Tréméloir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tréméloir
Tréméloir
L'église Saint Méloir de Tréméloir
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Saint-Brieuc
Canton Plérin
Intercommunalité Saint-Brieuc Agglomération
Code postal 22590
Code commune 22367
Démographie
Population 797 hab. (2013)
Densité 170 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 33′ 22″ nord, 2° 51′ 25″ ouest
Altitude 100 m
Min. 59 m
Max. 139 m
Superficie 4,69 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Pordic
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Tréméloir

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 15.svg
Tréméloir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Tréméloir

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Tréméloir

Tréméloir [tʁemelwaʁ] est une ancienne commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Pordic[1]. Tréméloir appartient au pays historique du Goëlo.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes ecclesia de Tremeler en 1163, Tremeler Pordic en 1190, Tremezar Porzic en 1198, Trefmelar en 1212, Tremeler Chastelaudren en 1427, Tremeler ou Tremeloir en 1428, Tremeler en 1480, Tremeloir en 1514, Tremelay en 1536, Tremeler en 1543, Tremeloir en 1569.
En 1614, on rencontre l’appellation Trémelloir, puis Tréméloir à partir de 1616, forme conservée en 1793 à la création de la commune[2].

Le nom de la commune en breton est Tremelar. Son nom vient de l'ancien breton trev (signifiant trève, village d'une paroisse) et du martyre breton saint Mélior (ou Méloir, Mélar ; Melar, Maelar ou Meler en breton), prince de Cornouailles[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Sous l’ancien régime, Tréméloir était une trève puis une paroisse appartenant à l’évêché de Saint-Brieuc et au comté du Goëlo. Le village a pris le nom du bourg qui s'est formé autour de l'église dédiée au culte de saint Méloir.

Les deux trèves de Tréméloir et de Pordic sont données avec leurs dépendances par les princes et fidèles à l'abbaye Sainte-Croix de Guingamp fondée vers 1134 par le comte Étienne Ier de Penthièvre et l'abbé Jean de la Grille (futur évêque de Saint-Malo), une donation initialement contestée par les moines de l'abbaye de Marmoutier en Touraine, mais qu'approuvera finalement le pape Clément III en 1190.

Au XVIe siècle durant les guerres de religion, le village est rallié au sein du Duché de Bretagne à la Ligue catholique contre l'accession en 1547 au trône de France d'Henri II de Valois, dernier duc non couronné de Bretagne, confirmant définitivement le rattachement de la Bretagne à la France. Le conflit entre catholiques et protestants s'enlise et les comtes, fiefs, gouverneurs (dont Sébastien de Luxembourg-Martigues) et abbés bretons qui contestent encore l'autorité royale de la maison de Valois et ne souhaitent aucun compromis avec les protestants, ni leurs alliés de Bourgogne et des Pays-Bas espagnols, également opposés à l'autorité des Valois sur le Royaume de France. Déjà auparavant le traité du Verger avait également imposé en 1488 le rattachement du Duché de Bretagne au Royaume de France en cas d'absence d'héritier dans la lignée mâle, mais le mariage par procuration en 1490 d'Anne de Bretagne, promise à Maximilien Ier (roi des Romains et futur empereur germanique), violait ce traité et fut annulé en 1491 et elle fut contrainte à épouser le roi de France, ce qui entraînera une longue fronde bretonne envers l'autorité ducale (et royale) de la maison des Valois ; une fronde à laquelle le roi Henri II et ses successeurs interviendront par une brutale intervention militaire en Bretagne et en Anjou. L'abbaye Sainte-Croix échappe de peu à ces pillages (mais pas ses dépendances), suite au ralliement tardif du comté de Penthièvre (maisons de Brosse puis de Luxembourg) au roi Henri IV de France, successeur d'Henri II. Avec le retour de la paix, l'abbaye retrouve alors son autorité et ses dépendances sont restaurées, dont l'église de Tréméloir.

Lors de la Révolution, la trève de Tréméloir devient d'abord une dépendance séparée du doyenné de Châtelaudren à la fin du royaume de France. Il devient en 1793 une commune du premier canton de Tregomeur (Trégomeur aujourd'hui) dans le nouveau département des Côtes du Nord, puis en 1801 une commune du canton de Château-Landren (Châtelaudren aujourd'hui).

Héraldique[modifier | modifier le code]

La commune ne possède pas de blason. Cependant, elle possède un logo où figure le portail et le clocher de l'église du village, un arbre et une gerbe de blé pour la campagne environnante (image du logo de la ville).

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tréméloir
Trégomeur Pordic Pordic
Trégomeur Tréméloir Pordic
Plélo Trémuson Plérin

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Tréméloir est pratiquement identique de celui de la ville de Saint-Brieuc. Voir : climat Saint-Brieuc.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Carte de la commune

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

La ville regroupe au centre la majeure partie de la population. Sont dispersés plusieurs hameaux dans la campagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Listes des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 2014 Denis Charles DVD Cadre
2014 En cours Jean-Luc Bertrand DVD Suppléant d'Alain Cadec au Conseil départemental
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2013, la commune de Tréméloir comptait 797 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres chiffres sont des estimations.

Après avoir subi un fort exode rural qui a fait passer la population d'environ 700 au début du XXe siècle à moins de 400 au début des années 1980, la population de la commune a de nouveau cru fortement à partir de l'an 2000 avec l'implantation de nouveaux et jeunes habitants incités à s'y installer par la recherche de terrains à bâtir moins chers qu'à Saint-Brieuc. En 2007, la population était de nouveau estimée à 700 personnes. Si bien que l'école primaire qui avait fermé en 1986 a fini par rouvrir le 30 août 2007 avec 78 élèves répartis en 3 classes. La rentrée s'est effectuée dans des bâtiments préfabriqués, avant l'inauguration d'un nouvel établissement scolaire bâti selon les dernières normes environnementales[3].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
532518514606610650653663675
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
681650621589587554580523519
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
504504470407394378351341347
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
342338342386424443692797-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Heuliez GX-327 N270 frant ar.jpg

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Activités économiques[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Tréméloir est relié au reste de l'agglomération du lundi au samedi grâce à la ligne 100 des Transports urbains briochins (TUB).

Culture locale, patrimoine et tourisme[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Méloir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tréméloir dans la littérature[modifier | modifier le code]

Tréméloir est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de Résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[6].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Recueil des actes administratifs des Côtes-d'Armor, décembre 2015.
  2. a et b infobretagne.com, « Étymologie et Histoire de Tréméloir »
  3. Benoît Floc'h, « Tréméloir, 700 habitants, 78 élèves », Le Monde, 2-3 septembre 2007, page 3.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  6. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :