Tomorrowland (festival)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tomorrowland (homonymie).
Tomorrowland
Image illustrative de l'article Tomorrowland (festival)
Scène principale lors de Tomorrowland 2010.

Genre Dance, musique électronique
Lieu Boom, Drapeau de la Belgique Belgique
Chattahoochee Hills, Drapeau des États-Unis États-Unis
São Paulo, Drapeau du Brésil Brésil
Coordonnées 51° 05′ 19″ nord, 4° 22′ 46″ est
Période Juillet
Scènes 16
Capacité 185 000
Date de création 2005
Fondateurs Manu Beers, Michiel Beers
Organisateurs ID&T
Structure-mère SFX Entertainement (pour TomorrowWorld et Brésil)
Direction Manu Beers, Michiel Beers (Belgique)
Médias associés Jim, Flair, Studio Brussel, P magazine, Plug RTL, Radio Contact, Fun Radio
Site web www.tomorrowland.com

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Tomorrowland

Géolocalisation sur la carte : Province d'Anvers

(Voir situation sur carte : Province d'Anvers)
Tomorrowland

Tomorrowland est un festival de musique électronique organisé au mois de juillet sur le site du domaine provincial De Schorre à Boom, dans la province d'Anvers, en Belgique.

Tomorrowland apparaît en 2003, sur une idée de deux frères, Manu et Michiel Beers. L'organisateur d'événements de musique électronique néerlandais ID&T (reconnu pour des festivals notoires tels que Mystery Land, Sensation et Thunderdome) rachète 50 % des parts en 2004, puis la première édition du festival est organisée en 2005. En 2013, le festival s'exporte aux États-Unis près d'Atlanta et devient pour l'occasion TomorrowWorld (en). Deux ans plus tard, un Tomorrowland se tient dans un second pays, au Brésil.

Tomorrowland compte, en 2012, la participation de plus de 365 disc jockeys, avec approximativement 180 000 visiteurs à cette édition en provenance de 75 pays différents[1]. Les années suivantes, le nombre de festivalier reste stable, mais de plus en plus de nationalités sont représentées, jusqu'à 200[2]. Il est élu trois fois de suite comme « meilleur événement musical de l'année » lors de la Winter Music Conference et sa renommée est telle que certaines vidéos publiées par l'organisation dépassent la centaine de million de vues. Il reste de nos jours le festival de musique électronique « le plus connu à travers le monde[3] »

Histoire[modifier | modifier le code]

La première édition du festival se déroule le [1],[4], avec une capacité initiale de dix mille visiteurs et dont le programme inclut Sven Väth, Sasha, Armin van Buuren, Justice et Erol Alkan[5]. Sont déjà présent ce qui sera qualifié de « sens invraisemblable du détail » dans un « décor irréel »[5], signe distinctif de ce festival de culture techno.

En 2006, le festival se déroule le 30 juillet et accueille quinze mille visiteurs pour huit scènes[5]. Un camping, ouvert la veille, accueille trois mille campeurs. L'année suivante en 2007, le bouche à oreille a fonctionné : le festival se déroule pour la première fois sur neuf scènes et deux journées (le 28 juillet et le 29 juillet). Il accueille vingt mille visiteurs dont nombreux venant des pays limitrophes[5].

En 2008, le festival marque un tournant puisqu'il fait plus que doubler : il se déroule le 26 juillet et le 27 juillet, et accueille cinquante mille visiteurs[5] dont quinze mille campeurs. En 2009, le festival se déroule le 25 juillet et le 26 juillet et accueille 90 000 visiteurs. Il affiche complet avant même le premier jour[5]. Sa baseline, mélange de contes de fées et de slogans, revendicatifs mais pacifiques, est maintenant établie[5]. Moby, entre autres, joue sur la scène principale.

En 2010, le festival accueille cent-vingt mille visiteurs dont vingt-cinq mille logent à « Dreamville », le camping[5]. Tous les billets sont vendus deux mois auparavant, les billets sont en vente sur le site de Tomorrowland, généralement inaccessible le jour de vente des tickets pour cause de saturation des serveurs hébergeant le site web. En 2011, le festival se déroule pour la première fois sur trois jours. Il accueille 180 000 visiteurs pour deux millions de demandes au total[5]. Tous les billets s'écoulent en cinq jours, sauf les billets journaliers du vendredi. Cette édition, comme celle des deux années suivantes, est élue meilleur événement musical du monde (« Best Music Event ») lors des International Dance Music Awards 2012[6],[7],[8] qui se tient à Miami, lieu de l'autre grand festival mondial, l'Ultra.

