Toots Hibbert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hibbert (homonymie).
Toots Hibbert
Description de cette image, également commentée ci-après

Toots Hibbert sur scène, avec Toots & the Maytals
Orlando (Floride)

Informations générales
Surnom Toots
Nom de naissance Frederick Nathaniel Hibbert
Naissance (74 ans)
May Pen Drapeau de la Jamaïque Jamaïque
Activité principale Musicien
Genre musical Ska, rocksteady, reggae
Instruments Voix, guitare
Années actives Depuis 1962
Labels Island / Dynamic Sounds / Trojan

Frederick Nathaniel «Toots» Hibbert, né le à May Pen en Jamaïque, est un chanteur de reggae et de ska ; il est par ailleurs le chanteur du groupe Toots and the Maytals qu'il a fondé avec Jerry Mathia' et Raleigh Gordon[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Toots & the Maytals avec Dave Matthews pendant la tournée 1998
Des membres du groupe Toots & the Maytals et Dave Matthews Band pendant la tournée 1998. Paul Douglas (à gauche), Carter Beauford (derrière), LeRoi Moore (devant), Toots Hibbert (à droite).

Toots, dernier d’une famille de sept enfants, est né à la Jamaïque à May Pen, dans la paroisse de Clarendon et a grandi en chantant du gospel dans la chorale d’une église baptiste. Adolescent, Hibbert s’installe à Kingston au début des années 1960, il rencontre Raleigh Gordon et Jerry Matthias et ensemble ils forment “The Maytals”. Puis en 1962, ils sortent leur premier disque de ska chez Studio One. En 1966 ils remportent le festival jamaïcain de concours de chant avec Bam Bam[1]: ils sont alors considérés comme l'un des plus grands groupes vocaux de la Jamaïque et enregistrent avec des producteurs tels que Coxsone Dodd, Prince Buster, Byron Lee et Leslie Kong. Ils remportent le titre deux autres fois avec des chansons écrites par Hibbert : en 1969 avec « Sweet and Dandy » et en 1972 avec « Pomps & Pride »[2].

Fin 1966, F; "Toots" Hibbert est emprisonné pour détention de marijuana[1] - dont la consommation était très courante à l'époque sur l'île [réf. nécessaire]- durant dix-huit mois. C'est alors qu'il porte le matricule 54-46. Il en fera un tube dès sa sortie de prison, 54 46 That's my number[3], un rocksteady époustouflant. Quelque temps plus tard, il sort le titre Do the Reggay : même si l'orthographe n'est pas celle du genre musical, il est le premier à utiliser le mot "reggae". Matthew Sherman précise ainsi : «…Le reggae était né. Toots annonça ce nouveau son avec le titre précurseur Do the Reggay…Toots ne pouvait pas se tromper en enregistrant pour Leslie Kong. Avec les Beverley’s All-Stars (Jackie Jackson, Winston Wright, Hux Brown, Rad Bryan, Paul Douglas et Winston Grennan), noyau de musiciens constant et la brillante harmonie des Maytals[4]... » 

Selon le dictionnaire Larousse la définition de reggae est la suivante[5]

Musique populaire jamaïcaine née, à la fin des années 1960, de la fusion du ska et des rythmes calypso venus de la Trinité avec le blues et le rock and roll nord-américain, et caractérisée par un rythme binaire syncopé avec le décalage du temps fort. Le genre se métamorphose en reggae, un terme que l'on doit à Frederic « Toots » Hibbert, compositeur en 1967 de Do the Reggay[5].

Les Maytals apparaissent dans le film The Harder They Come en 1972 et la bande originale du film inclut leur tube de 1969 « Pressure Drop ». 

Le premier album de Toots and the Maytals distribué par le label Island Records de Chris Blackwell fut Funky Kingston. Le critique musical Lester Bangs décrivit l'album dans Stereo Review comme « la perfection, l'ensemble le plus passionnant et diversifié de chansons de reggae par un artiste[6]... » Chris Blackwell a entretenu un fort engagement envers Toots and the Maytals.  Il a dit que « Je connais Toots depuis plus longtemps que n’importe qui - bien plus longtemps que Bob (Bob Marley). Toots est un des êtres humains les plus purs que j’ai rencontré dans ma vie, pur presque à l’excès[7]. » 

Le , Toots and the Maytals ont été retransmis en direct sur KMET-FM pendant qu'ils jouaient à The Roxy Theatre à Los Angeles. Cette retransmission a été remasterisée et mise en vente sous la forme d'un album intitulé Sailin' On par Klondike Records[8].

De nombreuses compositions d’Hibbert reflètent son éducation Chrétienne Évangélique. Hibbert est connu pour avoir également écrit sur des thèmes religieux rastafariens, et dans une des chansons des Maytals, Six and Seven Books of Moses en 1963, il parle de la magie folklorique d’obeah et de son utilisation occulte de grimoires bibliques, tels que les Sixième et Septième Livres de Moïse.

Véritable homme-orchestre, Toots peut jouer de tous les instruments utilisés dans son groupe.

