Trémargat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Trémargat
Trémargat
L'église Notre-Dame.
Blason de Trémargat
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Guingamp
Intercommunalité Communauté de communes du Kreiz-Breizh
Maire
Mandat
François Salliou
2020-2026
Code postal 22110
Code commune 22365
Démographie
Gentilé Trémargatois
Population
municipale
187 hab. (2019 en diminution de 3,11 % par rapport à 2013)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 19′ 59″ nord, 3° 15′ 59″ ouest
Altitude Min. 174 m
Max. 287 m
Superficie 13,9 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Rostrenen
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Voir sur la carte administrative de Bretagne
City locator 14.svg
Trémargat
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor
Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Trémargat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trémargat
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trémargat

Trémargat [tʁemaʁgat] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor, en région Bretagne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Trémargat se trouvait historiquement en Cornouaille, dans le Pays Fañch.

Situation[modifier | modifier le code]

Située à 13 kilomètres de Rostrenen, au cœur du Kreiz Breizh, Trémargat est une commune qui connaît aujourd'hui un développement original basé sur des dynamiques écologiques.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

De Duault à Corlay en passant par Trémargat et Saint-Nicolas-du-Pélem, sur plus de 30 km, un massif granitique correspondant à la partie ouest du batholite de Quintin, domine, atteignant 290 mètres, les collines schisteuses de la partie orientale du bassin de Châteaulin situées à son sud.

Les altitudes sont comprises entre 282 mètres pour le point le plus élevé (près de Quinquis-Auffret, dans la partie sud du finage communal) et 178 mètres pour les points les plus bas (à la fois dans la vallée du ruisseau de Belle Chasse et à la confluence du Blavet et du ruisseau de Saint-Georges, aux endroits où ces cours d'eau quittent le territoire communal). Le bourg, en position relativement centrale dans la commune, est à 267 mètres d'altitude.

Hydrographie et végétation[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Blavet, dont le cours matérialise à l'est la limite avec Lanrivain. Le Blavet s'enfonce dans de profondes gorges dont les versants sont couverts de bruyères et d'ajoncs touffus et disparait complètement sur quelques centaines de mètres sous un amoncellement de roches granitiques formant un chaos, les gorges de Toul-Goulic. La commune est arrosée par des cours d'eau de taille plus modeste : le ruisseau de Belle Chasse, qui marque la limite avec Kergrist-Moëlou à l'ouest, et le ruisseau Saint-Georges. Ce sont des affluents de rive droite du Blavet.

Le barrage de Kerne-Uhel, sur la partie amont du Blavet, est à cheval sur les communes de Trémargat et Lanrivain. Construit par le département des Côtes-d'Armor à partir de 1979, il a été mis en eau en 1981, dans le but principal de produite de l'eau potable grâce à l'usine du "Syndicat Mixte Kerne Uhel" située juste en aval du barrage ; celui-ci, haut de 12 mètres et long de 120 mètres,a créé un lac de retenue de 74 hectares, entouré d'un périmètre de protection de 117 hectares, en bonne partie reboisé d'espèces feuillues[1]. Le lac de retenue de Kerné-Uhel est à cheval sur les trois communes de Trémargat, Lanrivain et Peumerit-Quintin.

Le site abrite de nombreuses espèces sauvages comme la poule d'eau, le ragondin, le grèbe huppé, le héron cendré, le martin-pêcheur, la libellule déprimée, etc.. Réputé pour la pêche (classé en 2e catégorie), le lac, est peuplé de gardons, carpes et de carnassiers (brochets, sandres et perches)[2] ; son annexe l'Anse du Rocleu, est dédiée à la pêche au brochet[3]. La navigation sur le lac est autorisée pour les bateaux à voile, à rames ou à moteur électrique (interdite pour les moteur thermiques). Une base de loisirs, aménagée pour la pratique de la voile et du canoë-kayak, est située en amont du barrage, côté Trémargat-Peumerit-Quintin dans l'anse de Pen-ar-C'hoat. Un sentier de randonnée pour piétons et VTT, long de 12 km, fait le tour du lac ; un autre, long de 3 km, fait le tour de l'Anse du Rocleu[1].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

