789-1848, Delagrave, Paris, 1960, p. 267-283 et L. Genet, L'époque contemporaine, 1848-1914, Hatier, Paris, 1961, p. 12-24, 56-62, 85, 295-338, 478-503.
  2. Oskar Krejčí : Geopolitics of the Central European Region. The view from Prague and Bratislava, éd. Veda, Bratislava 2005, 494 p., sur "Geopolitics of the Central European Region. The view from Prague and Bratislava".
  3. Jan Karski, Mon témoignage devant le monde : histoire d'un état clandestin Robert Laffont, 2010
  4. Général Wladyslaw Anders, Mémoires 1939-1945, La Jeune Parque Paris1948
  5. Georges Coudry, Les Camps soviétiques en France : les Russes livrés à Staline en 1945, Albin Michel, (ISBN 2-226-08936-5)
  6. Simone Veil, travaux de la commission internationale pour les Balkans et du groupe de travail sur la libre circulation des personnes sur [1]
  7. Céline Gervais-Francelle, Introduction à l'édition française 2011 de Jan Karski, Mon témoignage devant le monde, format de poche, p. 18.
  8. Tadeusz Piotrowski, Poland's Holocaust: Ethnic Strife, Collaboration with Occupying Forces and Genocide in the Second Republic, 1918-1947, McFarland & Company, 1997.
  9. Branko Miljuš, La révolution yougoslave, L'Âge d'homme, , 247 p. (lire en ligne), « La collaboration avec l'ennemi », p. 119-133
  10. Dusan-T Batakovic, Histoire du peuple serbe, L'Âge d'homme, , 386 p. (lire en ligne), p. 337.
  11. Christopher Andrew et Oleg Gordievsky, (en) Le KGB dans le monde, 1917-1990, Fayard 1990, (ISBN 2213026009) et Christopher Andrew, (en) Le KGB contre l'Ouest (1917-1991) : les archives Mitrokhine, Fayard, 2000, 982 p.
  12. Jean-Christophe Buisson, Le général Mihajlovic (1893-1946), héros trahi par les Alliés, Perrin 1999, (ISBN 2-262-01393-4).

Articles connexes[modifier | modifier le code]