L'influence de la musique soul, ou rhythm'n'blues, mais plutôt côté "Stax" que "Motown" a toujours été nette dans sa musique : il suffit de constater le nombre de ses reprises de Otis Redding, Ray Charles, The Neville Brothers, ou même Van Morisson, etc. L'influence est, dans de nombreux titres, évidente. F. Hibbert ne s'en cache d'ailleurs pas : voir les titres : Reggae Got Soul, Toots in Memphis.

En 1980, son disque Live capte les Maytals avec leur énergie légendaire. Ce disque est historique : il a été mixé et pressé dans la nuit : il est sorti et vendu le lendemain du concert dans les magasins à Londres !
F. Hibbert "renvoie" (pour quelles raisons?) Jerry et Raleigh en 1982, ce qui annonce la fin des Maytals ; mais Toots a malgré tout gardé le nom : les Maytals sont à présent les musiciens de Toots (qui en change souvent).

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Toots est encore actif et sort régulièrement de nouveaux disques notamment le très remarqué True love, album de duos avec Ben Harper, Shaggy, Eric Clapton, Keith Richards et bien d'autres[9].

Il fait toujours de nombreuses tournées à travers le monde et son groupe a remporté le Grammy pour meilleur album de reggae en 2004.

En 2005, Willie Nelson a sorti un album de reggae intitulé “Countryman” auquel Hibbert a participé sur la chanson “I’m a Worried Man”. Hibbert a également participé au clip officiel de “I’m a Worried Man” de Willie Nelson, qui a été filmé en Jamaïque[10].

En 2006, Toots participe à l'album Radiodread des Easy Star All-Stars, où il chante une reprise très réussie du titre Let Down issu de l'album OK Computer de Radiohead, repris intégralement par ce collectif reggae.

En 2007, Hibbert a figuré dans la sortie officielle de la vidéo du concert de “Willie Nelson and Friends – Outlaws & Angels”[11],[12].

En 2007, il a signé le duo Adieu Haïti avec le chanteur français Raphael.

En 2009, Hibbert a collaboré avec le producteur exécutif Malik Al Nasir de MediaCPR et Sidney Mills de Steel Pulse, qui a produit l’album du percussionniste jamaïcain Larry McDonald, Drumquestra. Son titre s’appelle « What about the Children ? », et est accompagné d’un clip tourné à New York. La même année il a également chanté avec le groupe de reggae de l’Iowa Public Property sur leur album Work to Do.

Hibbert a également été juge pour les 10e Independent Music Awards pour soutenir les carrières des artistes indépendants.

Hibbert a collaboré avec le groupe de southern rock/blues, JJ Grey & MOFRO de Jacksonville en Floride. Il apparaît sur leur chanson, « The Sweetest Thing » sur leur album Georgia Warhorse.

Hibbert est apparu dans le documentaire de 2011 “Reggae Got Soul: The Story of Toots and the Maytals” / “Le reggae a de l’âme: l’histoire de Toots and the Maytals” qui a été diffusé sur la chaîne BBC et a été décrit comme “l’histoire jamais racontée de l’un des artistes les plus influents à avoir jamais émergé de Jamaïque[13],[14]. Le documentaire inclut Marcia Griffiths, Jimmy Cliff, Bonnie Raitt, Eric Clapton, Keith Richards, Willie Nelson, Anthony DeCurtis, Ziggy Marley, Chris Blackwell, Paolo Nutini, Paul Douglas, Sly Dunbar, et Robbie Shakespeare[14],[15].

Hibbert a rejoint les Red Hot Chili Peppers pour une interprétation de « Louie Louie » pendant leur concert du 31 décembre 2011 organisé par le milliardaire russe Roman Abramovich à Saint-Barth. L’entrée était sur invitation uniquement et environ 300 invités dont George Lucas, Martha Stewart, Marc Jacobs et Jimmy Buffet assistèrent à la fête dans la propriété d’Abramovich d’une valeur de 90 million de dollars[16].

En mai 2013 Hibbert a été blessé à la tête après avoir été atteint par une bouteille lancée pendant un concert au River Rock Festival de Richmond, le forçant à annuler plusieurs mois de concerts[17].

La bouteille avait été lancée par William C Lewis. Lewis faisait face à une condamnation pour blessure malveillante mais il plaida coupable pour des charges moindres. Malgré une lettre de Toots au juge dans laquelle il plaidait, « C’est un jeune homme, et j’ai entendu parler de ce qui arrive aux jeunes hommes en prison. Ma propre peine et souffrance serait accrue de savoir que ce jeune homme pourrait connaître ce sort », le juge condamna Lewis à six mois de prison[18].

Toots and the Maytals ont été cités comme inspiration par d'autres musiciens quand il s'agit de la longévité de carrière. L'artiste jamaïcain Sean Paul explique ceci en disant: « J'ai vu des gens formidables dans mon industrie, vous savez, des gens comme Toots ... Toots and the Maytals. Toots, c'est un grand artiste de reggae et il est toujours actif... Il est là depuis des années et il est actif. Ce genre d'artistes m'inspirent. Je sais que je vais continuer à faire de la musique aussi longtemps que je peux[19]. »

Honneurs[modifier | modifier le code]

En août 2012 il a été annoncé que Hibbert recevrait la cinquième plus haute récompense, l’Ordre de Jamaïque[20].

