Tour de l'Horloge (Guînes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour de l'Horloge
Tour aujourd'hui.jpg
Présentation
Construction
1763
Visiteurs par an
20 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Musée de la Tour de l'Horloge - Guînes
Tour aujourd'hui.jpg
Informations générales
Visiteurs par an
20 000
Site web
Collections
Collections
Moyen Âge et Renaissance
Nombre d'objets
Tableau de Bouterwek, Drakkar, Exposition "Le Camp du Drap d'Or"
Localisation
Pays
Région
Nord-pas-de-Calais
Commune
Adresse
rue du Château
62340 Guînes

La Tour de l'Horloge est une tour horloge située sur la commune de Guînes dans le département du Pas-de-Calais. Elle a été édifiée en 1763 sur une ancienne motte castrale. Aujourd'hui elle abrite un musée.

Description[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Sifrid le danois et la motte féodale[modifier | modifier le code]

Lors des incursions des Vikings, Sifrid le Danois, chef viking, s'installe à Guînes en 928. Il élève une motte féodale au sommet de laquelle, il fait bâtir un petit château en bois. Le territoire de Guînes appartient alors au Comté des Flandres. Le comte de Flandre laisse Sifrid s'installer alors que celui-ci ne lui avait pas demandé son accord[1].

Sifrid rencontre Elstrude, fille du comte de Saint-Omer, en tombe amoureux et l’enlève. De cette union, naquit un enfant prénommé Ardolf qui sera le premier comte de Guînes. Sifrid, père d'Ardolf est à l'origine de la lignée des comtes de Guînes mais aussi de la motte féodale qui soutient de nos jours la Tour de l'Horloge (1763)[2].

En 1169, Baudouin II comte de Guînes, détruit le château en bois pour commencer la construction d’un château en pierre sur cette motte. En 1350, le dernier comte de Guînes s’appelait Raoul II de Brienne. Malheureusement, il est accusé de trahison par le roi Jean Le Bon. Raoul II de Brienne avait été fait prisonnier par les anglais pendant 3 ans et quand il rentra en France, le roi pensa qu’il l’avait trahi et le fit décapité. Guînes devient alors un domaine royal et nomme un gouverneur « Mathieu de Bouvelinghen » qui confie son domaine le temps de son absence à « Guillaume de Beauccourroy ». Celui-ci va vendre la ville de Guînes aux anglais[3].

Guînes, ville anglaise, lieu de résidence d'Henri VIII lors du Camp du Drap d'Or[modifier | modifier le code]

Pendant 207 ans, Guînes et le Château furent habités par les anglais. En 1520, lors de l'entrevue du Camp du Drap d'Or, Henry VIII, Roi d’Angleterre vient en France pour rencontrer François 1er, Roi de France, qui se trouvait à cette époque à Ardres, ville Française. François 1er voulait obtenir l’alliance d’Henry VIII contre Charles Quint. Guînes servait de forteresse anglaise. La tour qui surplombait la motte féodale était en pierre et servait à guetter les éventuelles incursions françaises ou espagnoles[4].

En 1558, le Duc de Guise et sa troupe décident, sur l’ordre du roi, de reprendre la ville aux Anglais et de détruire le château en pierres et la tour pour effacer toutes les traces des Anglais. Les Guînois décident de construire une Maison Forte sur la motte féodale pour se protéger.

La Tour de l'Horloge (1763)[modifier | modifier le code]

La Maison Forte, ayant beaucoup souffert des attaques espagnoles, est détruite. En 1763, Pierre Lenoir, Marguillier de Guînes (Maire et Prêtre à la fois) fait construire la Tour de l’Horloge sur la Motte de Sifrid.

Un musée est ouvert en 2002[5]. Il permet de découvrir l'histoire de la ville de Guînes de 928 à 1763. Musée ludique, des costumes de vikings, des armures de chevaliers et plusieurs épées sont à la disposition du public pour apprendre l'histoire en s'amusant. Un drakkar viking sert de salle de cinéma[6].Pour les 10 ans du musée, une exposition intitulée "Bienvenue au Camp du Drap d'Or" est visible à l'étage du musée. La particularité de ce musée est de pouvoir se costumer, de mettre une cotte de mailles, de découvrir les habitudes culinaires du Moyen Âge jusqu'au XVIIIe siècle[7].

Galerie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]