Toussaint-François Jourjon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Toussaint-François Jourjon
Naissance
Décès
(à 47 ans)
Rennes
Nationalité
Activité
Maître
Distinctions

Toussaint-François Jourjon, né le à Rennes (Ille-et-Vilaine) et mort dans la même ville le , est un peintre et sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Toussaint-François Jourjon est né le à Rennes de Joseph-Marie, arquebusier, sculpteur et ciseleur.

Entré à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris, il est l’élève des peintres Michel Martin Drolling et Antoine-Jean Gros. En 1835, il obtient une mention puis, en 1836, il se voit décerner le second grand prix de Rome de sculpture[1] sur le thème de La Mort de Socrate. Il séjourne ensuite à Rome à la villa Médicis.

De retour à Rennes, il est nommé professeur de dessin à l’école municipale.

Il meurt à Rennes le à la suite d’une longue et douloureuse maladie[2].

Son fils, Charles-Toussaint-Henry (1843-1888), élève de l’École polytechnique, était ingénieur des ponts et chaussées aux travaux hydrauliques à Cherbourg, chevalier de la Légion d’honneur.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Sainte-Anne (1843), huile sur toile, basilique Saint-Sauveur de Rennes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Conjointement avec Jules Cavelier.
  2. gallica.bnf.fr.
  3. [PDF] ucqpab.com.
  4. latribunedelart.com.
  5. Base Joconde.
  6. cathedralerennes.catholique.fr.
  7. Charles-Louis Jourjon (1807-1859) termina sa carrière comme colonel du Génie, chef d’état-major du 1er corps d’armée d’Orient et fut promu au grade d’officier de la Légion d’honneur, il est mort le 24 juin 1859 à la bataille de Solférino.
  8. Base Joconde.
  9. Jacques-Louis David, Bélisaire demandant l'aumône, Palais des beaux-arts de Lille.
  10. Base Joconde.
  11. Base Arcade.
  12. Le pPortrait du roi Louis-Philippe en uniforme de colonel général des Hussards, est une œuvre commandée à François Gérard par Thomas Jollivet, député d'Ille-et-Vilaine, pour la ville de Rennes en 1836, et est conservée au musée des beaux-arts de Rennes.
  13. Base Joconde.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Archives municipales de la ville de Rennes, état-civils numérisés.

Liens externes[modifier | modifier le code]