En 2012, le festival se déroule du 27 juillet au dimanche 29 juillet[9]. Deux semaines avant le début des ventes, 40 % des billets sont réservés au public belge, les organisateurs craignant que les festivaliers belges ne se retrouvent en minorité[5]. Les organisateurs ont également conclu un partenariat avec Brussels Airlines pour le transport des spectateurs étrangers[10]. Les 180 000 billets mis en vente sont écoulés en l'espace d'une heure le jour même de leur mise sur le marché, le 7 avril. Les plus grandes vedettes de musique électronique sont présents tels que Martin Garrix, Angerfist, Armin van Buuren, Skrillex, Steve Aoki, Hardwell, Avicii, Afrojack, Calvin Harris, Carl Cox, Nervo, Dimitri Vegas & Like Mike, Martin Solveig, Alesso ainsi que The Bloody Beetroots[11]. Tomorrowland met en place cette année là une chaine YouTube permettant d'assister en direct au Festival ainsi que ses coulisses : elle reçoit huit millions de spectateurs[5].

En 2013, le festival se déroule du 26 juillet au 28 juillet. Tout comme l'édition 2012, des billets sont réservés au public belge tandis que le reste demeure accessible à tout le monde. Cent-vingt vols spéciaux à destination de Bruxelles sont mis en vente le 14 février. L’entièreté s'écoule à la même vitesse que l'année précédente pour les tickets belges et internationaux[12]. Une radio, qui est diffusée dans trente pays, est mise en place par les organisateurs[5].

Tomorrowland 2015 (Belgique).

En 2014, ID&T organise le festival « anniversaire » fêtant les dix ans de l'événement, intitulé « 10 Years of Madness »[13]. Cet anniversaire prend donc en compte uniquement les soirées organisées depuis le rachat du nom par ID&T et non la première édition des frères Beers. De plus, pour la première fois, le festival se déroule en deux week-end soit du vendredi 18 juillet au dimanche 20 juillet et du 25 juillet au 27 juillet. 360 000 entrées sont vendues en une heure[14]. « Dreamville », nom du camping et la ville attenante, s'agrandit, passant à 45 hectares pour 35 000 places[15]. Un nouveau pont fait également son apparition dans le domaine provincial « De Schorre ». Celui-ci est spécialement conçu pour le 10e anniversaire du festival et se voit constitué de planches en bois décorées par les fans de Tomorrowland. Seize scènes sont au programme et les concerts retransmis dans le monde entier par l'intermédiaire de MTV[15].

En avril 2014, une plainte de sept riverains réclamant au maximum trois heures de musiques par jour menace le festival, mais le tribunal d'Anvers juge cette requête « non fondée »[16],[17]. Ce festival, qui s'étend sur plusieurs hectares[14], représente environ 700 emplois directs et indirects ainsi que 70 millions d'euros d'entrée d'argent pour la région en nuit d'hôtel, dépenses diverses, taxes, transports, etc.[5],[n 1]. Le sérieux de l'organisation, la multiplicité des nationalités présentes au sein du public, l'éclectisme abordant de multiples variantes de la musique techno, ainsi que l'efficacité du marketing sont plus particulièrement soulignés[14],[19], mais également le prix élevé pour participer à ce festival[20].

En 2015, l'événement se déroule sur trois jours, du 24 juillet au 26 juillet. Pour 2015, les organisateurs instaurent un nouveau système de paiement dit « cashless » afin de supprimer au sein de l'enceinte du festival tout règlement en espèces ou carte bancaire[21]. L'Orchestre national de Belgique est invité à jouer[22] ; sa prestation se termine pour les festivaliers sous la pluie. Parmi les centaines de DJ présents, les têtes d'affiches mondiales sont là, telles que Martin Garrix, David Guetta, Avicii, Dimitri Vegas & Like Mike, Armin Van Buuren, ou encore Hardwell puis Tiestö qui clôturent la troisième journée[23].

Le festival se déroule sur trois jours pour l'été 2016. Les 98 000 places réservées aux citoyens belges sont épuisées en quarante minutes[24],[25] et celles pour le reste du monde tiennent une heure[26]. Le nombre de festivaliers est toujours de 180 000[27].

Le festival se déroule fin juillet 2017, pour la seconde fois de son histoire après 2014, sur deux week-end. Le nombre de places passe désormais à 200 000 visiteurs par week-end[28], arrivant donc à 400 000 personnes sur l'ensemble des deux week-end. Malgré l'augmentation des capacités, tous les tickets sont vendus en 64 minutes[29]

Une des multiples scènes du festival Tomorrowland (juillet 2016, Belgique).

TomorrowWorld aux États-Unis[modifier | modifier le code]

En février 2013, les organisateurs du Tomorrowland annoncent qu'un nouveau festival, TomorrowWorld (en), doit se dérouler entre le 27 septembre et le 29 septembre 2013 à Chattahoochee Hills, non loin d'Atlanta en Géorgie aux États-Unis[30]. Disney, propriétaire du nom[31], a obligé le changement de dénomination[32], Tomorrowland étant une section de ses parcs d'attractions.

