Trézène (ville)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trézène
(el) Τροιζήνα
Administration
Pays Drapeau de la Grèce Grèce
Périphérie Attique
District régional Nome du Pirée
Code postal 180 20
Indicatif téléphonique 22980
Démographie
Population 6 507 hab. (2001[1])
Densité 194 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 28′ 00″ nord, 23° 25′ 00″ est
Altitude 23 m
Superficie 3 360 ha = 33,6 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte administrative de Grèce
City locator 14.svg
Trézène
Géolocalisation sur la carte : Grèce
Voir sur la carte topographique de Grèce
City locator 14.svg
Trézène

Trézène (en grec moderne : Τροιζήνα) est une ancienne cité grecque du Péloponnèse, sur la côte nord de l'Argolide.

Elle a donné son nom à un village, appelé Damalas ou Damala jusqu'en 1929[2], date à laquelle il a été rebaptisé du nom de la ville antique dont les ruines se trouvent à proximité.

La cité a aussi donné son nom à une municipalité dont le siège se trouve dans le village de Galatás, et dont fait partie le village moderne de Trézène.

Ce fut à Trézène (à Damalas) que se tint une des Assemblées nationales lors de la guerre d'indépendance grecque, en 1827. Racine y situa sa tragédie Phèdre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La plaine de Trézène est fertile et produit des oranges, des citrons, des cédrats, des figues et des caroubes.

Mythologie[modifier | modifier le code]

Trézène est considérée comme la ville natale de Thésée.

Poséidon disputa Trézène à Athéna. À cette occasion Zeus donna l'ordre que la cité fût partagée entre eux deux, ce qui fut désagréable à l'un et à l'autre.

Dans une autre histoire, un de ses rois, Saron, emporté dans les flots par une biche (qui n'était autre qu'Artémis), donna son nom au golfe Saronique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les fouilles de l'École française d'Athènes ont révélé des vestiges préhistoriques. La ville aurait donné naissance aux poètes archaïques Agias et Oroebantius. On y pratiquait le culte de deux divinités de la terre, Damia et Auxèsia, avec un combat simulé à coups de pierres appelé Lithobolia[3] : une idée d'efficace y était attachée, peut-être spécialisée par la suite en vertu fertilisante.

Elle fut le siège d'une baronnie de la principauté d'Achaïe.

Ce fut à Trézène que se tint l'Assemblée nationale dite de Trézène lors de la guerre d'indépendance grecque, en 1827. Elle élut Ioánnis Kapodístrias chef de l'État.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]