Tourisme dans le Loiret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Loiret est un département touristique pour sa richesse patrimoniale historique et naturelle.

Présentation du tourisme dans le Loiret[modifier | modifier le code]

Fréquentation des lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Le parc floral de la Source à Orléans est de loin le lieu le plus fréquenté, avec 153 586 visiteurs en 2007. Viennent ensuite le muséum des sciences naturelles (60 897 visiteurs) et le musée des beaux arts (53 516 visiteurs), également à Orléans. Les châteaux n’arrivent qu’ensuite : La Ferté St-Aubin, 46 564 visiteurs ; Sully-sur-Loire, 44 991 visiteurs ; château de Chamerolles à Chilleurs-aux-Bois, 40 953 visiteurs; Gien, 24 059 visiteurs. À noter également, le domaine du Ciran, 35 582 visiteurs ; la maison de Jeanne d’Arc, 24 535 visiteurs ; le musée du cirque et de l’illusion à Dampierre-en-Burly, 20 040 visiteurs[1].

Les visiteurs français proviennent surtout d’Île-de-France (34,4 %), de la région Centre (11,6 %) ou de Rhône-Alpes (8,2 %)[1].

Lieux de restaurations et hébergements[modifier | modifier le code]

Hébergements[modifier | modifier le code]

Le Loiret a une capacité d’accueil de 25 955 lits en 2007, dont 12 080 en hôtellerie de plein air (48 établissements) et 9 624 en hôtellerie classée (150 établissements). Cette capacité comprend également 215 établissements en chambre d’hôte labellisés GDF (Gîtes de France) pour 574 lits, 3 auberges de jeunesse pour 291 lits, 28 gîtes d’étape et de séjour (583 lits), 34 bateaux habitables (250 lits)… Il compte par ailleurs 21 468 résidences secondaires[1].

Concernant les nuitées hôtelières, la fréquentation était en 2007 de 985 852 arrivées et 1 426 066 nuitées, soit 1,45 nuit et un taux d’occupation de 57,8 %; les meilleurs taux d’occupation sont observés en juin, et pour les agglomérations d’Orléans et de Montargis. Les français représentent 77,5 % des arrivées et 79,5 % des nuitées, devant les anglais et les néerlandais. 65 % de la clientèle total est une clientèle d’affaire[1].

Les camping ont un taux d’occupation de 26,4 % en 2007. Les français (39 % des arrivées et 47 % des nuitées) restent plus longtemps que les étrangers. Les néerlandais sont de loin les premiers étrangers à fréquenter les campings derrière les français[1].

Près de 24 500 lits touristiques (hôtels, campings, meublés de tourisme, autres hébergements classés tourisme, chambres d’hôtes labellisées) et près de 1.9 million de nuitées dans les hébergements touristiques, en 2009

Restauration[modifier | modifier le code]

62 restaurants sont classés, dont 4 labellisés Tourisme et Handicap[1].

Histoire du tourisme dans le Loiret[modifier | modifier le code]

Si le tourisme est longtemps réservé à une élite (française mais aussi anglaise, attirée par les châteaux et les richesses horticoles du département, mais aussi par la nature, la Loire et la campagne), il se développe au début du XXe siècle puis surtout à partir de 1936, avec les premiers congés payés et le développement du tourisme de masse. Les années 1970 voient le développement d’un tourisme culturel et d’affaire, tandis qu’aujourd’hui le tourisme est très diversifié, avec des attentes plus fortes en termes d’environnement ou de grandes manifestations culturelles[2].

Lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Patrimoine historique[modifier | modifier le code]

Ville d’Orléans[modifier | modifier le code]

La cathédrale d’Orléans

La ville d’Orléans réunit plusieurs édifices patrimoniaux. Le centre historique d’Orléans a été en partie détruit par les bombes en 1940, mais plusieurs édifices subsistent, comme la cathédrale d'Orléans ou la maison de Jeanne d'Arc, qui comprend le musée de Jeanne d’Arc et des expositions. Bien que les bombardements de 1940 aient altéré le site et entraîné la construction d’un nouveau bâtiment en 1965, la façade moyenâgeuse de cette maison a été conservée[3]. Le quartier a été réhabilité il y a quelques années, avec un pavage rappelant le pavage historique de la ville, et un ravalement de nombreuses façades : on peut observer les façades claires et homogènes datant du XVIIIe siècle, rue Jeanne d’Arc et dans les rues proches, ainsi que différents édifices plus anciens, et se promener dans ce quartier à la fois commerçant et de restauration. Les quais de Loire ont également été réhabilités. Un chemin pour les piétons, les cycles et le patinage longe les berges minérales, pavées. Plusieurs belvédères offrent des bancs et de très belles vues sur le paysage. D’autres édifices religieux, tels que la Cathédrale Sainte-Croix, ainsi que le pont royal, présentent également un intérêt majeur.

