Tours Aillaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aillaud.
Tours Aillaud
Tours Nuage par Aillaud.JPG
Tours Aillaud vues du Parc départemental André-Malraux
Histoire
Architecte
Ingénieur
Ashton Azaïs
Construction
Usage
Résidentiel
Architecture
Statut patrimonial
Hauteur de lʼantenne
Hauteur du toit
105 m (tours 1 et 2)
Hauteur du dernier étage
Surface
Étages
39 (tours 1 et 2)
20 (tours 3 à 10)
13 (tours 11 à 18)
Nombre dʼascenseurs
Localisation
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Hauts-de-Seine
voir sur la carte des Hauts-de-Seine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris et la petite couronne
voir sur la carte de Paris et la petite couronne
Red pog.svg
Localisation sur la carte de La Défense
voir sur la carte de La Défense
Red pog.svg

Les tours Aillaud (ou tours Nuage) sont un ensemble immobilier situé à Nanterre, dans le quartier Pablo-Picasso[1], dans la banlieue de Paris, en France.

Historique[modifier | modifier le code]

Construites entre 1973 et 1981 (par l'ingénieur Ashton Azaïs et l'entreprise Proco[1]) sur les plans d'Émile Aillaud, les tours Aillaud sont composées de 18 tours d'habitation (deux de 38 étages, huit de 19 étages et huit de 12 étages[1]), regroupant 1 607 appartements. Elles sont recouvertes de mosaïques de Fabio Reiti qui évoquent des nuages.

Il est mentionné dans différentes sources que le président Valéry Giscard d'Estaing, découvrant les deux premières tours de cet ensemble de 18 bâtiments, aurait exigé une réduction de la hauteur des tours restant à construire[2],[3].

Le 16 décembre, elles reçoivent le label Patrimoine du XXe siècle[1].

Description[modifier | modifier le code]

Chacune des tours est formée de plusieurs cylindres accolés, « brisant la traditionnelle orthogonalité des grands ensembles pour adopter des formes plus diverses. Les fenêtres, carrées, rondes ou en forme de goutte d'eau se veulent résolument poétiques »[4],[3].

Les projets de coloration des tours de Émile Aillaud se trouvent au Centre Pompidou [5].

Les tours sont un exemple d'urbanisme sur dalle, les parkings étant situés sous la surface habitable[1]. Entre les tours passe « le Serpent », un chemin sinueux dessiné par Florence Rieti. Entre, de petites places font référence à l’œuvre de Picasso[1]. Les jardins sont de Michel Corajoud[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

Ces tours, exclusivement d'habitations, sont à proximité directe avec le centre-ville de Nanterre ainsi qu'avec le quartier d'affaires de La Défense[6],[3].

Évolutions[modifier | modifier le code]

Le coût d'entretien de ces bâtiments est un problème[2]. L'environnement a également fortement évolué. Un projet de rénovation des Tours Aillaud est envisagé, avec destruction partielle afin d'adjoindre aux logements des bureaux, des commerces, et des hôtels[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Notice no EA92000017, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a et b Jean-Pierre Dubois, « Le très coûteux entretien des tours Nuages de Nanterre », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a b c et d Pierre Carrey, « Tours Nuages. A Nanterre, l'utopie fait les frais du profit », Libération,‎ (lire en ligne)
  4. « Tours Aillaud », sur travel.sygic.com
  5. « Projet de coloration des tours », sur le site du Centre Beaubourg
  6. Jeanine Cornaille, « L’avenue Pablo-Picasso et les tours Aillaud », Histoire de Nanterre,‎ , p. 38-39 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]