Tonus musculaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Définition[modifier | modifier le code]

Selon le Dictionnaire Médical (2011), le tonus musculaire est l’état permanent de tension qui s’exerce sur les muscles afin de s’opposer à l’action de la gravité sur le corps humain. Pour évaluer le tonus musculaire, l’évaluateur mobilise passivement un segment du patient. Un tonus musculaire est dit normal si les angles mesurés lors de la mobilisation passive se situent à l’intérieur de limites normales prédéfinies et/ou si la mobilisation ne rencontre pas de résistance particulière ni de mollesse excessive.

De fait, le tonus musculaire d'un segment peut différer de celui d'un autre segment, notamment en fonction des activités envisagées par le sujet; sa valeur n'est pas uniquement lié à la gravité mais est congruent avec l'état d'activité ou de repos de l'ensemble de l'organisme .

Un tonus musculaire anormal est habituellement décrit en termes de flaccidité, hypotonie, hypertonie, rigidité et spasticité (Pendleton & Schultz-Krohn, 2006). En ergothérapie, le tonus est évalué afin de développer des habiletés nécessaires à la réalisation des activités de la vie quotidienne par exemple manipuler un ustensile.

Flaccidité[modifier | modifier le code]

Est une absence de résistance à l’étirement passif d’un muscle ou d’un segment.

Hypotonie[modifier | modifier le code]

Est considéré comme une diminution de résistance par rapport à une situation normale. Un patient peut être atteint d’hypotonie de manière généralisée (lésion médullaire lombaire ou sacrée) ou combinée à de la spasticité (hypertonie sur certains muscles, hypotonie sur d’autres).

Hypertonie[modifier | modifier le code]

Est considéré comme une augmentation de résistance par rapport à une situation normale. Se présente sous deux formes : la rigidité qui prédomine sur les muscles fléchisseurs se produit lors d’une atteinte du système extra-pyramidal (ex. Parkinson) et la spasticité qui prédomine sur les muscles fléchisseurs des membres supérieurs et sur les muscles extenseurs des membres inférieurs se rencontre lors d’une atteinte du système pyramidal (lésion cérébrale ou spinale). L’évaluation de l’hypertonie se fait à l’aide de l’échelle d’Ashworth modifiée créée par Bohannon et Smith où un score de 0 à 4 est donné par l’évaluateur (Bohannon & Smith, 1987).

Dans certaines pathologies, les désordres du tonus peuvent entraîner des anomalies du mouvement (Dyskinésie). On parle d’athétose ou de chorée lorsque le tonus fluctue entre l’hypotonie et l’hypertonie. Les changements de tonus sont imprévus et involontaires et provoquent des mouvements de grandes amplitudes. De tels mouvements anormaux se retrouvent, entre autres, chez les enfants atteints de paralysie cérébrale. Des problèmes de coordination, d’équilibre et des mouvements involontaires sont habituellement associés aux troubles du tonus musculaire (Pendleton & Schultz-Krohn, 2006).

Eutonie[modifier | modifier le code]

Gerda Alexander a proposé le terme d'eutonie pour désigner l'état de tonus optimal, tant au point de vue global que pour un ou plusieurs segments musculaires. Elle a proposé différents moyens pour cultiver ce tonus le mieux approprié.

Références[modifier | modifier le code]

  • Bohannon, R., & Smith, M. (1987). Interrater reliability of a modified Ashworth scale of muscle spasticity. Physical Therapy, 67(2), 206-207.
  • Pendleton, H., & Schultz-Krohn, W. (2006). Pedretti’s Occupational Therapy : Practice Skills for Physical Dysfunction Chap 18-Evaluation of Motor Control (Vol. 6th edition, pp. 403-428).