Trévérec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trévérec
Trévérec
Église de Trévérec
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Canton Plouha
Intercommunalité Leff Armor Communauté
Maire
Mandat
Sandrine Le Troquer-Geffroy
2014-2020
Code postal 22290
Code commune 22378
Démographie
Gentilé Trévérecois, Trévérecoise
Population
municipale
219 hab. (2016 en augmentation de 3,79 % par rapport à 2011)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 20″ nord, 3° 03′ 29″ ouest
Altitude 90 m
Min. 23 m
Max. 93 m
Superficie 4,33 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trévérec

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trévérec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trévérec

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trévérec

Trévérec [tʁeveʁɛk] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Treverec en 1427, Treffverrec en 1461, Treverrec en 1505, Trémerrec en 1554, Treverec en 1596 et en 1801[1].
On trouve Trévérec dès 1861[2].

Son nom viendrait de l’ancien breton trev qui veut dire village et de Saint-Mérec. Mais les dernières recherches concernant Saint Mérec laissent à penser que celui-ci est un saint légendaire qui n'aurait jamais existé mais que le nom Mérec/Méreuc remonte au vieux-breton Meroc /Meiroc, forme adjectivale impliquant une dédication à la Vierge Marie. Tréméreuc signifierait donc « village de la Vierge Marie »[3]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Pierre Quilgars   Retraité
mars 2014 En cours Sandrine Le Troquer-Geffroy DVG Employée
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2016, la commune comptait 219 habitants[Note 1], en augmentation de 3,79 % par rapport à 2011 (Côtes-d'Armor : +0,77 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
406505520580513523528669526
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
529548558538539558538544503
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
447451408405370363325299279
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
275201208178190174185186220
2016 - - - - - - - -
219--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Coutume et tradition[modifier | modifier le code]

A Trévérec, lorsqu’un projet connu de mariage se trouve définitivement rompu, par suite d’une autre union que contracte l’une des parties intéressées, on avait l’habitude de railler la déconvenue de celle qui reste en lui faisant garlantezen qui signifie proprement « guirlande » ; c’est, en effet, un simple mélange de verdure et de fleurs, où peuvent se trouver d’autres objets allégoriques, comme des amandes et ces petits bonbons dits pasiantet, « patience ». Le tout est fixé secrètement, pendant la nuit, sur la maison habitée par la personne visée, où, à défaut, sur un arbre du voisinage ; dans ce dernier cas, pour qu’elle n’en ignore rien, on a l’attention délicate de répandre une traînée de balle allant de son domicile à la galantezen[8].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Véran.

Église Saint-Véran[modifier | modifier le code]

L'église date du XIXe siècle. En 1864, la nef était en ruine ; elle fut reconstruite durant les années 1865 à 1868. Le clocher fut reconstruit de 1891 à 1895. Le manque d'entretien peut s'expliquer par le fait que la paroisse de Trévérec fut supprimée à la Révolution par la réunion avec Gommenech. Ce n'est qu'en 1823 que la commune fut rétablie succursale[9].

Chapelle de Pont-Men[modifier | modifier le code]

Cette chapelle est dédiée à la Sainte-Vierge et à saint-Nicolas. Elle a été rebâtie en 1837[9].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Jean Goarin : cantonnier, cordonnier et ancien élu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêté des Consuls, daté du 5 brumaire an X
  2. Certifié par le préfet le 5 juin 1862
  3. « Saint Mérec : du saint légendaire à la Vierge Marie - Ar Gedour », sur Ar Gedour, (consulté le 29 juin 2016)
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Singuliers présents distribués aux amoureux évincés en Bretagne, d’après « Mélusine : Revue de mythologie, littérature populaire, traditions et usages », paru en 1901.
  9. a et b « Société d'émulation des Côtes-du-Nord, tome 72, 1940, Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier (suite et fin). », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 25 mai 2015)
  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]