Tourisme en Bulgarie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chaque année, la Bulgarie accueille 8.9 millions de touristes, principalement de Grèce, de Roumanie, d'Allemagne, du Royaume-Uni et de la Scandinavie[1].

Points d'entrée[modifier | modifier le code]

Air[modifier | modifier le code]

Route[modifier | modifier le code]

Train[modifier | modifier le code]

Mer[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Certains sites historiques sont également d'intérêt : on citera notamment Veliko Tarnovo, dont la citadelle est parfois l'objet d'un spectacle son et lumière retraçant l'histoire de la Bulgarie à travers les siècles.

Culturel[modifier | modifier le code]

Gastronomique[modifier | modifier le code]

Naturel[modifier | modifier le code]

Dans l'oblast de Blagoevgrad, on peut visiter le Parc des Ours Dansants à Belitsa, l'une des plus grandes structures d'accueil pour les ours en Europe, fondé en 2004 grâce à l'association autrichienne Vier Pfoten.

Sportif[modifier | modifier le code]

En hiver, certaines stations de ski comme Pamporovo situées dans les monts Rhodopes, non loin de la frontière avec la Grèce, attirent elles aussi leur lot de touristes étrangers et nationaux.

Balnéaire[modifier | modifier le code]

Depuis 1995, le tourisme balnéaire s'est fortement développé le long de la mer Noire, notamment à Sunny Beach (Slanchevbriag), première station balnéaire du pays, située près de Bourgas ou, plus au nord, à Albena ou aux Sables d'Or (Zlatni Pyasatsi), près de Varna. Jadis réservée à la nomenklatura communiste, Sunny Beach et les autres stations balnéaires sont désormais le lieu de villégiature de nombreux touristes occidentaux.

Divers[modifier | modifier le code]

La Bulgarie est connue pour ses monastères, ses eaux minérales thermales et curatives, ses roses, ses vins et son célèbre yaourt. Elle possède de nombreux trésors culturels et des circuits touristiques commencent à être organisés. Contrairement à la Roumanie voisine, le régime communiste bulgare n'a pas détruit le patrimoine paysager, et même les constructions modernes, qui prolifèrent, montrent un souci d'esthétique qui prend souvent des formes originales[réf. nécessaire].

Centres d'intérêt patrimonial par région[modifier | modifier le code]

Sofia[modifier | modifier le code]

Sofia, la capitale, a deux visages. D'une part, elle ne manque pas de charmes avec ses maisons qui datent de la fin du XIXe siècle et certaines rues encore pavées.

Édifices religieux[modifier | modifier le code]

Édifices civils[modifier | modifier le code]

Plovdiv[modifier | modifier le code]

Plovdiv, la seconde ville du pays, possède un cœur historique bien conservé et de nombreux vestiges archéologiques témoignent du passage des Romains dans la région.

Veliko Tarnovo[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La Bulgarie: nouvelle aire de ski des Balkans », sur businesstravel.fr, (consulté le 29 décembre 2010)