Toyota GT86

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Toyota GT86
Toyota GT86

Marque Drapeau : Japon Toyota
Années de production 2012 -
Phase 1 : 2012 - 2016
Phase 2 : 2016 -
Classe Coupé sportif
Usine(s) d’assemblage Gunma, Japon
Moteur et transmission
Moteur(s) 4 cylindres à plat 16 soupapes
Cylindrée 1 998 cm3
Puissance maximale 200 ch (147 kW)
Couple maximal 205 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses manuelle 6 vitesses, automatique 6 vitesses
Poids et performances
Poids à vide 1 244 kg
Vitesse maximale 226 km/h
Accélération 0 à 100 km/h en 7.5 s
Consommation mixte 7.1 à 7.8 L/100 km
Émission de CO2 164 à 181 g/km
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Coupé
Dimensions
Longueur 4 240 mm
Largeur 1 775 mm
Hauteur 1 285 mm
Empattement 2 570 mm
Volume du coffre 243 dm3

La Toyota GT86 est un coupé sportif produit par Toyota à partir de 2012. Elle est construite en collaboration avec Subaru, chez qui ce modèle se nomme BRZ. Ce coupé, qui constitue un hommage à la Toyota Corolla "AE86" et au coupé 2000GT, est issue du concept-car FT-86. Elle se nomme Toyota 86 au Japon et en Australie, ainsi qu’aux États-Unis, où elle était jusqu’en 2016 vendue sous le nom de Scion FR-S.

Bien que très proche techniquement de la Subaru BRZ, de légères différences sont à noter. L'épure de suspension est différente, tout comme le tarage des ressorts[1]. Ces derniers sont moins durs que ceux de la BRZ, avec 23 N/mm pour la Toyota contre 25 pour la Subaru ; les plaquettes de freins sont plus résistantes et endurantes[1]. La Toyota GT86 fait partie des rares sportives à être encore équipée d'un moteur atmosphérique, qui lui permet de conserver un caractère et une réponse moteur plus affutés.

En mars 2016, la GT86 est restylée et dévoilée au Salon de l'automobile de New York dans sa version américaine afin de remplacer la Scion FR-S (d'où son nom 86) : ce coupé adopte une entrée d'air agrandie, un bouclier redessiné, des nouvelles optiques, un nouvel entourage des feux antibrouillard, des feux arrière à LED et de nouveaux boucliers[2]. En avril de cette même année, Toyota dévoile une étude de style sous la forme de break de chasse[3].

Moteur et performances[modifier | modifier le code]

Bloc moteur type boxer, situé au dessus de l'axe avant

Le moteur utilisé a été développé et mis au point par Subaru: il s'agit d'une variante de la série FA20, un quatre cylindres à plat opposés de 1 998 cm3. Ce moteur atmosphérique à 16 soupapes utilise un système de calage variable des soupapes d'admission (Subaru AVCS) ainsi qu'une double injection: chaque cylindre dispose d'un injecteur direct situé dans la chambre de combustion, et d'un injecteur indirect situé dans le collecteur d'admission. Il délivre son couple maximum de 205 Nm, de 6 400 à 6 600 tr/min et une puissance maximale de 200 ch à 7 000 tr/min, avec un régime maximal fixé à 7 450tr/min. Ces régimes élevés dénotent le caractère pointu du moteur, dont la puissance spécifique atteint 100 ch au litre.

95 % de la valeur maximale du couple est disponible dès 2 800 tr/min, qui baisse ensuite légèrement entre 3 200 et 4 500 tr/min, avant de remonter et rester stable jusqu'au régime de 7 000tr/min, auquel la puissance maximale est atteinte[4].

La boite de vitesses manuelle à 6 rapports dispose d'un débattement et d'un étagement courts, seul le dernier rapport est légèrement allongé afin de diminuer la consommation de carburant et le niveau sonore sur autoroute[5]. Une variante automatique est disponible, produite par Aisin sous la dénomination A960E. Il s'agit d'une boite à convertisseur de couple et train épicycloïdal, qui dispose également de 6 rapports, avec une commande manuelle par palettes au volant disponible. Son étagement est plus long permet d'afficher une consommation, de 7.1 L/100km (164 gCO2/km), mais cela se fait au prix d'une accélération réduite (0-100 km/h en 8.2s). Enfin, cette transmission étant plus lourde, le poids de la voiture se trouve augmenté de 25 kg par rapport à la version manuelle.