La forêt départementale de Kerne-Uhel est une forêt plantée dans la décennie 1980 ; le site est parsemé de chaos de granit en boules et de talus boisés portant de vieux arbres aux formes torturées qui préexistaient. Cette forêt est incluse dans le périmètre du site Natura 2000 "Tête de bassin versant du Blavet et de l'Hyères"[4], créé en 2007, et présente une diversité d'habitats naturels remarquables et des espèces à forte valeur patrimoniale comme la loutre d'Europe ou la mulette perlière, deux espèces d'intérêt communautaire[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[6]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Ce type de climat se traduit par des températures douces et une pluviométrie relativement abondante (en liaison avec les perturbations venant de l'Atlantique), répartie tout au long de l'année avec un léger maximum d'octobre à février[7].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000[Note 1]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[6]

  • Moyenne annuelle de température : 10,4 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 1,6 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 0,9 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 11,9 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 3] : 1 147 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 17,4 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8,6 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[10] complétée par des études régionales[11] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Kerpert », sur la commune de Kerpert, mise en service en 1987[12] et qui se trouve à 11 km à vol d'oiseau[13],[Note 4], où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 1 130,6 mm pour la période 1981-2010[14]. Sur la station météorologique historique la plus proche[Note 5], « Saint-Brieuc », sur la commune de Trémuson, mise en service en 1985 et à 37 km[15], la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[16] à 11,2 °C pour 1981-2010[17], puis à 11,4 °C pour 1991-2020[18].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Trémargat est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 6],[19],[20],[21]. La commune est en outre hors attraction des villes[22],[23].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Terres arables hors périmètres d'irrigation 4,1 % 57
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 23,3 % 323
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 29,2 % 405
Surfaces essentiellement agricoles interrompues par des espaces naturels importants 14,3 % 198
Forêts de feuillus 26,3 % 366
Forêts de conifères 0,5 % 6,5
Forêts mélangées 2,4 % 33,5
Source : Corine Land Cover[24]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes Tremargat en 1306 [25], Treffve de Tremelgat en 1535 et en 1536[26]. Tremargad en breton[25].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Trémargat possède des traces d’occupation humaine ancienne : des menhirs, une enceinte fortifiée (le Camp protohistorique de Toul-Goulic), près de Porsporel, et des monnaies romaines de Constantin le Grand. La voie romaine de Vorgium à Corseul passait par Trémargat.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Pierre Caërou fut curé de Trémargat entre 1782 et 1792, date à partir de laquelle, prêtre réfractaire il dut se cacher, changeant d'asile toutes les nuits, pour continuer à exercer clandestinement son ministère ; il fut prit un jour, alors qu'il se trouvait dans le village de Boisjoly, par des soldats républicains et fusillé dans la forêt de Lorge. Son corps fut retrouvé par sa nièce et inhumé dans le cimetière de Plounévez-Quintin[27].

Le XIXe siècle[modifier | modifier le code]

De la paroisse à la commune[modifier | modifier le code]

Loi concernant la création de la commune de Trémargat (, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglements, et avis du Conseil d'Etat ).

Trémargat était initialement une trève de la paroisse de Plounévez-Quintin et dépendait jadis de l'évêché de Quimper, de la subdélégation de Quimper et du siège royal de Carhaix. Trémargat devient paroisse par l'ordonnance royale du et commune indépendante, séparée de Plounévez-Quintin, par un décret en date du [28].

Trémargat décrit en 1862[modifier | modifier le code]

Joachim Gaultier du Mottay a décrit ainsi Trémargat en 1862 : « Territoire élevé, très accidenté, peu boisé, mais couvert d'un certain nombre de pommiers. Les terres sont assez bonnes. Les prés sont productifs, mais les landes qui composent le tiers environ de la commune sont de médiocre qualité ». L'auteur précise aussi que Trémargat est sans école, qu'on y parle le breton et que le sous-sol est granitique[29].

Le XXe siècle[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Trémargat porte les noms de 31 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale dont un, Louis Le Fell[30], en Grèce alors qu'il était membre de l'Armée française d'Orient[31].

Pierre Guégan, né en 1886 à Trémargat, soldat au 2e régiment d'infanterie, fut fusillé pour l'exemple le à Méharicourt (Somme)[32].

