Tour François Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tour François Ier
L'Illustration 1862 gravure Tour de François Ier au Havre, détruit en 1861.jpg
Tour François Ier au Havre, détruite en 1861 (gravure dans L'Illustration, 1862).
Présentation
Construction
1518-1520
Localisation
Division administrative
Seine-Maritime
Commune
Le Havre

La Tour François Ier était un édifice militaire qui défendait l'entrée du port du Havre, et a longtemps figuré comme un emblème de la ville. Sa construction est décidée en 1517, lors de la fondation de la ville du Havre sur ordre du roi François Ier. Elle s'élevait à 30 mètres de hauteur, pour un diamètre de 25 mètres[1]. Elle est démolie entre 1861 et 1869.

La construction dure deux ans, entre 1518 et 1520. La tour marque la nouvelle entrée du port, creusée au printemps 1520, rendant caduque l'ancienne passe sud. L'étage inférieur de la tour sert de poudrière, mais également de cachot. D'abord surnommée la « Grosse Tour », elle prend progressivement, dans le courant du XVIIIe siècle, le nom de « Tour François Ier »[2].

Initialement, une deuxième tour devait être construite en face de la première. Faute de capitaux suffisants, c'est finalement une petite tour carrée, la tour Vidame, qui est bâtie. Elle sera détruite en 1782. La nuit, une chaîne reliant les deux tours empêche le franchissement de l'entrée du port par des navires[3].

La démolition de la tour François Ier est décidée en 1861, afin d'agrandir l'entrée du port, opération rendue nécessaire par le développement de navires à vapeur plus grands et plus puissants. À l'époque, la destruction de la tour suscite l'émoi des contemporains, et sa nécessité est contestée.

Evocations dans la littérature[modifier | modifier le code]

Dans Les Mémoires d'un touriste, Stendhal met en scène un personnage qui contemple la ville du Havre depuis la tour François Ier.

Marie Le Masson Le Golft la décrit dans Coup d’œil sur l'état ancien et présent du Havre.

Au XIXe siècle, elle est également citée par Gérard de Nerval, Abel Hugo, Joseph Morlent ou encore Jules Janin[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La grosse tour - Il était un Havre », sur havrencartes.canalblog.com, (consulté le 20 avril 2019)
  2. « Les tourments de la tour Francois-1er », sur archives.lehavre.fr (consulté le 20 avril 2019)
  3. Serge Aubourg, Patrick Bertrand et Paul Scherrer, Le Havre, un port, L'écho des vagues, , p. 17
  4. « Promenade littéraire au Havre : l'ancienne tour François Ier »