Tony Beltrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Tony Beltrand
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Lieu de travail
Enfants

Antoine « Tony » Beltrand, né le à Lyon et mort le à Paris (14e arrondissement)[1], est dessinateur, graveur et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Claude Marie Beltrand (1823-1885) et Marie Claudine Château, lyonnais, Tony Beltrand reçoit, à Paris, une formation de graveur par Guillaume Cabasson et François Pannemaker.

Il participe une première fois au Salon de Paris en 1870, exposant trois dessins représentant les bords de la Bièvre ; il réside alors rue Hallé[2]. Il expose de nouveau des dessins en 1872, puis, en 1878, présente cinq premières gravures sur bois d'interprétation. Il expose ensuite régulièrement au Salon des artistes français jusqu'en 1889, année où il présente une série de gravures originales et une suite gravée d'après Daniel Vigne[3].

Saludo de la cuadrilla, d'après Daniel Vierge, pour La Ilustración Artística (10 février 1890).

Il se marie le avec Clémence Arnal (1854-1921), avec qui il a quatre fils : Jacques, Camille (1877-1951), Georges (1881-1969) et Marcel (1886-1910), qui ont tous pratiqué la gravure.

Il collabore à L'Illustration et au Monde illustré, entre autres. Il s'associe à Eugène Dété (« Beltrand & Dété ») pour produire de nombreuses gravures destinées aux journaux illustrés, duo rejoint par Frédéric Florian. Cet atelier qui signe par le monogramme « B.D.F », est placé sous la direction d'Auguste Lepère[4].

Il contribue en France à répandre le goût de la gravure sur bois en couleurs, qu'il produit en des formats originaux[5]. Avec Auguste Lepère, il publie en 1888, le premier album de L'Estampe originale. En 1896-1897, il est, avec Auguste Lepère et Léon Ruffe, l'administrateur de L'Image, revue artistique et littéraire ornée de figures sur bois éditée par Henri Floury (1896-1897) pour le compte de la Corporation des graveurs sur bois[5].

Vers 1900, Beltrand achète 300 dessins originaux de Constantin Guys boulevard du Montparnasse auprès de l'ancienne blanchisseuse de Charles Baudelaire, à qui le poète, désargenté, les avait donnés. Gustave Geffroy et Paul Gallimard en font un ouvrage[6].

Il est mort à la Villa Brune, dans le 14e arrondissement de Paris.

Ouvrages et albums illustrés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, acte de décès n°810 dressé le 19/2/1904, vue 12 / 31
  2. Fiche exposant Salon 1870, Base salons du musée d'Orsay.
  3. Fiche exposant SAF 1889, Base salons du musée d'Orsay.
  4. Auguste Lepère : peintre et graveur, décorateur de livres par Charles Saunier, Paris, M. Le Garrec/Sagot, 1931, pp. 53-54 — sur Gallica.
  5. a et b Bailly-Herzberg 1985, p. 28
  6. Gustave Geffroy et l'art moderne, Bibliothèque nationale, 1957, pp. 37-38 — sur Gallica.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) W. Porter Truesdelle, « Tony Beltrand, Wood Engraver », In: The Print Connoisseur, V, n° 2, , pp. 156-164.
  • Janine Bailly-Herzberg, Dictionnaire de l'estampe en France 1830-1950, Arts et métiers graphiques/Flammarion, (ISBN 9782080120137), p. 28.
  • Philippe Le Stum, Impressions Bretonnes, La gravure sur bois en Bretagne 1850-1950, Éditions Palantines, 2005 (ISBN 978-2911434501)

Liens externes[modifier | modifier le code]