Tréduder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tréduder
Tréduder
L'église Saint Théodore.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Côtes-d'Armor
Arrondissement Lannion
Canton Plestin-les-Grèves
Intercommunalité Lannion-Trégor Agglomération
Maire
Mandat
René Piolot
2014-2020
Code postal 22310
Code commune 22350
Démographie
Gentilé Tréduderois, Tréduderoise
Population
municipale
196 hab. (2015 en diminution de 2 % par rapport à 2010)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 39′ 04″ nord, 3° 33′ 40″ ouest
Altitude 70 m
Min. 0 m
Max. 108 m
Superficie 4,8 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte administrative des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Tréduder

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Voir sur la carte topographique des Côtes-d'Armor
City locator 14.svg
Tréduder

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tréduder

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tréduder
Liens
Site web Site officiel de la commune de Tréduder

Tréduder [tʁedydɛʁ] est une commune française située dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne. Son nom fait référence à saint Tuder, originaire d'Irlande et compagnon de saint Efflamm notamment. Depuis le XVIIe siècle, Tréduder est sous le patronage de Saint Théodore.

Géographie[modifier | modifier le code]

Tréduder se situe entre la Manche au nord et Lanvellec au sud. À l'ouest, le ruisseau Dour Elego la sépare de Plufur. Ce dernier ruisseau se jette dans le Yar qui sépare Tréduder des hameaux de Saint-Sébastien et Saint Efflam en Plestin-les-Grèves. À l'est, le Roscoat la sépare de Saint-Michel-en-Grève sur la côte, et de Plouzélambre un peu plus au sud.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formesTretudel en 1330[1], Treduder en 1427 et en 1444[2].

Tréduder vient du breton treb (village) et de Tuder, signifiant le « village de Tuder »[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Commune agricole plus que littorale, Tréduder se consacrait autrefois au lin avant d'acquérir une certaine notoriété pour son cidre jusqu'au milieu du XXe siècle.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1759, une ordonnance de Louis XV ordonne à la paroisse de Treduder de fournir 5 hommes et de payer 32 livres pour « la dépense annuelle de la garde-côte de Bretagne »[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Jean Thomas    
? ? Amédée Boulanger PCF  
? 2000 René Muzic    
2000 2014 Jean-Claude Paris SE  
2014 en cours René Piolot SE Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

En février 2000, René Muzic démissionne. Jean-Claude Paris lui succède et reste à ce poste jusqu'à son décès à 61 ans en février 2014, en pleine campagne municipale[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[7].

En 2015, la commune comptait 196 habitants[Note 1], en diminution de 2 % par rapport à 2010 (Côtes-d'Armor : +1,14 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
345363375370409456501505528
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
519495521525564553531498505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
476425436378345313275249234
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
220212155156157163187191194
2013 2015 - - - - - - -
198196-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La Charlezenn, alias Marguerite Charles, criminelle qui au XVIe siècle menait une grande bande de brigands dont le repaire était les bois qui bordent la lieue de Grève.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]