Tourisme en Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le tourisme en Afrique représente une importante activité économique. La particularité touristique de l'Afrique réside dans la grande variété des points d’intérêts, la diversité et la multitude de paysages ainsi que le riche patrimoine culturel.

Situation[modifier | modifier le code]

Observation de la faune dans le parc national Kruger en Afrique du Sud.

En 2013, le tourisme africain représente 4 % du tourisme mondial[1]. Toutefois, il attire de plus en plus de visiteurs, comme le démontrent les chiffres de 2013, qui enregistrent 200 000 visiteurs de plus. Le secteur représente 7,1 % des emplois sur le continent, avec 20 millions de travailleurs dans le domaine. Il est considéré comme un moteur de croissance économique pour le continent par la Banque mondiale[2]. En 2017, le Forum économique mondial classe l'Afrique du Sud comme le pays le plus compétitif dans le secteur [3].

L’Afrique a accueilli 57,8 millions de touristes en 2016, soit 4,4 millions de plus qu’en 2015, apportant 34,8 milliards de dollars de recettes touristiques. Cela représente seulement 5 % du total de voyageurs dans le monde, mais leur nombre pourrait atteindre les 134 millions en 2030, estime l’Organisation mondiale du tourisme dans son rapport annuel publié . Après l'Afrique du Sud et le Maroc, le Rwanda s'impose comme troisième destination du continent avec 1,2 million de visiteurs par an en se positionnant sur le haut de gamme et le tourisme d’affaires. Les plus fortes progressions sont Madagascar (+20 %), le Kenya (+ 17 %), la Tanzanie (+ 16 %), le Cap-Vert (+15 %), l’île Maurice (+11 %), les Seychelles et l'Afrique du Sud (+ 10 %) alors que le Maghreb repasse dans des valeurs positives grâce à une amélioration de la sécurité des voyageurs[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

2000[modifier | modifier le code]

Seuls le Kenya, la Zambie, Maurice, le Maroc, la Tunisie, l’Algérie et la république démocratique du Congo connaissent une forte croissance et deux des plus grandes destinations africaines, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe, stagnent.

2001[modifier | modifier le code]

La région touristique compte une augmentation de 4,3 % des arrivées internationales. L’Afrique du Sud reste la destination la plus importante malgré une baisse des arrivées. Les pays qui ont connu la progression la plus forte des arrivées internationales sont: la Namibie, la Tanzanie et le Nigeria.

2002[modifier | modifier le code]

Augmentation de 2,8 % du nombre d’arrivées de touristes internationaux, qui a atteint 29 millions. L’Afrique du Nord recule de 2 % à cause des baisses observées en Tunisie et au Maroc. Les recettes du tourisme international ont approché les 12 milliards de $US.

2003[modifier | modifier le code]

Les arrivées de touristes internationaux ont augmenté de 3 %. En 2003, certaines des destinations subsahariennes ont été considérées comme des lieux sûrs ce qui a bénéficier à l'ensemble de la région. L’Afrique du Sud a connu une progression de 1 %, tandis que Maurice, La Réunion et la Zambie ont également connue de légères augmentations.

2004[modifier | modifier le code]

Une progression de 15 % de la croissance générale est enregistrée dans la région avec le Maroc et la Tunisie se démarquent. Les résultats de la région subsaharienne ont été plus modestes.

2005[modifier | modifier le code]

L’Afrique a fait mieux que toutes les autres régions, l'augmentation du nombre d'arrivées étant estimée à environ 9 %. La croissance a été à peu près aussi soutenue en Afrique sub-saharienne qu'en Afrique du Nord.

2006[modifier | modifier le code]

L'Afrique est la première région au titre de la croissance du nombre d'arrivées de touristes internationaux avec une hausse de 9 % pour la deuxième année.

2007[modifier | modifier le code]

L’Afrique figure parmi les régions les plus performantes en 2007, le nombre d’arrivées ayant progressé de 7 % pour s’élever à 44 millions. Les recettes du tourisme international se sont accrues pour atteindre 28 milliards de US $.

2008[modifier | modifier le code]

Augmentation de 4 %, du nombre d’arrivées de touristes internationaux, à 47 millions. Les recettes du tourisme international se sont montées à 31 milliards de US $.

2009[modifier | modifier le code]

Un nombre d’arrivées de touristes internationaux en progression de 3 % a été enregistré. Par contre, les recettes du tourisme international ont accusé un repli avec 29 milliards de USD$.