Discographie[modifier | modifier le code]

Frederic Hibbert lors d'un concert à Ris-Orangis (Essonne) en juin 2006

1976 "In the dark"

1976 "Funky Kingston"

1976 "Reggae got soul"

1979 "Pass the pipe"

1980 "Live"

1980 "Just like that"

1981 "Knock out!"

1988 "Toots in Memphis"

2004 "True love"

2005 "World is turning"

2007 "Light your light"

Notes et références[modifier | modifier le code]

http://www.rollingstone.com/music/lists/100-greatest-singers-of-all-time-19691231/toots-hibbert-20101202

http://www.tootsandthemaytals.com

  1. a, b et c (fr) « Toots-and-the-Maytals », sur www.reggae.fr (consulté le 30 décembre 2010)
  2. « The National Song and National Gospel Song Contests »,‎ (consulté le 4 septembre 2016)
  3. Jamaica Observer Limited, « Singing the jailhouse rock - Entertainment », sur Jamaica Observer (consulté le 4 septembre 2016)
  4. Sherman, Matthew. "The Rise of Reggae and the Influence of Toots and the Maytals." The Rise of Reggae, and the Influence of Toots and the Maytals. The Dread Library, n.d. Web. 18 septembre 2016. http://debate.uvm.edu/dreadlibrary/sherman.html
  5. a et b reggae. larousse.fr. Éditions Larousse. 24 octobre 2016. <larousse.fr http://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/reggae/86812>.
  6. "Toots and the Maytals." Contemporary Musicians. . Encyclopedia.com. 6 octobre 2016 <http://www.encyclopedia.com/education/news-wires-white-papers-and-books/toots-and-maytals>.
  7. Katz, David. "Toots and the Maytals’ Live: From Stage to Wax in 24 Hours." Red Bull Music Academy. Red Bull Music Academy, 19 June 2013. Web. 18 septembre 2016. http://daily.redbullmusicacademy.com/2013/06/toots-and-the-maytals-live-album
  8. Toots and the Maytals (1975) Sailin’ On. Obiterdictum. Web. Consulté le 15 novembre 2016. <http://www.odmcy.com/catalog/index.php/catalogue/23-klondike-cds/211-toots-and-the-maytals-sailin-on-live-at-the-roxy-theater-la-1975-cd>
  9. (en) « Biographie artistique », sur jaartistebio.blogspot.com (consulté le 30 décembre 2010)
  10. WillieNelsonVEVO. "Willie Nelson - I'm A Worried Man Ft. Toots Hibbert." YouTube. YouTube, le 11 août 2011. Music video by Willie Nelson performing I'm A Worried Man. (C) 2005 UMG Recordings, Inc. Web. Consulté le 20 décembre 2016. <https://www.youtube.com/watch?v=bYfJInX0etk>
  11. “Willie Nelson and Friends - Outlaws & Angels”. Eagle Rock Entertainment. DVD. 2007. Retrieved 20 décembre 2016. <https://www.amazon.com/Willie-Nelson-Friends-Outlaws-Angels/dp/B0002Y13VO>
  12. “Willie Nelson and Friends - Outlaws & Angels”. Eagle Rock Entertainment. DVD. 2007. Retrieved 20 décembre 2016. <https://www.discogs.com/Willie-Nelson-Friends-Outlaws-And-Angels/release/3810153>
  13. “Toots and the Maytals: Reggae Got Soul”. BBC Four (documentary). Directed by George Scott. UK. 2011. 59 min. Consulté le 15 décembre 2016. <http://www.bbc.co.uk/programmes/b00ymljb>
  14. a et b Tootsandthemaytals. "Toots & The Maytals - Reggae Got Soul - Documentary Trailer." YouTube. YouTube, 15 Aug. 2013. Web. Consulté le 15 décembre 2016. <https://www.youtube.com/watch?v=SfiNMBhnd8w>
  15. “Toots and the Maytals: Reggae Got Soul”. Honolulu Museum of Art. Film Showing - Doris Duke Theatre. 01 July 2015. Web. Consulté le 15 décembre 2016. <http://www.honolulumuseum.org/events/films/15166-toots_and_maytals_reggae_got_soul>
  16. PageSix com Staff, « Red-hot party », sur Page Six,‎ (consulté le 4 septembre 2016)
  17. « 'Time Will Tell' says Toots », sur jamaica-gleaner.com (consulté le 4 septembre 2016)
  18. « Man gets jail time despite "Toots" Hibbert's plea » (consulté le 4 septembre 2016)
  19. “Sean Paul”. The Breakfast Club. le 21 novembre 2016. Web. <https://www.youtube.com/watch?v=RAXhwLm3d60> Consulté le 23 novembre 2016.
  20. Jamaica Observer Limited, « Tosh gets OM - Entertainment », sur Jamaica Observer (consulté le 4 septembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]