Tonkpi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tonkpi
Tonkpi
La « Dent de Man »
Administration
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
District Montagnes
Région Tonkpi
Préfet Jérôme Soro Kayaha
Président du Conseil Régional Wohi Mela Gaston
2012-2017 (?)
Démographie
Population 1 047 769 hab. (Est. 2014)
Coordonnées 7° 24′ nord, 7° 33′ ouest

Le Tonkpi, région située à l'ouest de la Côte d'Ivoire, est une circonscription administrative et une collectivité territoriale ayant pour chef-lieu, la ville de Man.

Incluse dans le District des Montagnes avec les régions du Cavally et du Guémon, elle constitue l'une des trente et une divisions secondaires de pays. Elle regroupe les départements de Biankouma, Danané, Man, Sipilou , Zouan-Hounien,Bin Houye,Gbonne,Sangouine,Logouale. La région du Tonkpi est administrée par un Préfet, Jérôme Soro Kayaha, et un Conseil Régional présidé depuis le par Wohi Mela Gaston [1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le relief de la Côte d'Ivoire est généralement peu accidenté avec ses plaines et ses plateaux. Il connaît cependant une exception dans l’ouest du pays et, en particulier dans la Région du Tonkpi où la série de bas plateaux[2] s’enchaîne par endroits avec des zones très accidentées aux contours variant entre des pentes moyennes et des altitudes dépassant parfois les 1 000 m. La plupart des versants des montagnes, abrupts et fracturés ainsi que les vallées encaissées, sont exposés à un risque élevé d'érosion. Les sols de type ferrallitique à fertilité chimique moyenne sont dominants et présentent, d'une manière générale, un faible couvert végétal[3]. Il y existe également des sols développés sur des roches basiques, des sols hydromorphes dans les bas-fonds et des sols minéraux en région montagneuse[3].

Les hauteurs de pluie varient entre 1 300 et 2 400 mm par an. Les températures sont douces et se fixent en moyenne à 24 °C. L'hygrométrie oscille entre 80 et 85 %.

La région du Tonkpi est irriguée par les fleuves Sassandra à l’est et Cavally à l’ouest avec chacun, de nombreux affluents[3] qui favorisent une végétation constituée à 80 % de forêt humide. Toutefois, une partie de cette forêt est transformée en jachères à Chromolaena odorata tandis qu'une autre partie est exploitée sous forme de plantations agro-industrielles de café, de cacao ou d’hévéa.

Démographie[modifier | modifier le code]

La région couvre 14 540 km2 et est peuplée par 884 700 habitants[4],[Notes 1] . Les bas plateaux ont les plus fortes densités de population rurale dans la région, avec de nombreuses localités ayant plus de 200 habitants au km2. Les Dan ou Yacouba sont le groupe ethnique autochtone dominant du territoire qui abrite également plusieurs populations ivoiriennes non autochtones ainsi que des étrangers d'origine africaine en particulier des Guinéens, des Maliens et des Burkinabés. Les non-africains constituent une population marginale.

La langue autochtone dominante dans la région du Tonkpi est le Dan [dnj] également connu sous les noms de Da, Gio, Gio-Dan, Ya, Yacouba, Yakuba. La langue Dan se ramifie en deux dialectes, le Blowo (Dan de l'Ouest) et le Gweetaawu (Dan de l'Est), ainsi qu'en au moins 38 sous-dialectes [5]

Découpage administratif[modifier | modifier le code]

La Région du Tonkpi regroupe cinq départements et trente-trois sous-préfectures[6].

Découpage administratif de la Région du Tonkpi
Département Sous-Préfecture Nombre de localités Superficie
(km2)
Densité
(hab./km2)
Nombre d'habitants
Biankouma Biankouma 28 657 115 75 354
Blapleu 8 191 67 12 811
Gbangbegouiné 5 75 73 5 455
Gbonné 28 986 25 24 423
Gouiné 20 1 289 6 7 112
Kpata 13 207 51 10 587
Santa 9 522 25 13 026
Total Biankouma 7 111 3 927 52 148 768
Danané Daleu 20 849 31 26 180
Danané 59 647 200 129 681
Gbon-Houye 17 301 58 17 357
Kouan-Houle 25 495 50 24 726
Mahapleu 21 527 81 42 445
Seileu 27 166 132 21 947
Zonneu 16 303 87 26 509
Total Danané 7 185 3 288 88 288 845
Man Bogouiné 14 207 79 16 443
Fagnampleu 4 51 89 4 563
Gbangbegouiné Yati 9 125 90 11 208
Logoualé 12 191 119 22 672
Man 39 583 401 233 532
Podiagouiné 15 261 105 27 358
Sandougou Soba 15 222 53 11 815
Sangouiné 21 639 52 33 206
Yapleu 2 77 64 4 943
Zagoué 7 80 124 9 959
Ziogouiné 11 157 81 12 749
Total Man 11 149 2 593 150 388 448
Zouan-Hounien Banneu 11 109 157 17 149
Bin-Houye 21 256 100 25 704
Goulaleu 24 230 92 21 232
Teapleu 33 194 192 37 198
Yelleu 12 114 100 11 413
Zouan-Hounien 49 465 157 73 228
Total Zouan-Hounien 6 150 1 368 136 185 924
Sipilou Sipilou 11 686 36 24 593
Yorodougou 7 422 27 11 191
Total Sipilou 2 18 1 108 32 35 784
Total Général Région 33 613 12 284 85 1 047 769

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Comme dans la plupart des régions du pays, l'économie locale est basée sur l'agriculture avec une production végétale et animale relativement diversifiée. La région réalise diverses cultures d’exportation en particulier le café, le cacao, l'hévéa et le palmier à huile mais également de nombreuses cultures vivrières dont le riz, le manioc, le plantain et le maïs. Une activité d'élevage y existe et concerne les bovins, caprins, et ovins ; de même qu'une activité de pisciculture s'y est développée à la faveur du projet BAD-Ouest.

