Trémentines

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Trémentines
La rue Pasteur à Trémentines.
La rue Pasteur à Trémentines.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Cholet
Canton Cholet-2
Intercommunalité Agglomération du Choletais
Maire
Mandat
Marc Grémillon
2014-2020
Code postal 49340
Code commune 49355
Démographie
Gentilé Trémentinais, Trémentinaise
Population
municipale
2 867 hab. (2014)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 07′ 24″ nord, 0° 47′ 07″ ouest
Altitude Min. 82 m
Max. 180 m
Superficie 34,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Trémentines

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 14.svg
Trémentines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trémentines

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trémentines
Liens
Site web Site de Trémentines

Trémentines est une commune française située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire.

Ses habitants sont appelés les Trémentinais et les Trémentinaises.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune angevine des Mauges, Trémentines se situe au nord de Nuaillé, sur les routes D 160E, Saint-Georges-des-Gardes / Nuaillé, D 160, Cholet, et D 65, Le May-sur-Èvre / Vezins[1].

La croix de Trémentines.
La chapelle de Trémentines.

Communes limitrophes de Trémentines :

Rose des vents May-sur-Èvre La Chapelle-Rousselin
Saint-Georges-des-Gardes
La Tourlandry
Rose des vents
Saint-Macaire-en-Mauges N Vezins
Coron
O    Trémentines    E
S
Saint-Léger-sous-Cholet
Cholet
Nuaillé
Toutlemonde
Chanteloup-les-Bois

Les communes les plus proches sont : Nuaillé (3 km), Saint-Georges-des-Gardes (4 km), Vezins (5 km), La Tourlandry (7 km), Toutlemonde (8 km), Le May-sur-Èvre (8 km), Chanteloup-les-Bois (8 km), Mazières-en-Mauges (9 km), La Jubaudière (9 km) et Cholet (10 km)[2].

Relief et paysage[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans la vallée de l'Èvre et sur les collines de l'Anjou. Elle est située sur un double plateau, divisé par la vallée de l’Èvre qui arrose la commune sur un parcours de 10 100 mètres et animait autrefois les moulins de Picosson et de la Fôrétrie. L’Èvre est grossi des ruisseaux de l’Éperonnière, de la Génillière, de Montbault, de la Singère, de la Beillardière et des Ogeries.

Géologie et hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune s'étend sur un terrain granitique, eurite et syénite[3].

Transports[modifier | modifier le code]

Transports routiers et autoroutiers[modifier | modifier le code]

la Route impériale d’Angers au Sables d’Olonne traverse la commune ainsi que l’autoroute Angers-La Roche-sur-Yon (A87).

Transports ferroviaires[modifier | modifier le code]

La ligne de chemin de fer Angers-Cholet traverse presque parallèlement la partie occidentale avec une gare de marchandises située à 20 200 mètres de l’agglomération, la station voyageurs a été fermée en 1999. La gare la plus proche est la Gare de Cholet.

Transports péri-urbains[modifier | modifier le code]

La ligne 12 du réseau Choletbus assure les arrêts de Trémentines, Cholet et Angers[4]. La ligne 7 du réseau Anjoubus assure également ces arrêts.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Deux mégalithes se tiennent encore sur la territoire de la commune, le menhir du Pré de la Chapelle et la pierre Fiche de Parchambault. De plus, ont été trouvés sur l'ensemble de la commune 19 haches polies et 4 silex taillés[3].

On retrouve la trace de deux voies romaines, une se dirigeant vers La Tourlandry, la seconde vers Vezins. En 1878, il est fait mention d'un tronçon dallé de larges dalles de granite[3], sans qu'il ait été prouvé qu'il s'agit d'une voie antique.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'église a probablement été fondée vers le XIe siècle par les seigneurs de Maulévrier. Au XIIe siècle, elle est la propriété de l'abbaye Saint-Florent-de-Saumur. Un prieuré y est créé au sud de l'église[3].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  1791 Jean Siraudeau    
avant 2001 2008 Gérard Brillouet    
mars 2008 en cours Marc Grémillon[5]    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de l'agglomération du Choletais.

Autres circonscriptions[modifier | modifier le code]

Trémentines appartient au canton de Cholet-2.

Jumelages et partenariats[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[7],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 867 habitants, en augmentation de 1,27 % par rapport à 2009 (Maine-et-Loire : 3,2 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 253 1 630 1 491 1 802 2 005 2 038 2 033 2 055 2 162
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 287 2 358 2 411 2 337 2 247 2 157 2 005 1 966 1 919
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 853 1 872 1 832 1 591 1 619 1 545 1 540 1 599 1 693
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 797 2 037 2 341 2 805 3 034 2 817 2 794 2 796 2 867
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,6 % contre 48,7 % au niveau national et 48,9 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 50,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 18,7 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 22,7 %, plus de 60 ans = 15,4 %) ;
  • 49,4 % de femmes (0 à 14 ans = 18,8 %, 15 à 29 ans = 16,4 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 22,3 %).
Pyramide des âges à Trémentines en 2008 en pourcentage[10]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
1,2 
5,2 
75 à 89 ans
9,6 
9,7 
60 à 74 ans
11,5 
22,7 
45 à 59 ans
22,8 
21,4 
30 à 44 ans
19,7 
18,7 
15 à 29 ans
16,4 
21,8 
0 à 14 ans
18,8 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[11].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Installations spécifiques :

  • 2 terrains de football, où se pratique du football ;
  • 2 terrains de tennis ;
  • 1 boulodrome ;
  • 1 salle multi-sport, la salle Audignane, où se pratique du basket-ball ;
  • 1 salle de sports de combat, où se pratique des arts martiaux (dojo) ;
  • 1 salle multi-sports, où se pratique du tennis, du tennis de table et du basket-ball ;
  • 1 salle de gymnastique, où se pratique la gymnastique et la zumba.

Culture[modifier | modifier le code]

Théâtre de Trémentines : spectacles et pièces de théâtre.[réf. nécessaire]

Économie[modifier | modifier le code]

Sur 172 établissements présents sur la commune à fin 2010, 30 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 10 % du secteur de l'industrie, 8 % du secteur de la construction, 39 % de celui du commerce et des services et 14 % du secteur de l'administration et de la santé[12].

Économie au XVIIIe siècle : En 1751, 29 métiers à tisser travaillent pour les manufactures de Cholet.[réf. nécessaire]

Ce petit bourg près de Cholet est le siège d'une industrie horlogère avec la présence de l'entreprise Bodet.[réf. nécessaire]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Ancienne gare de Trémentines.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Célestin Port, Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire et de l'ancienne province d'Anjou : S-Z, t. 4, Angers, H. Siraudeau et Cie, , 2e éd. (notice BnF no FRBNF35857376)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. IGN et BRGM, Géoportail Trémentines (Maine-et-Loire), consulté le 18 novembre 2012.
  2. Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Trémentines (49), consulté le 18 novembre 2012 - Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  3. a, b, c et d Port 1996, p. 589
  4. Choletbus, Réseau de transport Choletbus, consulté le 2 septembre 2013.
  5. Ouest-France, Maire, adjoints et délégués se sont répartis les tâches, article du 4 avril 2014.
  6. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « Évolution et structure de la population à Trémentines en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  11. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 16 juin 2012)
  12. Insee, Statistiques locales du territoire de Trémentines (49), consultées le 16 juin 2013.