Châteaux[modifier | modifier le code]

Article connexe : liste des châteaux du Loiret.

L’héritage du Val de Loire est également constitué de différents châteaux[4] :

Patrimoine lié à la Loire et au canal[modifier | modifier le code]

Parmi les ouvrages liés à la Loire ou la navigation, on peut citer le canal d'Orléans, le pont-canal de Briare, le viaduc de Gien, le vieux pont de Gien les ponts de Beaugency, de Châtillon-sur-Loire, de Meung-sur-Loire, George V et de l’Europe.

Communes appartenant aux plus beaux villages de France[modifier | modifier le code]

Yèvre-le-Châtel, village inclus dans la commune de Yèvre-la-ville.

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des musées du Loiret.

Artisanat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : tuilerie de la Bretèche.

On dénombre 56 artisans d’art dans le département en 2007.

Autres équipements culturels[modifier | modifier le code]

Zénith d'Orléans, théâtre d’Orléans, plusieurs cinéma…

Milieux naturels et loisirs associés[modifier | modifier le code]

Milieux naturels touristiques[modifier | modifier le code]

  • Le Val de Loire, classé au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO, présente des paysages exceptionnels. La Loire traverse le département d’est en ouest sur près de 120 kilomètres. Le projet de la Loire à vélo permet de découvrir à son rythme, à vélo ou à pied, les paysages ligériens. Les gares des villes qui participent au projet sont reliées au tracé principal par des pistes cyclables, afin de faciliter l’accès des touristes.
  • La Sologne avec ses forêts et ses étangs
  • Les forêts domaniales d'Orléans et de Montargis
  • D'autres paysages: le Gâtinais, le Giennois vallonné, la Beauce et sa Route du Blé…

Offre de loisirs verts[modifier | modifier le code]

Le Loiret est doté des équipements suivants : 8 golfs, 6 centres de pilotage tout-terrain, 1 centre de ski nautique, 4 écoles de voile homologuées, 2 centres multi-activités fluviales, 16 points de location de canoës-kayaks, 46 centres équestres et poneys clubs, 5 centres de location de calèche, 1 centre de chars à bancs, 2 centres d’attelages, 5 centres pour survols en montgolfière, 4 centres pour survols en hélicoptère, 6 centres ULM, 7 centres pour survols en avion de tourisme, 1 centre de parachutisme, 11 plans d’eau avec bases de loisirs, 21 lieux de location de bicyclettes, 6 bateaux “Promenades”(dont 3 labellisés Tourisme et Handicap), 1 bateau-hôtel, 3 loueurs de bateaux à la journée, 3 loueurs de bateaux habitables sans permis et 1 centre de parcours aventure en forêt[1].

De nombreux chemins de randonnées sont également aménagés. Les GR (chemins de grande randonnée) 3 et 13 cumulent 520 km de chemins, auquel s’ajoute le sentier historique de la vallée des rois, Les GR de Pays du Gâtinais/ Puisaye et de Sologne et plus de 3 000 km de sentiers de promenade et randonnée[10].

Par ailleurs, on dénombre 3 fermes pédagogiques et 6 fermes de découverte.

Parcs et jardins[modifier | modifier le code]

Le Val de Loire est un des berceaux de l’horticulture française. Les parcs et jardins sont une des richesses touristiques du département. Certains jardins sont issus des traditions d’expérimentation et de collections en horticulture :

  • Parc du château de Châteauneuf-sur-Loire ;
  • L’arboretum des Grandes Bruyères, à Ingrannes ;
  • L’herboretum du domaine des Voisins ;
  • L’arboretum des Prés-des-Culands, conservatoire national de l’Ilex, à Meung-sur-Loire ;
  • Les jardins de Roquelin.

D’autres parcs sont liés à l’histoire du Val de Loire, et sont associés aux châteaux de la Loire ou à des propriétés historiques du Loiret :

  • Le parc floral de la Source ;
  • Les jardins du château de Chamerolles ;
  • Le parc et le potager du château de La Bussière ;
  • Le parc du château de Coligny ;
  • Le parc du château de la Ferté-Saint-Aubin ;
  • Le parc du château de Chevilly ;
  • Le jardin du château de Pont-Chevron.