L'avocat Louis Turmel (1866-1919), député-maire de Loudéac, impliqué en 1917 dans une célèbre affaire d'espionnage, est né à Trémargat.

L'Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Des carrières de granit ont été exploitées pour l'empierrement des routes, mais aussi pour la construction de maisons.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Trémargat porte les noms de trois personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale[31].

Le maquis Tito se développa à partir du printemps 1943 dans le quadrilatère Trémargat, Lanrivain, Peumerit-Quintin, Saint-Nicolas-du-Pélem, sous le commandement de Louis Pichouron, alias « commandant Alain »[33].

Fin du XXe siècle[modifier | modifier le code]

Territoire aux terres pauvres et pendant longtemps en forte déprise démographique (690 habitants en 1935, 243 habitants en 1968, 152 en 1990) la commune a vu progressivement s'installer des néo-ruraux - parfois initialement qualifiés de « hippies » - motivés dès les années 1960 par la terre et les logements à bon marché, puis peu à peu intéressés aux enjeux écologiques[34].

Alors que les campagnes du Centre-Bretagne se vidaient, une poignée de jeunes couples inspirés par une idéologie soixante-huitarde décident de s'y installer, alors que la commune était considérée dans la décennie 1970 comme « pauvre et incultivable »[35]. « On nous disait: "Malheureux que vous êtes, vous allez crever de faim, la terre est mauvaise, en pente avec des cailloux". On a pris ça comme un défi » dit François Salliou, futur maire de Trémargat. Ce fut le début du renouveau de la commune[36].

Le XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Une commune singulière[modifier | modifier le code]

La commune au début du XXIe siècle se caractérise surtout par des dynamiques dites durables assez remarquables : réseau des chemins, souci environnemental (la commune a échappé au remembrement), forte présence de l'agriculture biologique, entretien paysager, etc[37].

Le , l'église paroissiale Saint-Gildas rouvre après avoir été fermée pendant douze ans ; les travaux de restauration ont coûté 250 000 euros[38].

Dans cette commune de moins de 200 habitants, on ne compte pas moins de 16 associations et 33 entreprises d'agriculteurs, potier, ébéniste, fleuriste, infirmiers, coutelier, , etc.[36]

En 2022, Trémargat compte 14 exploitations agricoles, la plupart fonctionnant en bio et (ou) en circuit court ; les agriculteurs locaux sont proches d'Accueil paysan et de la Confédération paysanne. Le maire, François Saliou, déclare : « Les gens se sont installés ici parce que les terres n'étaient pas très chères ». Une association, la Pépie, gère l'épicerie et un gîte ; le café a été racheté par la commune et fonctionne avec une quinzaine de bénévoles qui aident deux personnes travaillant à mi-temps ; une machine à laver et un sèche-linge sont à la disposition des habitants. Le réaménagement du bourg s'est effectué quasi bénévolement, lors de chantiers collectifs.

Les terres pauvres de Trémargat constituent « l’un des milieux les plus hostiles de Bretagne. Dans ces conditions particulièrement dures, il fallait qu’ils inventent un modèle pour pouvoir rester. Cela les entraîne plus loin qu’ils ne le pensaient. Ils gagnent moins d’argent qu’ailleurs mais ont moins de dettes et plus de pouvoir » a expliqué Jean-Jacques Monnier[39].

Depuis 1989, la tradition locale veut que le maire ne puisse faire qu'un mandat, afin que les responsabilités soient tournantes. Une base nautique a été aménagée sur la rive du lac de Kerne-Uhel. Par contre, le faible nombre des habitants explique l'absence d'école dans la commune, la vingtaine d'enfants étant scolarisés dans les communes voisines de Lanrivain ou Kergrist-Moëlou[40].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires successifs[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1852 1855 Joseph Loison[Note 7]   Agriculteur au bourg. Premier maire de la commune.
1855   Guillaume Le Brun[Note 8]   Cultivateur.
         
avant 1894 après 1894 Noël Le Cam[Note 9]   Meunier.
         
juin 1995 mars 2001 Éric Hamon    
mars 2001 mars 2008 Vincent Munin    
mars 2008 mars 2014 Éric Bréhin   Enseignant
mars 2014 28 mai 2020 Yvette Clément DVG Agricultrice
28 mai 2020 En cours François Salliou[41]    

Au niveau local, la gouvernance fait intervenir tous les citoyens qui le souhaitent et le mandat de maire est unique, l'unique liste changeant de tête à chaque élection[34].

Une commune rurale très à gauche[modifier | modifier le code]

Le contexte particulier se traduit lors des élections nationales par des scores très importants en faveur des candidats de la gauche. Ainsi, Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon finissent en tête du premier tour de l'élection présidentielle de 2012 avec respectivement 29,03 % et 27,42 % des suffrages exprimés, soit nettement plus que leurs résultats nationaux. Au premier tour de l'élection présidentielle de 2017, Jean-Luc Mélenchon obtient 61,54 % des suffrages et Benoît Hamon, deuxième, obtient 14,69 %. Aux élections européennes de 2019, les 2 listes écologistes totalisent 42 % des suffrages exprimés.

Lors du premier tour de l'élection présidentielle le , Trémargat est la commune de la région Bretagne qui a donné le plus fort pourcentage de voix en faveur du candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon, celui-ci arrivant en tête avec 64,44 % des voix[40].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1856. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[43].

En 2019, la commune comptait 187 habitants[Note 10], en diminution de 3,11 % par rapport à 2013 (Côtes-d'Armor : +0,59 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1856 1861 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
626593556612598558566553611
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
602614546540486436398301269
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013 2018
243199187152171167168193190
2019 - - - - - - - -
187--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Ainsi, quoique rurale, la commune est très jeune[34] (34 ans de moyenne d'âge) et connaît un timide renouveau (171 habitants en 1999).

En 2017, Trémargat était, selon l'INSEE, la commune de Bretagne où les retraités avaient le plus faible revenu imposable (12 804 euros).

Économie[modifier | modifier le code]

En , Trémargat est la première commune française alimentée en électricité d'origine 100 % renouvelable délivrée par Enercoop[34]. La commune fait partie des rares communes de moins de 200 habitants à s'être dotée d'un plan local d'urbanisme (PLU) pour gérer son développement[34].

Épicerie associative[modifier | modifier le code]

Le ouvre une épicerie associative installée dans une extension du « Trémargad café », géré par une association depuis 2008[34]. Il s'agit d'une épicerie paysanne de proximité offrant des produits locaux de qualité issus de pratiques agricoles respectueuses de l'environnement. Lieu de rencontre et d'échanges entre les habitants et les visiteurs, l'association est animée par huit bénévoles et propose des produits à prix coûtant[34]. La commune investie dans ce projet 50 000  sur les 120 000  du projet[46].

SCI de Trémargat[modifier | modifier le code]

