Tournon-d'Agenais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tournon.

Tournon-d’Agenais
Tournon-d'Agenais
Vue générale.
Blason de Tournon-d’Agenais
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Lot-et-Garonne
Arrondissement Villeneuve-sur-Lot
Canton Le Fumélois
Intercommunalité CC Fumel Vallée du Lot
Maire
Mandat
Didier Balsac
2014-2020
Code postal 47370
Code commune 47312
Démographie
Gentilé Tournonnais
Tournonnaises
Population
municipale
715 hab. (2015 en diminution de 7,26 % par rapport à 2010)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 24′ 03″ nord, 0° 59′ 46″ est
Altitude Min. 103 m
Max. 261 m
Superficie 21,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Tournon-d’Agenais

Géolocalisation sur la carte : Lot-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Lot-et-Garonne
City locator 14.svg
Tournon-d’Agenais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tournon-d’Agenais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tournon-d’Agenais
Liens
Site web Site de la mairie

Tournon-d’Agenais est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de Lot-et-Garonne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Tournon-d'Agenais est située sur une colline qui domine les vallées du Boudouyssou et du Camp Beau, ainsi que les routes (route nationale 661 et route nationale 656). C'est une commune de l'Agenais en Quercy blanc, limitrophe avec le département de Tarn-et-Garonne.

Elle appartient à la circonscription de Villeneuve-sur-Lot et, après avoir été le siège de la communauté de communes du Tournonnais, puis membre de Fumel Communauté de 2011 à 2016, elle est depuis 2017 dans la communauté de communes Fumel Vallée du Lot.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tournon-d'Agenais[1]
Bourlens Thézac
Cazideroque Tournon-d'Agenais Masquières
Anthé Montaigu-de-Quercy
(Tarn-et-Garonne)
Courbiac

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Oppidum celte et place gallo-romaine de commerce, la bastide royale est fondée en 1271 par Philippe III fils du roi Saint Louis. En, pleine, guerre des Albigeois en 1212 à la suite de laquelle le vainqueur des Albigeois, Amaury de Montfort donne à l'évêque d’Agen la maison de l'Abescat. Pendant la guerre de Cent Ans, la ville changea souvent de mains.

Les protestants rasent l'église catholique en 1580 puis celle-ci est remplacée par l'Abescat. Le couvent des récollets est bâti au XVIIe siècle sur les ruines de l'ancien château de Tournon, afin de faire revivre la religion catholique après le départ des protestants.

Au cours de la période de la Convention nationale (1792-1795), la commune porta le nom révolutionnaire de Tournon-la-Montagne.

Commune très étendue, Tournon-d'Agenais est divisée par deux fois au XIXe siècle : en 1837 pour créer les communes de Montayral et Saint-Vite (la population de Tournon diminue de 2650 habitants), puis en 1876 pour créer les communes d'Anthé, Bourlens, Cazideroque, Courbiac, Masquières et Thézac (la population de Tournon diminue de 2800 habitants)[2].

Le 3 juillet 1944, 1 500 hommes de la Panzergrenadier division "das Gepent" venant de Cahors et se dirigeant vers Villeneuve-sur-Lot, font feu sur les quelques maquisards présents place du Foirail. Les opérations de représailles contre les résistants et la population civile durèrent 6 heures, durant lesquelles plusieurs personnes furent, torturées et tuées par les Allemands. De nombreuses maisons furent pillées, mises à sac et quelques-unes incendiées. Cet évènement est connu sous le nom de sac de Tournon-d'Agenais.

De son riche passé subsistent plusieurs témoignages architecturaux comme :

  • le beffroi et son horloge lunaire
  • la Maison du XIIIe siècle
  • l'église Saint-André-de-Carabaysses (ou église de Lamothe)
  • la salle de l'Abescat
  • son tour de ville

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Tournon-d'Agenais Blason De sinople aux quatre tours d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Élections municipales de 1995 Élections municipales de 2014 Jean Pierre Lacam DVD  
Élections municipales de 2014 en cours Didier Balsac DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4].

En 2015, la commune comptait 715 habitants[Note 1], en diminution de 7,26 % par rapport à 2010 (Lot-et-Garonne : +0,69 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8 0057 1247 9047 7737 9017 6344 9865 1604 588
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 7614 5694 3844 2561 3711 3251 2761 1551 077
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
981914927780833890842785766
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
8121 0061 020921839751801808708
2015 - - - - - - - -
715--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 1837, les communes de Montayral et Saint-Vite sont détachées de Tournon-d'Agenais. En 1876, les communes d'Anthé, Bourlens, Cazideroque, Courbiac, Masquières et Thézac sont détachées de Tournon-d'Agenais.

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture fait partie l'aire de production du vin de pays de Thézac-Perricard.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Gastronomie Tourtière

Une spécialité artisanale : la tourtière : Chacun a ses propres « secrets » familiaux mais la base reste la même : une superposition de fines couches de pâtes, de pommes, cuite au four et arrosé d’un sirop « légèrement » alcoolisé. La décoration, ce fameux chapeau craquelé, étant composé également de morceaux de pâtes huilé et sucré, façonné à la main et cuites séparément.

Mais l’essentiel du secret réside dans le tour de main de l’artisane qui se transmet de génération en génération.

Sports[modifier | modifier le code]

Club de rugby à XV l’Union Sportive Tournonnaise évoluant dans le Championnat de France de 3e division fédérale pour la saison 2013-2014[11]. Ce club a été sacré champion de France Honneur lors de la saison 2012-2013 face à l'équipe de Pont-Long en finale.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florence Boisserie, Le maillage castral et le manorial secondaire en pays d'habitat dispersé à la fin du Moyen Âge. Le cas de la châtellenie de Tournon-d'Agenais (XIIIe siècle-début du XVIe siècle), mémoire de master 2, université Toulouse II Jean Jaurès, septembre 2015 (texte), (annexes)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]