Villes et villages fleuris[modifier | modifier le code]

Le Loiret est l’un des 18 départements à avoir reçu en 2007 le trophée du département fleuri. Six communes du Loiret ont reçu la quatrième fleur au concours des villes et villages fleuris, il s’agit des communes de Briare, Olivet, Quiers-sur-Bézonde (également prix spécial du Ministère de l’agriculture et de la pêche et de VINIFLHOR), Saint-Cyr-en-Val, Saint-Jean-de-la-Ruelle et enfin de Fleury-les-Aubrais qui s’est vu remettre le Grand Prix. L’écluse de Dammarie-sur-Loing a reçu le prix spécial des Voies Navigables de France.

Principaux offices du tourisme[modifier | modifier le code]

Le Loiret comprend 24 offices de tourisme, dont 10 labellisés, et 1 syndicat d’initiative. Les plus visités sont ceux d’Orléans, de Montargis, de Gien et de Sully-sur-Loire[1].

Tourisme et Handicap[modifier | modifier le code]

3 châteaux, 12 musées et 1 parc sont labellisés tourisme et Handicap en 2007[1].

Animations et manifestations[modifier | modifier le code]

Randonnées[modifier | modifier le code]

Le département propose des randonnées pédestres (4000 km de sentiers pédestres), cyclotouristiques (15 boucles) et équestres

  • La Loire à Vélo : Le Département poursuit à grande vitesse l’aménagement final de la « Loire à Vélo » : en 2010, par exemple, pas moins de quatre itinéraires ont été définitivement aménagés entre Sandillon et Châteauneuf-sur-Loire, Sully-sur-Loire et Briare, Briare et Beaulieu-sur-Loire avec la création d’une variante en rive sud entre Châtillon-sur-Loire et Beaulieu. La continuité du parcours restant quant à elle assurée grâce aux deux dernières sections provisoires l’une entre Tavers et Saint-Hilaire-Saint-Mesmin, et l’autre entre Sully et Châteauneuf-sur-Loire.

Ce projet d’envergure représente au total 155 km d’itinéraires dans le département (dont 133 km aménagés directement par le Conseil général) avec 22 km aménagés au cœur de l’agglomération orléanaise par la communauté d’agglomération d’Orléans Val de Loire (AgglO). Et à plus grande échelle, d’ici quelques années la « Loire à Vélo » reliera Cuffy dans le Cher (près de Sancerre) à Saint-Brévin-les-Pins en Loire-Atlantique. Au total, cela représentera près de 800 km d’itinéraires aménagés et balisés à travers deux régions et six départements (l’opération « Loire à Vélo » bénéficie du soutien de la Région Centre).

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Le Loiret propose de nombreux produits gastronomiques tels que : l'andouille de Jargeau, le safran et le miel du Gâtinais, le vinaigre d’Orléans, l’Olivet, les vins d'appellation d'origine contrôlée d'Orléans, Orléans-cléry et des coteaux du giennois, le Pithiviers (gâteau aux amandes), l'alcool de poire d’Olivet, les praslines de Montargis, le cotignac (gelée de coings) d’Orléans, les macarons aux fruits d’Orléans…

Moyens d’accès et de transports[modifier | modifier le code]

Le Loiret est accessible en train (gare d’Orléans, de Fleury-les-Aubrais…), en voiture (Autoroute A 10, Nationale 20…), à vélo, en bateau. Sur place, il est possible d’utiliser les transports en commun d’agglomération ou départementaux; l’agglomération d’Orléans a également mis en place des locations de vélo avec différentes bornes situées dans Orléans et Fleury-les-Aubrais.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Comité départemental de tourisme du Loiret

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i [PDF] Les chiffres clés du tourisme dans le Loiret en 2007. Comité départemental du tourisme du Loiret, 2008.
  2. http://geotourweb.com/nouvelle_page_4.htm Bref historique du tourisme sur un site web personnel
  3. http://www.jeannedarc.com.fr/maison/maison.htm
  4. Les châteaux du Loiret sur le site officiel du conseil général
  5. Le château de Bellegarde sur le site du Conseil général du Loiret
  6. Le château de La Bussière sur Cœur de France
  7. Le château de Chamerolles sur Cœur de France
  8. Le château de Malesherbes sur le site de la ville
  9. Le château de Sully-sur-Loire sur Cœur de France
  10. http://www.randoloiret.eu/sentiers/page.asp?num=53 les sentiers balisés du Loiret, comité départemental de Randonnée du Loiret