Châssis et comportement[modifier | modifier le code]

Le châssis est fidèle à l'héritage de l'AE86, et cherche à privilégier les sentations et le plaisir de conduite plutôt que la vitesse pure. L'essieu avant utilise une suspension de type MacPherson, tandis que l'arrière est équipé d'un train multibras.

Garder le centre de gravité le plus bas possible était l'une des priorités lors de la conception de la GT86, ce qui explique le choix d'un moteur à plat, qui permet de concentrer les composants lourds tels que les culasses le plus près du sol. Le résultat de cet effort est un centre de gravité situé à 460 mm du sol, c'est-à-dire plus bas que sur une Porsche Cayman ou une Ferrari 458.

Afin de garder un poids contenu, l'aluminium est employé pour certains éléments de carrosserie, tel que le capot. Le choix d'une malle arrière (plutôt qu'un hayon) correspond également à une recherche de légèreté, et vise également à augmenter la rigidité de la caisse.

Le système de freinage utilise quatre disques ventilés, accompagnés d'étriers flottants à deux pistons à l'avant, et monopistions à l'arrière. Il permet de passer de 200 km/h à l'arrêt en 158 m, tandis que son principal concurrent sur le sol français, la Peugeot RCZ, en réclame 155. Cette différence est expliquée par l'adoption de pneus Michelin Primacy HP en 215/45-17, à la faible adhérence longitudinale et 0,91 G d'accélération transversale maximale. Ce choix a été dicté par les ingénieurs Toyota afin de rendre son comportement joueur et prévenant grâce à des gommes peu adhérentes[6].

86[modifier | modifier le code]

Outre le nom, qui est un hommage au coupé Corolla Levin (nom de code AE86) des années 80, le chiffre 86 fait référence au rapport carré alésage-course de 86 × 86 mm. On le retrouve aussi pour le diamètre de sortie des échappements.

Scion FR-S[modifier | modifier le code]

Une Scion FR-S américaine

Aux États-Unis, la Toyota GT86 a d'abord été vendue sous la marque Scion, avec le nom de modèle FR-S, de 2012 à 2016. A part quelques différences d'équipements mineures (phares, antibrouillards, radio, climatisation, etc.), les deux voitures sont mécaniquement et visuellement identiques. Suite à la disparition de la marque Scion en 2016, la distribution de ce modèle a été transférée à Toyota, sous le nom de Toyota 86.

En parallèle, sa sœur jumelle, la Subaru BRZ, y est également diffusée.

A partir de l'année modèle 2017, les Toyota 86 et Subaru BRZ américaines gagnent 5 chevaux et 7nm de couple, pour un total de 205ch / 212nm. Cette nouvelle version du moteur est reconnaissable à son collecteur d'admission rouge. Ce changement n'affecte cependant que les modèles équipés de boites manuelles, les versions automatiques voyant leur puissance inchangée (tout comme les modèles européens, manuels ou automatiques).

Article connexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sylvain Vétaux, « Pareille... en mieux! », Sport Auto, no 606,‎ , p. 67-68
  2. Le Toyota GT86 revisité adopte des lignes plus agressives, sur La Tribune Auto.com, 25 mars 2016 (consulté le 27 mars 2016)
  3. ENFIN, TOYOTA A OSÉ! VOICI LA 86 SHOOTING BRAKE, sur Autonet, 6 mai 2016 (consulté le 7 mai 2016)
  4. Essai - La Toyota GT86 testée sur circuit : plaisir accessible !
  5. Yves Bey-Rozet, « Ken & Barbie », Sport Auto, no 609,‎ , p. 62-69
  6. Caradisiac.com, « Prise en mains -Toyota GT 86 : un petit régal sur piste », Caradisiac.com, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)