Tour Phare

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour Phare
Histoire
Architecte
Morphosis (Thom Mayne)
Développeur
Statut
annulée
Usage
Bureaux
Architecture
Hauteur de lʼantenne
297 m (depuis la dalle)[1]
Hauteur du toit
286,10 m (depuis la dalle)[1]
Hauteur du dernier étage
282,20 m (depuis la dalle)[1]
Étages
70[1]
Superficie
147 000 m2[1]
Géographie
Pays
Ville
Quartier
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris et la petite couronne
voir sur la carte de Paris et la petite couronne
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Hauts-de-Seine
voir sur la carte des Hauts-de-Seine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de La Défense
voir sur la carte de La Défense
Red pog.svg

La tour Phare était un projet de gratte-ciel de bureaux dans le quartier d'affaires de La Défense à Puteaux, en France. La tour Phare devait mesurer 297 mètres de haut et respecter des critères de développement durable. Le projet a été annulé en 2015 au profit de deux tours plus petites, les tours Sisters.

Conçue par l'architecte américain Thom Mayne, la tour devait se distinguer par son aspect organique, tout en lignes courbes. La tour devait être l'une des plus hautes constructions d'Europe occidentale. La livraison était prévue en 2017, après un démarrage des travaux fin 2013[2]. Le promoteur prévoyait plus d'un milliard d'euros de retombées économiques locales[3].

Historique du projet[modifier | modifier le code]

Le projet d'un immeuble susceptible de symboliser le renouveau de la Défense a été officiellement annoncé le par Nicolas Sarkozy et Dominique Perben dans le plan de relance de La Défense[4]. L'Établissement public pour l'aménagement de la région de la Défense (EPAD) a lancé un concours d'architecture 2006 pour une construction censée s'achever d'ici 2013. La date limite de remise des projets a été fixée au pour une délibération du jury prévue les 23 et .

Dix architectes étaient sélectionnés pour la phase finale du concours :

Unibail, l'organisateur de la consultation d'architecte, a dévoilé le projet gagnant le [5],[4].

Les constructeurs décidèrent plus tard que les antennes dites « cheveux » de la tour seraient moins hautes que prévus, réduisant ainsi la hauteur de la tour de 300 mètres à 297 mètres.

L'enquête publique s'est déroulée du 3 mai au . Le permis de construire a été accordé en [2],[6].

Le 18 septembre 2015, la Tour Phare est annulée par Unibail[7].

Description[modifier | modifier le code]

La tour devait se situer dans le quartier Défense 6 sur la place Carpeaux, à proximité immédiate du CNIT. Elle aurait dû enjamber la passerelle de liaison entre le faubourg de l'arche et la Défense et longe le boulevard circulaire.

Le projet comprennait deux corps de bâtiments :

  • un bâtiment central, « la Tour »
  • un bâtiment trapézoïdal, « le Trapèze ».

Le projet représentait 147 000 m2 de surface hors œuvre nette (SHON), constitué principalement de bureaux et d'un restaurant panoramique au 66e étage de la tour.

L'immeuble devait comprendre 70 étages au-dessus de la dalle, pour une hauteur de 297 mètres au-dessus de la dalle, ainsi que 6 étages en infrastructure par rapport au niveau de la dalle[1].

Développement durable[modifier | modifier le code]

La Tour Phare visait les certifications HQE LEED et BREEAM. Les caractéristiques de la Tour Phare devaient lui permettre de devenir un bâtiment de basse consommation, situé à 50 % en dessous du seuil maximum de la réglementation[8].

La tour devait être couverte sur la façade sud d’une double peau, protégeant ainsi la façade exposée aux reflets du soleil pour limiter l’utilisation des climatiseurs. La façade nord elle, ne devait pas être recouverte, afin de laisser pénétrer la lumière et réduire les besoins en éclairage artificiel[8]. Des escaliers de convivialité étaient également prévus pour permettre de relier les étages, ainsi les utilisateurs de la tour auraient pu passer d’un étage à l’autre sans utiliser l’ascenseur. Chaque étage est indépendant énergiquement et un système de détection de la lumière naturelle devait être mis en place afin de limiter la consommation électrique[8],[9],[10].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bases de données : Emporis • Structurae • SkyscraperPage • Skyscrapercenter (CTBUH) • PSS-archiVoir et modifier les données sur Wikidata

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Permis de construire en date du 8 août 2010.
  2. a et b Chronologie générale, Tour-phare.com.
  3. [1], Tour-phare.com.
  4. a et b Mickaël Bosredon, Un phare pour la Défense, 20 Minutes, 28 novembre 2006.
  5. « L'agence Morphosis (Thom Mayne) lauréate pour construire une tour à La Défense » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  6. La tour Phare de La Défense approuvée, Le Moniteur, 15 juin 2011.
  7. [2]
  8. a, b et c L'architecture durable de la Tour Phare, Batiweb.com.
  9. La Tour Phare, concrétisation de la relance du quartier de La Défense, Immobilier.fm.
  10. La Défense se dote d'une « tour phare », Le Parisien, 28 novembre 2006.