Tradate

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tradate
Blason de Tradate
Héraldique
Tradate
Villa Truffini, siège de la mairie.
Noms
Nom latin (origine) Teodorus + -ate
Administration
Pays Drapeau de l'Italie Italie
Région Drapeau de la région de Lombardie Lombardie 
Province Varèse 
Code postal 21049
Code ISTAT 012127
Code cadastral L319
Préfixe tel. 0331
Démographie
Gentilé tradatesi
Population 17 901 hab. (31-12-2010[1])
Densité 845 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 42′ 00″ nord, 8° 55′ 00″ est
Altitude 303 m
Min. 274 m
Max. 371 m
Superficie 2 119 ha = 21,19 km2
Divers
Saint patron Santo Stefano
Fête patronale 26 décembre
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Lombardie
Voir sur la carte administrative de Lombardie
City locator 14.svg
Tradate
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte administrative d'Italie
City locator 14.svg
Tradate
Géolocalisation sur la carte : Italie
Voir sur la carte topographique d'Italie
City locator 14.svg
Tradate
Liens
Site web http://www.comune.tradate.va.it

Tradate est une commune italienne de la province de Varèse dans la région Lombardie en Italie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

  • Tradate, siège municipal
  • Guazzone
  • Ceppine

Subdivisions historiques[modifier | modifier le code]

La ville est divisée en quartiers. Pour Tradate :

  • Barnasc ;
  • Bozétt ;
  • Cascine ;
  • Lodula ;
  • Pineta.

Il faut ajouter Ceppine, quartier historique avant l'expansion urbaine dont il a fait l'objet.

Hameaux[modifier | modifier le code]

Abbiate Guazzone, Ceppine Superiore, la Costa, Montechiuso, Pratolungo, Grisciola, Scorpione, C.na Villafranca, C.na Sanità, Roncaccio, Villa Sopranzi, Villa Melzi, Ladrazza, Allodola.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tradate
Venegono Inferiore Castelnuovo Bozzente (CO) Appiano Gentile (CO)
Lonate Ceppino Tradate Carbonate (CO)
Cairate Locate Varesino

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • L'historien Gerhard Rohlfs identifie l'origine du nom à partir du nom propre de personne Theodorus, avec ajout du suffixe -ate ;
  • selon Antonio Olivieri, cependant, la dénomination Tradate serait liée au nom germanique Teuderad qui s'est ensuite transformé en Tederate, une appellation trouvée dans le Codex Longobardorum ;
  • certains parlent alors d'un nom à l'époque romaine, Tradatum.

Le nom « Tradaa » (toujours utilisé dans le dialecte lombard occidental local) se trouve écrit sur certains parchemins datant des XIIe et XIIIe siècles.

Dans le Liber Notitiae Sanctorum Mediolani, le nom Tradate est mentionné.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l'époque romaine, la Via Mediolanum-Bilitio, a mis en communication Milan avec « Luganum » (Lugano) en passant par « Varisium » (Varese).

Le territoire était probablement déjà habité à l'époque romaine et a continué à l'être dans la période qui a suivi les invasions barbares des Ve et VIe siècles qui ont entraîné la chute de l'Empire romain[2].

Entre le XIe siècle et le XIIIe siècle, la région de Tradate a subi les effets de la politique expansionniste du Duché de Milan et, en 1071, le château de Guazzone est détruit. Au cours de ces années, la famille Pusterla a commencé à renforcer sa domination sur la région (qui a duré jusqu'au XVIIIe siècle) et, au XIVe siècle, a construit son propre château qui existe toujours[2].

Passée ensuite sous la domination des Habsbourg, la région subit une réorganisation dans les années 1700 (Cadastre thérésien) dont il reste de nombreuses cartes du territoire[2].

À partir de 1878, le village est relié aux autres centres de la région par le chemin de fer[3]. À partir de 1899, Tradate est relié à l'électricité, grâce à la centrale électrique Vizzola Ticino[3]..

Au début du XXe siècle, le village est encore lié à l'agriculture et à l'activité textile, avec des activités de tissage. La seule entreprise moderne est précisément un tissage de la soie avec 25 machines à vapeur[3].

Le traitement traditionnel du papier est également très répandu, développé principalement à partir de 1880 avec la fondation du Scatolificio Pusterla[3], qui existe toujours.

Une moto Frera de 1931. L'entreprise a fermé ses portes en 1936.

En 1905, l'usine de motos Frera est installée dans le village , ce qui contribue au développement économique du territoire et à une augmentation de l'emploi[3].



Administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1993 2002 Dario Galli    
2002 2012 Stefano Candiani Centre gauche employé
2012 2017 Laura Fiorina Cavalotti Centre gauche  
2017 2018 Dario Galli Ligue du Nord  
2018 2019 Claudio Ceriani    
2019 En cours Giuseppe Bascialla Centre droit  
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Le lycée public Galileo Galilei est jumelé avec le lycée de Trévoux, France.

Depuis le 21 octobre 2006, la commune est jumelée avec quatre petites communes du canton de Loriol-sur-Drôme :

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville de Tradate dispose d'un environnement scolaire public et privé complet, des jardins d'enfants au lycée, du lycée aux instituts techniques et professionnels.

Pour cette raison, Tradate est le site de référence pour les localités environnantes.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Château Pusterla Melzi ;
  • La Villa Sopranzi, devenue Castello Stroppa, abrite actuellement l'Istituto dei Pavoniani.

Lieux de culte[modifier | modifier le code]

  • L'église Santo Stefano.
  • La chapelle Madonna delle Vigne.

Musées[modifier | modifier le code]

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Aricles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
  2. a b et c (it) « La storia », sur www.mytradate.it
  3. a b c d et e (it) Anna Gamardella, Gianpaolo Cisotto, Museo Fisogni, 1950-1973. Il Boom Economico nel tradatese in mostra al Museo Fisogni-Un'esperienza di alternanza, Macchione (ISBN 978-88-6570-517-9)
  4. (it)Comune di Tradate | News