Le potentiel agricole demeure important avec des écologies diversifiées comprenant des zones montagneuses, des plaines, des plateaux et des bas-fonds offrant ensemble des possibilités culturales variées. La pluviométrie variant entre 1 300 et 2 400 mm par an s'avère largement favorable à l’agriculture. Il en est de même du réseau hydrographique relativement dense.

En outre, le projet BAD-Ouest a aménagé de nombreux bas-fonds dont la disponibilité favorise la culture du riz irrigué. Les nombreuses organisations professionnelles agricoles encadrées par l’ANADER (Structure de conseil agricole) confortent le dynamisme agricole de cette région qui bénéficie d'un environnement scientifique agricole varié que traduit la présence du CNRA, du Centre Néerlandais, du Centre Suisse ainsi que des universités d’Abobo-Adjamé et de Cocody[3].

Industrie[modifier | modifier le code]

La Société des Mines d’Ity (SMI) exploite un site minier d’une superficie de 25 km2 dans la région du Tonkpi[7]

Le secteur de l'eau et de l'assainissement s'est sérieusement dégradé dans le Tonkpi durant la crise en Côte d'Ivoire. De nombreuses infrastructures hydrauliques ont été détruites au cours des affrontements tandis que de nombreuses autres se sont détériorées faute d'entretien[8].

Commerce[modifier | modifier le code]

La région abrite diverses institutions financières dont la BACI, la SIB, le FIDRA et La SGBCI. De même, diverses institutions de micro finance y sont installées et en particulier la Coopec[9].

Plusieurs compagnies de transport interurbain desservent la région.

Culture[modifier | modifier le code]

La Région du Tonkpi présente de nombreuses attractions touristiques notamment, la source de la grotte mystique de Sogaleu à Danan, les ponts de lianes de Lieupleu, Vatouo, Zouan- Hounien, Souampleu; un village de soixante masques initiatiques, Guélémou le lieu de l'arrestation de Samori Touré dans le département de Biankouma. Toutefois, les sites touristiques de cette région ne sont pas évalués en raison d'un déficit de gestion et de maintenance consécutifs aux différentes crises subies par la Côte d'Ivoire au cours des dernières années.

Il en est ainsi de la grotte de vingt-quatre chambres de Donguiné dans le département de Danané, Gleugoualé et son énorme rocher, Gouakpalé à Man avec ses ponts de lianes, Zadèpleu également à Man qui sont en attente d'être découverts par les touristes et dont l'accès est difficile en raison de l'absence de routes adéquates et de moyens modernes de communication. Cette situation réduit les possibilités de vendre le potentiel touristique de la région[10].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ces résultats ont été calculés par addition des chiffres de Biankouma (incluant Sipilou), Danané (incluant Zouan-Hounien) et Man sur la base des statistiques de statoids.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Doumbia Balla Moise, « Man: Installation du Conseil Régional », sur Lagueinfo.net, (consulté le 22 juin 2014).
  2. (en) Bakayoko S., Soro D., Kouadio K.K.H., Konan-Waidhet A.B., Angui P., « Characteristics of Tonkpi Mountain soils and plateaus soils in West Côte d’Ivoire », sur .heraldjournals.org, decembre, 2013 (consulté le 22 juin 2014).
  3. a b c et d « La direction régionale du CNRA de Man en quelques mots et chiffres », sur http://www.cnra.ci/, (consulté le 22 mars 2014).
  4. (en) « Regions of Côte d'Ivoire (Ivory Coast) », sur http://www.statoids.com, (consulté le 22 juin 2014).
  5. (en) « Ethnoloque, languages of the World, Côte d'Ivoire », sur http://www.ethnologue.com (consulté le 22 juin 2014).
  6. « Séminaire de présentation de l'annuaire des statistiques de la région du Tonkpi »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur http://liane-ci.com, (consulté le 22 juin 2014).
  7. « La Société des Mines d’Ity (SMI) publie 23 ans de bilan social », sur http://www.fnisci.net, (consulté le 22 juin 2014).
  8. « L'Union européenne en partenariat avec l’Etat de Côte d’Ivoire, l’UNICEF et la KFW mobilise 18 milliards de francs CFA pour améliorer l'accès à l'eau et à l'assainissement d'un million de personnes en Côte d’Ivoire dans le cadre du Programme Hydraulique et Assainissement pour le Millénaire », sur http://eeas.europa.eu, (consulté le 22 juin 2014).
  9. Doumbia Balla Moïse, « Quand la cité aux murs de pierres retrouve ses marques », sur http://infodirecte.net, (consulté le 22 juin 2014).
  10. (en) « Tourism / ecotourism NGO received by the Minister of Tourism, Roger Kacou », sur http://bellecotedivoire.com (consulté le 22 juin 2014).