La société civile immobilière (SCI) de Trémargat est créée en 2013 afin de garder la commune vivante et d'installer de nouveaux agriculteurs. La SCI permet d'éviter la spéculation foncière d'agriculteurs ou de chasseurs intéressés par la seule possession de la terre. La sélection de l'exploitant par la SCI et la redistribution de la terre acquise se font dans l'optique d'éviter la disparition d'une exploitation, que la production agricole ou maraîchère soit réelle, que les méthodes de culture respectent l'environnement (l'agriculture doit être durable, à l’herbe, sans intrant), qu'il n'y ait pas de volonté de s'étendre au détriment de ses voisins. La commune accorde une subvention conséquente pour permettre le démarrage de la SCI et permettre l'installation d'un premier couple d'éleveurs[34]. En 2015, une relance de la souscription de parts est activée afin de permettre l'acquisition de nouvelles terres pour l'installation d'un couple de maraîchers et l'agrandissement de la ferme du paysan-boulanger.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Les Gorges de Toul-Goulic : ces gorges, où le Blavet disparait sous les rochers, sont à la limite des communes de Trémargat et Lanrivain.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les normales servent à représenter le climat. Elles sont calculées sur 30 ans et mises à jour toutes les décennies. Après les normales 1971-2000, les normales pour la période 1981-2010 ont été définies et, depuis 2021, ce sont les normales 1991-2020 qui font référence en Europe et dans le monde[8].
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[9].
  4. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  5. Par station météorologique historique, il convient d'entendre la station météorologique qui a été mise en service avant 1970 et qui est la plus proche de la commune. Les données s'étendent ainsi au minimum sur trois périodes de trente ans (1971-2000, 1981-2010 et 1991-2020).
  6. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  7. Joseph Loison, né le 23 messidor an X () à Brélévenez, décédé le à Trémargat.
  8. Guillaume Le Brun, né le à Maël-Pestivien, décédé le à Trémargat.
  9. Noël Le Cam, né le à Trémargat, décédé le à Trémargat.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Barrage de Kerne Uhel à Trémargat » (consulté le ).
  2. Fédérartion départementale de pêche -22, « N°2 - Barrage de Kerne-Uhel » (consulté le ).
  3. https://www.lacs-et-etangs-de-france.fr/reservoir-brochets-du-rocleu-3897.html
  4. https://inpn.mnhn.fr/site/natura2000/FR5300007
  5. D'après un panneau d'information touristique situé sur place
  6. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  7. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  8. 2021 : de nouvelles normales pour qualifier le climat en France, Météo-France, 14 janvier 2021.
  9. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  10. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  11. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - Bretagne », sur www.chambres-agriculture-bretagne.fr, (consulté le )
  12. « Station Météo-France Kerpert - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  13. « Orthodromie entre Trémargat et Kerpert », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station Météo-France Kerpert - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  15. « Orthodromie entre Trémargat et Trémuson », sur fr.distance.to (consulté le ).
  16. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  17. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  18. « Station météorologique de Saint-Brieuc - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  19. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  21. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  23. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  24. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  25. a et b Office Public de la Langue Bretonne, « Kerofis ».
  26. infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Trémargat ».
  27. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k939840w/f387.item.r=Tr%C3%A9margat#.
  28. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5492850q/f348.image.r=Plounevezquintin?rk=536483;2.
  29. Joachim Gaultier du Mottay, Géographie départementale des Côtes-du-Nord : rédigée sur les documents officiels les plus récents, Saint-Brieuc, Guyon Frères, (lire en ligne), page 544.
  30. Louis Le Fell, décédé le à Salonique (Grèce)
  31. a et b Memorialgenweb.org - Trémargat : monument aux morts
  32. Anne Lessard, « 14-18. 51 fusillés bretons et toujours pas de réhabilitation », sur Le Telegramme, (consulté le ).
  33. Louis Pichouron, né le à Minihy-Tréguier, voir Louis Pichouron, "Mémoire d'un partisan breton Louis Pichouron Commandant Alain", Presses universitaires de Bretagne, 1970
  34. a b c d e f g et h Marion Guyonvarch, « Trémargat, laboratoire d’alternatives et de démocratie participative à ciel ouvert », sur http://www.bastamag.net, (consulté le ), aussi disponible sur « Trémargat, laboratoire d’alternatives et de démocratie participative à ciel ouvert », sur kaizen-magazine.com (consulté le ).
  35. https://www.geo.fr/environnement/tremargat-le-village-breton-hors-norme-et-durable-192887
  36. a et b « Trémargat, le village hors-norme et durable », Journal Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Trémargat, le village breton "hors norme" et durable », sur France 3 Bretagne, (consulté le )
  38. http://www.patrimoine-religieux.fr/rubriques/gauche/presse/actualites-mediatiques/reouverture-de-leglise-notre-dame-a-tremargat-cotes-darmor et https://www.fondation-patrimoine.org/les-projets/eglise-notre-dame-de-tremargat.
  39. Ouvrage collectif, Trémargat en vies, Coop Breizh, , 146 p. (ISBN 9782843468070).
  40. a et b Didier Déniel, « Trémargat, « la Mélenchoniste votera-t-elle Macron ? », Journal Le Télégramme,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Municipales à Trémargat. François Salliou a été élu nouveau maire », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  46. extrait d'un article paru dans Côtes d'Armor Magazine (périodique édité par le Conseil Général)
  47. « Eglise Notre-Dame », notice no PA00089726, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  48. « Camp protohistorique de Toul-Goulic », notice no PA00089725, base Mérimée, ministère français de la Culture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alle (G.)., « Tremargat, en Centre-Bretagne », ArMen, no 112, , p. 18-23.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :