Tous les garçons et les filles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne pas confondre avec la série de téléfilms d'Arte diffusée en 1994 intitulée Tous les garçons et les filles de leur âge.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'album de Françoise Hardy. Pour la chanson homonyme, voir Tous les garçons et les filles (chanson).
Tous les garçons et les filles
Album de Françoise Hardy
Sortie 1962
Enregistré Studio Vogue
Villetaneuse Drapeau de la France France
Durée 28 min 35 s
Genre Variété
Producteur Jacques Wolfsohn
Label Disques Vogue

Albums de Françoise Hardy

Tous les garçons et les filles, est le premier album, édité en France et à l'étranger, de la chanteuse Françoise Hardy. Sans titre à l'origine, cet album est identifié ici par celui de son principal succès. L’édition originale est parue en France, fin novembre 1962[1].

Genèse de l'album[modifier | modifier le code]

Contexte socio-culturel[modifier | modifier le code]

En ce début des années soixante, le nouveau franc est entré en vigueur, la croissance est là, le chômage est quasiment inexistant. La « civilisation des loisirs » se fait jour, l’automobile se démocratise, la « télé » entre dans les foyers. Les adolescents issus du baby boom ont de l’argent de poche et se laissent tenter par tout ce qui est « dans le vent ». Ils aiment se retrouver entre eux dans les surprise-parties, en boîte de nuit, au cinéma, ou encore au café autour des flippers et juke-boxes. Blue jeans, scooters, transistors, tourne disques et les 45 tours des « idoles » de la chanson font partie des achats les plus convoités. Musicalement, ce sont surtout des airs d'origine anglo-américaine qui ont leur faveur. Pour satisfaire cet engouement, des émissions leur sont spécialement destinées : Salut les copains[2], diffusée chaque jour sur Europe 1 depuis octobre 1959, et Âge tendre et tête de bois, programmée chaque mois sur l’unique chaîne de télévision[3] depuis mai 1961. Confortées par leur audience, elles éditeront tour à tour leur magazine papier[4]. Après les succès rencontrés par Johnny Hallyday et Les Chaussettes noires, le temps des « yéyés » est arrivé, l’industrie du disque prospère. Pour élargir l'offre, les producteurs s’emploient à dénicher de potentiels « tubes » anglo-américains qui, adaptés en français, seront interprétés par de jeunes talents généralement recrutés par petites annonces dans la presse.

Premières auditions[modifier | modifier le code]

Françoise Hardy se passionne pour la chanson depuis l’âge de 13 ans. Cette passion s’exacerbe vers la fin des années cinquante avec la découverte des musiques rock et country diffusées sur Radio Luxembourg anglais. Après avoir obtenu ses deux parties de « bac » à 16 ans, ses parents veulent la récompenser. Françoise hésite entre un transistor et une guitare. Finalement, elle jette son dévolu sur l’instrument de musique. « Dès que j’eus le précieux instrument entre les mains, je me mis à « gratouiller » trois accords sur lesquels je chantonnais des bouts de mélodies de mon cru, inspirés de mes slow-rocks anglais et américains préférés[5]. »

À la rentrée universitaire de septembre 1960, Françoise Hardy (17 ans et demi) entame sa première année d’allemand en faculté des lettres de la Sorbonne. Après les cours, elle s’adonne à mettre en musique les états d’âme sentimentaux de l'adolescence. Même si cela lui paraît être « le bout du monde », elle ambitionne de concrétiser un fantasme : enregistrer un disque. Un jour, une annonce retient son attention dans le journal France-Soir : une maison de disques désire auditionner des chanteurs débutants. Sautant sur l'occasion, elle obtient rendez-vous chez Pathé-Marconi où on lui accorde un peu d’attention mais sans donner suite. Françoise se tourne alors vers le Petit Conservatoire de la chanson, connu pour ses cours dont certains font l’objet d’une émission télévisée mensuelle intitulée En attendant leur carrosse. La chanteuse Mireille en est le professeur et auditionne chaque semaine de nouveaux candidats. Devant le nombre, peu sont retenus. Françoise fait partie des sélectionnés. Cette expérience lui est précieuse pour s'accoutumer à chanter devant un public.

Après avoir réussi son examen de propédeutique lettres[6] en juin 1961, Françoise contacte les Disques Vogue, un label qui a Johnny Hallyday en catalogue et souhaite trouver son pendant féminin. Auditionnée en studio par le directeur artistique, celui-ci lui conseille de travailler la mesure car elle s’est révélée incapable de chanter accompagnée par des musiciens.

Au retour des vacances d’été, André Bernot, le directeur des auditions de Vogue, reprend contact avec elle pour lui donner des cours de solfège afin qu’elle puisse chanter en mesure en vue d'une seconde audition. Fin prête au bout de quelques mois, rendez-vous est pris pour être présentée devant le directeur artistique Jacques Wolfsohn, le 14 novembre[7]. Cette audition étant probante, un contrat est conclu pour un an.

Premier disque 45 tours[modifier | modifier le code]

Le 6 février 1962, « Mademoiselle Hardy » fait son apparition sur le petit écran lors de la diffusion d’un cours du Petit Conservatoire. Après quelques mois consacrés à composer des musiques, écrire des chansons et choisir les titres de son futur disque, le moment est venu d’entrer au studio d’enregistrement de Villetaneuse. Trois de ses compositions ont été retenues : J’suis d’accord, Il est parti un jour et Tous les garçons et les filles. Est ajouté Oh oh chéri, adaptation d’un titre américain qu’a refusée Petula Clark mais sur laquelle compte miser la production. Le tout — accompagné par l'orchestre maison de Roger Samyn (guitare et basse) — est enregistré en quelques heures, le 25 avril[8].

Reste à protéger les chansons. Il faut pour cela satisfaire aux procédures d’admission à la SACEM. Si pour l'examen d'auteur cela se passe sans encombre, il n’en va pas de même pour celui de compositeur. Françoise Hardy compose à la guitare mais ne sais pas noter la musique et ses connaissances en solfège sont insuffisantes. Pour franchir l’obstacle, Roger Samyn est désigné comme cosignataire des musiques (avec l'émergence d’une nouvelle génération d’artistes composant des mélodies sans connaître le solfège, le règlement d’admission à la SACEM sera changé en conséquence au cours de l’année suivante).

Le 5 juin, deuxième programmation de Françoise Hardy dans l’émission consacrée au Petit Conservatoire de la chanson. Elle y présente son premier 45 tours, quelques jours avant sa mise en place chez les disquaires. Son rêve est désormais réalisé, elle n’attend rien de plus.

Comme prévu, Oh oh chéri est diffusé en priorité sur les ondes. Par la suite, les radios semblent privilégier la chanson J'suis d'accord. Puis, au fil des semaines, Tous les garçons et les filles devient celle la plus souvent programmée et demandée.

En juillet, comme chaque année, Françoise part en vacances (dans une famille autrichienne, près d’Innsbruck). À son retour, elle apprend avec étonnement que son disque connaît des ventes prometteuses.

Le 21 septembre, en direct du Petit Conservatoire de Mireille, Françoise chante, Tous les garçons et les filles en s’accompagnant à la guitare. Le lundi 8 octobre, elle est programmée dans une importante émission de variétés de la RTF : Toute la chanson[9] . Elle y apparaît en interprétant à nouveau sa chanson à succès. Mais c’est au soir du dimanche 28 octobre, alors que la grande majorité des Français attend les résultats du référendum sur l'élection au suffrage universel du président de la République devant leur téléviseur, qu’elle est vraiment découverte par le grand public lors de l’un des intermèdes musicaux qui ponctuent la soirée[10]. Dès le lendemain, les ventes du 45 tours se mettent à grimper.

Premier disque 33 tours[modifier | modifier le code]

À la mi-novembre, le contrat avec Vogue arrive à son terme. Devant le succès obtenu, il est renouvelé pour 5 ans. Un accord avec les Éditions musicales Alpha, créées par son directeur artistique Jacques Wolfsohn, est également signé.

Entre-temps, au vu du succès considérable que connaît son premier 45 tours, huit autres chansons ont été enregistrées. L’une d’entre elles n’est pas son œuvre ; Le Temps de l’amour a été écrite par Lucien Morisse et André Salvet sur une musique de Jacques Dutronc[11].

Contrairement à la stratégie commerciale en vigueur chez les maisons de disques, qui est d’éditer en priorité les nouvelles chansons sur 45 tours avant de les réunir sur un 33 tours, il est décidé de brûler les étapes en composant le contenu de l’album sans tarder.

En vente chez les disquaires depuis la fin novembre, deux nouveaux titres semblent prometteurs : C’est à l’amour auquel je pense[12] et Le Temps de l’amour[13]. Ce dernier deviendra lui aussi un « tube » — sans toutefois égaler celui de Tous les garçons et les filles — et occultera inexorablement la version originelle du chanteur José Salcy, éditée le mois précédent par les disques Vogue. L’interprétation de Françoise Hardy deviendra la référence et sera considérée à tort comme étant la première.

Françoise, qui a maintenant abandonné ses études, explique ce succès par différents concours de circonstances et de coïncidences favorables, au peu de concurrence et peut-être à son physique puisque la presse s’empare maintenant de son image. Ne se sentant pas prête pour affronter le public, elle refuse la proposition de Bruno Coquatrix pour passer à l’Olympia, car, dépassée par les événements, elle craint de ne pas être à la hauteur[14]. Ses débuts sur scène ont lieu le mardi 11 décembre, à l’occasion d’un gala donné dans la ville de Nancy[15].

Mi-décembre, les huit nouveaux titres parus en priorité pour l’album, sortent sur deux super 45 tours. Deux cent mille exemplaires de son premier super 45 tours ont été vendus[16]. L’album recevra le Grand Prix du disque 1963 de l’Académie Charles-Cros et le Trophée de la télévision 1963.

Édition originale de l'album[modifier | modifier le code]

Drapeau de la France France, fin novembre 1962 : disque microsillon 33 tours/30 cm., disques Vogue (LD 600-30).
Pochette : photographie réalisée par Jean-Marie Périer[17] « Salut les copains ».

Liste des chansons[modifier | modifier le code]

Les 12 chansons qui composent le disque ont été enregistrées en monophonie. Françoise Hardy est accompagnée par Roger Samyn et son orchestre.

Face A
No Titre Paroles Musique Durée
1. Tous les garçons et les filles Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 3:08
2. Ça a raté Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 2:02
3. La Fille avec toi Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 2:40
4. Oh oh chéri (Uh Oh[18]) Jil et Jan[19] Bobby Lee Trammell 2:22
5. Le Temps de l’amour[20] Lucien Morisse et André Salvet Jacques Dutronc[11] 2:27
6. Il est tout pour moi Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 1:58
Face B
No Titre Paroles Musique Durée
1. On se plaît Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 2:09
2. Ton meilleur ami Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 2:10
3. J’ai jeté mon cœur Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 2:33
4. Il est parti un jour Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 1:49
5. J’suis d’accord Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 2:05
6. C’est à l’amour auquel je pense Françoise Hardy Françoise Hardy - Roger Samyn 3:10

Discographie liée à l’album[modifier | modifier le code]

- EP (Extended Playing) = microsillon 45 tours 4 titres (super 45 tours)
- LP (Long Playing) = microsillon 33 tours / 30 cm
- CD (Compact Disc) = disque compact

Éditions françaises de 45 tours[modifier | modifier le code]

  1. Oh oh chéri (Uh Oh), (Jil et Jan, adaptation du texte de Bobby Lee Trammell / Bobby Lee Trammell).
  2. Il est parti un jour (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  3. J’suis d’accord (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  4. Tous les garçons et les filles (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  • Décembre 1962 : EP, disques Vogue (EPL 8047)[23].
  1. C’est à l’amour auquel je pense (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  2. Ça a raté (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  3. Le Temps de l’amour (André Salvet et Lucien Morisse / Jacques Dutronc).
  4. J’ai jeté mon cœur (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  • Décembre 1962 : EP, disques Vogue (EPL 8048)[24].
  1. Ton meilleur ami (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  2. On se plait (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  3. La Fille avec toi (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).
  4. Il est tout pour moi (F. Hardy / F. Hardy, Roger Samyn).

Premières éditions étrangères de l'album[modifier | modifier le code]

  • Drapeau du Brésil Brésil, 1964 : LP, Mocambo / Rozenblit / disques Vogue (LP 40206).
  • Drapeau du Canada Canada, 1964 : LP, Trans-Canada Record / disques Vogue (LD-600)[25].
  • Drapeau de l'Italie Italie, 1964 : LP, disques Vogue (LD 600-30).
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni, 1964 : LP, Pye (NPL 18094).
  • Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud, 1965 : LP, disques Vogue (VGL 7002).
  • Drapeau de l'Argentine Argentine, 1965 : LP, Opus / disques Vogue (LV 25026).
  • Drapeau de l'Australie Australie, 1965 : LP, disques Vogue / Festival (SVL 933.199).
  • Drapeau de la Colombie Colombie, 1965 : LP, Zeida/Vogue (Z-302004).
  • Drapeau des États-Unis États-Unis, 1965 : LP, The "Yeh-Yeh" Girl From Paris!, 4 Corners of the World (FCS‑4208).
  • Drapeau du Mexique Mexique, 1965 : LP, disques Vogue/Gamma (GX 01-0446).
  • Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande, 1965 : LP, disques Vogue / Festival (SVL 933.199).
  • Drapeau du Japon Japon, 1966 : LP, disques Vogue/Vogue (LD 600-30/YX-8037), stereo.
  • Drapeau de la République de Chine Taïwan, 1966 : LP, vol. 1, Formosa (FWK-FH).

Rééditions françaises du premier 45 tours[modifier | modifier le code]

  • Juillet-août 1962 : EP, Contact avec Françoise Hardy, disques Vogue, coll. « En route vers le succès » (EPL 7967)[26].
  • 1963 : EP, disques Vogue (EPL 7967).
  • 1970 : EP, disques Vogue/Vogue international industries (EPL 7967)[27].
  • 1991 : CD, Vogue, « Collector-CD » vol. 3 (191 032).
  • 2000 : CD (pochette cartonnée[28]), disques Vogue SA / Universal Collections (2001 03 3)[29].

Rééditions françaises de l’album[modifier | modifier le code]

  • Décembre 1962 : LP, disques Vogue (LD 600-30) [30].
  • 1963 : LP, disques Vogue (LD 600-30)[31].
  • 1966 : LP, disques Vogue/Vogue International Industries (LD 600-30)[32].
  • 1967 : LP, disques Vogue/Vogue International Industries (LD 600-30)[33].
  • 1995 : CD (jewel case), The "Yeh-Yeh" Girl from Paris !, 4 Corners of the World/Disques Vogue[34] (7 43212 64702).
  • 2000 : CD (digipack), disques Vogue/BMG (7 43217 44332).
  • Novembre 2009 : CD (sleeve card), Tous les garçons et les filles, disques Vogue/Legacy/Sony Music (886975 62462/1)[35]
  • Janvier 2013 : CD (jewel case), Tous les garçons et les filles, RDM Édition[36] (CD686).
  • Février 2013 : CD (jewel case), Tous les garçons et les filles[37], Magic Records[38] (3930956).
  • Juin 2017 : LP (vinyle jaune), Tous les garçons et les filles, Disques Vogue/Sony Music (8 89853 32111 9).

Rééditions étrangères de l’album[modifier | modifier le code]

Chansons adaptées en langues étrangères[modifier | modifier le code]

Tous les Garçons et les filles
Le Temps de l’amour
Oh oh chéri
Ton meilleur ami
J’suis d’accord
C’est à l’amour auquel je pense
J’ai jeté mon cœur
  • Drapeau de l'Italie Italie, 1963 : Ho scherzato con il cuore (Luciano Beretta), LP, Catherine Spaak, Ricordi (MRL 6034).

Reprises de chansons[modifier | modifier le code]

Tous les garçons et les filles
Le Temps de l’amour

Nota Bene : Le chanteur José Salcy fut le premier qui l’enregistra pour son premier super 45 tours, José Salcy et ses Jam’s, disques Vogue (EPL. 7 966), édité en octobre 1962. Françoise Hardy l’enregistra à son tour pour son premier album 33 tours, qui parut fin novembre 1962. La version de la chanteuse se démarqua en remportant un succès notable. En conséquence, les reprises qui seront faites de ce titre, feront généralement référence à ce qui est devenu un des standards de Françoise Hardy.

J’ai jeté mon cœur
  • Drapeau de l'Italie Italie, 1962 : Catherine Spaak, SP, J’ai jeté mon cœur/Ho scherzato con il cuore (version bilingue, français/italien), Ricordi (SRL 10-323).
C’est à l’amour auquel je pense
  • 1962 : Buck Clayton, EP, Buck Clayton et son orchestre, disques POP, coll. « Strict Danse Tempo » (MPO 3101).
  • 1963 : Aimable, EP, Aimable joue Françoise Hardy, avec son accordéon et son orgue, disques Vogue, coll. « Spécial danse » (EPS. 1 334).
  • 1963 : Les Ambassadors, EP, Hardi les copains !, Ricordi (45 S 254).
J’suis d’accord
  • 1963 : Aimable, EP, Aimable joue Françoise Hardy, avec son accordéon et son orgue, disques Vogue, coll. « Spécial danse » (EPS. 1 334).
Oh oh chéri
Ça a raté

Sample[modifier | modifier le code]

La Fille avec toi
  • 20 mai 2013 : Féfé, CD, Le Charme des premiers jours, Polydor/Universal Music.
    • Les interjections, « Oh oh, oh oh, yé yé yé yé » du début de la chanson de Françoise Hardy, sont samplées sur le titre Cause toujours.

Chansons choisies pour des films[modifier | modifier le code]

Tous les garçons et les filles
Le Temps de l’amour

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Parution signalée par Françoise Hardy dans un reportage réalisé en novembre et paru dans le n° 5 du magazine Salut les copains, daté du mois de décembre 1962 : « Celle en qui personne ne croyait : Françoise Hardy », page 74. Une des premières publicités de l’album est parue en page 8 de la revue France Disques n° 3, datée du samedi 15 décembre 1962.
  2. Baptisée d’après le titre d’une chanson de Gilbert Bécaud et Pierre Delanoë (sortie en novembre 1960 sur 45 tours Pathé-Marconi, 7 EGF 284).
  3. Baptisée d’après les paroles d’une chanson de Gilbert Bécaud et Pierre Delanoë : Tête de bois (sortie en décembre 1960 sur 45 tours Pathé-Marconi, EGF 502).
  4. Le n° 1 du magazine Salut les copains est daté juillet août 1962, avec Johnny Hallyday en couverture. Le n° 1 du magazine Âge tendre et tête de bois est paru en janvier 1963 avec Johnny Hallyday + Brigitte Bardot en couverture (Françoise Hardy sera en couverture du n° 2).
  5. F. Hardy, Le Désespoir des singes… et autres bagatelles, éd. Robert Laffont, 2008, p. 37.
  6. F. Hardy, Le Désespoir des singes… et autres bagatelles, éd. Robert Laffont, 2008, page 42. Jusqu'en 1966, propédeutique fut le nom donné à la première année d'études supérieures, préparatoire aux licences dans certaines universités.
  7. Yann Plougastel, Hardy Dutronc, éd. Flammarion, 2004, p. 60.
  8. F. Hardy, Le Désespoir des singes… et autres bagatelles, éd. Robert Laffont, 2008, p. 47.
  9. Télé 7 Jours n° 133 du 6 octobre 1962.
  10. Télé 7 Jours n° 136 du 27 octobre 1962 et Le Nouveau Candide n°83 du 29 novembre 1962. L'intermède musical en question était la rediffusion de sa prestation enregistrée pour l'émission de variété Toute la chanson, diffusée le 8 octobre précédent.
  11. a et b À l’origine, une musique instrumentale intitulée Fort Chabrol, composée par Jacques Dutronc en été 1961 pour son groupe, Les Dritons. Arrangée par Dean Norton, elle fut enregistrée par le groupe Les Fantômes et leurs ‘Big Sound’ guitares, en janvier 1962 : EP, Le Diable en personne (Shakin’ All Over) - Golden Earrings - Fort Chabrol - Original Twist Guitar, disques Vogue (EPL 7 918).
  12. Françoise Hardy se fera brocarder pour la syntaxe quelque peu redondante, indigne d'une étudiante en lettres, de cet intitulé. Il aurait fallu écrire « C'est l'amour auquel je pense » ou « C’est à l’amour que je pense », quitte à modifier la mélodie en conséquence.
  13. Elle interprète ces deux titres à la télévision le 24 novembre 1962, dans l’émission de variétés, Soirée rose pour jour gris.
  14. Elle y passera en « vedette américaine » de Richard Anthony en octobre 1963.
  15. Gala organisé par les magazines Disco Revue et France Disques et par Radio Lorraine-Champagne, avec Dick Rivers en tête d’affiche. Source : France Disques, l’actualité hebdomadaire du disque, n° 3 du samedi 15 décembre 1962.
  16. Sources : La Discographie française, n° 127 du 15 décembre 62 et Paris Match, n° 717 du 5 janvier 1963.
  17. Orthographié par erreur, Jean François Perrier. Sera rectifié sur la seconde édition.
  18. Titre de la chanson originale écrite et interprétée par Bobby Lee Trammell en 1958 : SP, You Mostest Girl - Uh Oh, Fabor/Dandelion Music (127-B), US.
  19. Pseudonymes de Gilbert Guenet et Jean Setti, lesquels ont écrit plusieurs chansons pour Johnny Hallyday.
  20. Premier interprète : José Salcy et ses Jam’s, 1962, EP, Barbara - Par le bout du Nez - Ray Charles - Le Temps de l'amour (Fort Chabrol), disques Vogue (EPL 7966).
  21. Source : La Discographie Française, n° 127 du 15 décembre 1962.
  22. Photographie réalisée par André Nisak.
  23. Photographie réalisée par Gérard Neuvecelle.
  24. Photo réalisée par Jean-Marie Périer du magazine Salut les copains. Au dos de la pochette de ce troisième 45 tours sont reproduits, des extraits de presse relevés dans Paris Match n° 713 du 8 décembre 62, Le nouveau Candide, n° 83 du 29 novembre 62, Télé 7 jours du 8 au 14 décembre 62, Salut les copains de décembre 62, La Discographie française, n° 127 du 15 décembre 62.
  25. Les chansons La Fille avec toi ni Il est parti un jour ne sont pas gravées sur ce disque.
  26. Les étiquettes centrales du disque arborent un nouveau logo « disques Vogue ».
  27. Avec logo « disques Vogue/Vogue international industries » rectangulaire au verso.
  28. Reproduction recto verso du EP édité en 1963.
  29. Paru dans le fascicule bimensuel 45 tours de collection n° 3 du 20 avril 2000, une publication Polygram Direct, sponsorisé par Radio Nostalgie.
  30. Jean-Marie Périer est ici correctement orthographié au verso de la pochette.
  31. Pochette avec bandeau « Grand Prix du disque 1963 ‘‘Académie Charles Cros’’ – Trophée de la télévision 1963 ».
  32. Le nouveau logo « Vogue International Industries » apparaît au verso de la pochette.
  33. Les étiquettes du disque arborent le logo présent sur les disques 45 tours depuis 1962.
  34. Réplique de l'album édité aux États-Unis en 1966.
  35. Ce CD fait partie du coffret La Collection 62 - 66.
  36. Éditeur de musique implanté à Sannois (Val-d'Oise).
  37. Photographie de couverture, réalisée par Gérard Neuvecelle, reprise du 45 tours paru en décembre 1962.
  38. Label de la société MAM productions, spécialisée dans la réédition en CD de disques de variété, située à Saint-Cyr-sur-Loire (Indre-et-Loire).
  39. a et b Maison d’édition musicale située à Florence, filiale de MiruMir Music Publishing, entreprise de publications musicales établie à Moscou, spécialisée dans la réédition de disques vinyles.
  40. Recto de pochette : réplique de l’album français originel. Verso de pochette : le texte a été recopié (avec quelques fautes de police de caractère, fautes de frappe et ponctuations à l’anglaise), sans logo Vogue, sans date originale de parution ni crédit photo.
  41. Version avec disque de couleur jaune - distribuée en France exclusivement par la FNAC sous l’étiquette « Club Vinyl » (Import limité à 300 ex.). Verso de pochette : aucune correction n’a été apportée mais le crédit photo revenant à Jean-Marie Périer a été rajouté.
  42. Él, est un label indépendant londonien fondé en 1984 par Mike Alway.
  43. Livret : réplique de la pochette anglaise de l’album.
  44. Label représenté par Blaricum CD Compagny B.V. (BCD), maison d’édition implantée à Capelle-sur-l’Yssel en Hollande. Les enregistrements des chansons ont été remasterisés par le procédé DMM cutting (en).
  45. Un vidéo clip a été réalisé par Maud-Élisa Mandeau.
  46. Le 15e titre, Summer Crane, est composé de divers échantillons de musiques et chansons dont Oh oh chéri est en leitmotiv.

Liens externes[modifier | modifier le code]