2017[modifier | modifier le code]

En 2017 le Maroc est le pays le plus visité en Afrique avec plus de 11,35 millions de touristes, suivi de l’Égypte avec plus de 8,3 millions de visiteurs en 2017, et de la Tunisie qui a compté plus de 7 millions de touristes en 2017.

Lacunes[modifier | modifier le code]

Selon un rapport de la Banque africaine de développement publié en 2016, les principales difficultés sont l'obtention de visa, les moyens de transport et les coûts de déplacement [5]. Les capacités d'hébergement de qualité sont également faibles. Par exemple, un pays comme le Mali comptait en 2004 environ 3 000 chambres, soit moins qu'une ville française comme Clermont-Ferrand, qui comptait 4 000 chambres [6]. La tenue de sommets internationaux révèle cette lacune et demande la construction ou la rénovation d'établissements[7] ,[8].

Investissements[modifier | modifier le code]

Des groupes hôteliers internationaux réalisent des investissements majeurs sur le continent, faisant augmenter les capacités d'hébergement[9]. De nouveaux groupes hoteliers africains ont également entrepris d'investir sur le marché afin de favoriser l'essor et la qualité du tourisme[10],[11], [12],[13]. Une école de formation hôtelière a été ouverte au Mali en 2016, par Azalaï Hôtel [14].

En , le groupe hôtelier français AccorHotels et l’opérateur qatari Katara Hospitality créent un fonds d’investissement doté d’un milliard de dollars pour ouvrir une quarantaine d’établissements en Afrique subsaharienne. Une quarantaine d’établissements, soit près de 9000 chambres, pourraient voir le jour[15].

Groupes hoteliers pan-africains[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. AURÉLIE BAZZARA, Journal afrique.lepoint.fr, Tourisme : les pays africains les plus visités, France, 3 avril 2016
  2. Rédaction, banquemondiale.org, Le tourisme : moteur de croissance en Afrique, USA, 3 octobre 2013
  3. Agence Ecofin, Magazine afriqueexpansion.com, Classement des pays africains en matière de compétitivité touristique en 2017, Canada, 7 avril 2017
  4. « Hausse du tourisme en Afrique, qui s’affirme comme une destination d’avenir », lemonde.fr, (consulté le 17 août 2017)
  5. Benjamin Polle, Magazine jeuneafrique.com, La BAD appelle à « libérer le potentiel touristique de l’Afrique », France, 15 janvier 2016
  6. Sébastien Condès, Les incidences du tourisme sur le développement, Revue internationale des études du développement, France, 2004/2 (n° 178), paragraphe 20
  7. Maliki Diallo, Journal maliactu.net, Mali : Préparatif du sommet Afrique – France : Le point des activités réalisées sur le plan d’hébergement, Mali, 28 décembre 2015
  8. Nicolas Louyah, Magazine africatopsuccess.com, Niger: 600 chambres d’hôtels seront construits avant le sommet de l’UA, Togo, 12 décembre 2016
  9. Agence Ecofin, Magazine afriqueexpansion.com, La capacité d’hébergement du secteur hôtelier africain a progressé de 30 % en 2015, Canada, 13 avril 2016
  10. Myriam Dubertrand, Journal lemonde.fr, Recrutement en Afrique : quatre entreprises dévoilent leurs plans, France, 25 mai 2015
  11. Olivier Caslin, Magazine jeuneafrique.com, Hôtellerie : le boom du tourisme d’affaires, France, 26 avril 2013
  12. Rédaction, Magazine voyages-d-affaires.com, Afrique : l’hôtellerie veut sa place au soleil, France, 22 avril 2013
  13. Rémy Darras, Magazine jeuneafrique.com, Hôtellerie : les raisons de l’optimisme, France, 14 septembre 2016
  14. David Baché, Radio rfi.fr, Ouverture d'une école hôtelière au Mali, France, 21 février 2016
  15. « AccorHotels et le Qatar mobilisent un milliard de dollars pour l'hôtellerie en Afrique - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 29 août 2018)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2000, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2001, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2002, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2003, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2004, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2005, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2006, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2007, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2008, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne
  • Organisation mondiale du tourisme. Faits saillants 2009, « Afrique », Organisation Mondiale du Tourisme, lire en ligne