Tour du Prince Noir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Représentation de la Tour du Prince Noir avant l'édification du Phare de Cordouan, vers 1590, par Claude Chastillon

La Tour du Prince Noir était une tour de forme octogonale et d'environ 16 mètres de haut[1], édifiée à sept kilomètres en mer sur le plateau de Cordouan, à l'embouchure de l'estuaire de la Gironde, estuaire formé par la confluence de la Garonne et de la Dordogne, donnant dans l'océan Atlantique, par le Prince Noir (Édouard de Woodstock), prince de Galles et d'Aquitaine, fils aîné du roi Édouard III d'Angleterre, qui gouverna la Guyenne de 1362 à 1371. L'objectif de l'édifice était de faciliter la circulation des navires à l'entrée de l'estuaire de la Gironde[2].

Des ermites logés dans les dépendances de chapelle attenante, dédiée à Notre-Dame de Cordouan[1], étaient chargés de maintenir un feu au sommet de la tour pour guider les navires circulant à l'entrée de l'estuaire de la Gironde. Des documents anciens attestent de la présence effective d'un feu sur Cordouan tout au long du XVe siècle, mais celui-ci ne semble pas avoir été maintenu pendant toute la durée du XVIe siècle[3].

À la fin du XVIe siècle, le Maréchal de Matignon, gouverneur de Guyenne, se préoccupa à son tour de la sécurité de la navigation dans l'estuaire. Le 2 mars 1584, en présence de son ami Michel de Montaigne, maire de Bordeaux, il passe commande du phare de Cordouan à Louis de Foix, ingénieur-architecte[3],[2]. Le nouvel ouvrage, qualifié d'« œuvre royale », va dès lors remplacer la Tour du Prince Noir sur le Plateau de Cordouan[2].

Carte de situation du plateau de Cordouan au XVIIe siècle

Lorsque commence la construction du nouveau phare, la Tour du Prince Noir est déjà en ruine. Quand les travaux sont achevés, ce qui reste de la Tour du Prince Noir sera détruit et emporté par la mer, une fois les défenses de protection édifiées par Louis de Foix pour protéger le chantier et les ouvriers retirées[3].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Page consacrée à l'histoire du Phare de Cordouan sur le site Bernezac.com
  2. a b et c Notice no PA00083858 et Notice no IA33001224, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. a b et c Un voyage à l'île de Cordouan au XVIe siècle, Étienne Glouzot, 1905, in Bibliothèque de l'école des chartes, Volume 66, Numéro 66, pages 401-425 - Base Persée