C'est peu avant cette occasion qu'ID&T et SFX Entertainment se rapprochent selon le modèle de la joint-venture, avant que le rachat de l'entreprise événementielle néerlandaise ne soit confirmé par SFX. Malgré tout, les droits de Tomorrowland-Belgique sont alors achetés par Manu et Michiel Beers créant ainsi une autonomie pour cette édition européenne par rapport à la maison mère SFX et aux deux éditions se déroulant sur le continent américain[33]. La programmation compte plus de trois-cents disc-jockeys sur huit scènes, avec parmi les plus courus Tiësto, David Guetta, Armin van Buuren, Afrojack, Steve Aoki, Porter Robinson, Dimitri Vegas & Like Mike, Axwell Λ Ingrosso[34]. TomorrowWorld propose aussi une programmation plus variée musicalement avec beaucoup d'artistes traps comme RL Grime (en) ou bien UZ. Le succès est important avec 140 000 visiteurs[5] selon les organiseurs, tous de plus de 21 ans[32], et permet à l'organisateur d'annoncer la tenue d'une deuxième édition américaine, sur le même site, les 26, 27 et 28 septembre 2014[35]. Celle-ci rassemble 160 000 personnes et les retombées économiques sont importantes pour la région[36].

Si l'édition 2015 a bien lieu, elle se termine de façon catastrophique pour SFX, à cause d'une mauvaise météo et d'une organisation défaillante[37],[38],[39],[40],[41]. Les importantes difficultés financières de la société mère SFX et sa mise sous protection du chapitre 11[42] laissent présager une annulation de TomorrowWorld pour 2016 selon plusieurs médias[33], bien que le chapitre 11 n'entame pas les capacités d'action de l'entreprise américaine[43]. En mars 2016, l'organisation confirme finalement l'annulation de l'édition 2016 de TomorrowWorld[44].

Tomorrowland au Brésil[modifier | modifier le code]

Durant le premier week-end de l'édition 2014 en Belgique, le DJ David Guetta annonce que dès l'année suivante, Tomorrowland s'exportera également au Brésil[45]. L’installation de la scène a duré plus de cinq semaines et a coûté plus de 85 millions de dollars américain, sans compter l'achat de l'équipement externe[Quoi ?]. L'organisation est assurée par Plus Talent, une filiale brésilienne de SFX, en relation avec les organisateurs belges[33]. Cette édition se tient à Itu dans la région de São Paulo du 1er au 3 mai 2016. 180 000 tickets sont écoulés en trois heures[46].

Le décor utilisé pour la scène principale (mainstage) est le même que celui de Tomorrowland Belgique quelques années auparavant. Mais en 2017, l'édition brésilienne est annulée[47].

Médiatisation[modifier | modifier le code]

Sur YouTube, la renommée de Tomorrowland est telle que la chaine possède plus de cinq millions d'abonnés[48] et certaines vidéos, les « aftermovies[49] », dépassent la centaine de million de vues[50],[n 2]. Le festival reste très présent médiatiquement, et pas seulement sur les réseaux sociaux où il génère un trafic important[51]. Tomorrowland édite également un film, sorti en salles puis en DVD, ainsi qu'une série, People of Tomorrow, diffusée par VRT ainsi que Netflix[52].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Le festival Tomorrowland a été récompensé par la profession pour sa grande popularité et ses dimensions exceptionnelles[34].

  • 2011 : Best Music Event Worldwide - International Dance Music Awards (IDMA), en marge de la Winter Music Conference
  • 2012 : Best Music Event Worldwide - IDMA
  • 2012 : Best Major European Festival - IDMA
  • 2013 : Best Music Event - IDMA[53]
  • 2014 : Best Music Event - IDMA[54]
  • 2015 : Best Music Event - IDMA
  • 2016 : Best Music Event - IDMA

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. À titre d'exemple chiffré, pour l'édition 2014, 17 534 « ensembles », composés de l'entrée et d'une place d'avion dit « flight package », ont été vendus. Brussels Airlines effectue 150 vols pour Tomorrowland sur les deux week ends[14]. C'est également plus de quinze millions d'euros de recettes fiscales dont rien que trois sur la vente des billets[18].
  2. Tomorrowland 2013 | official aftermovie : plus de 100 millions de vues ; Tomorrowland 2012 | official aftermovie : plus de 130 millions de vues

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Shahnawaz Sadique, « All About Tomorrowland, Belgium - More Than A Music Festival », (consulté le 24 avril 2014).
  2. « La douzième édition de Tomorrowland a commencé », sur lalibre.be,
  3. « Tomorrowland : des chiffres fous », DJ Magazine, Lyon, no 15,‎ octobre - novembre 2016, p. 39 (ISSN 2271-006x)
  4. (en) « TomorrowWorld takes to the U.S. », (consulté le 24 avril 2014).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n « 10 ans de Tommorowland », DJ Magazine (Belgique), Lyon, no 6,‎ septembre - octobre 2014, p. III à IV (ISSN 2271-006x)
  6. (en) Classement IDMA 2012
  7. (en) Classement IDMA 2013
  8. (en) Classement IDMA 2014
  9. (en) Anthony Selden, « Tomorrowland Festival, Belgium », (consulté le 24 avril 2014).
  10. « Brussels Airlines soutient Tomorrowland », sur Le vif, (consulté le 24 avril 2014).
  11. (en) Jack Tregoning, « Tomorrowland 2012: New acts & complete stage line-ups », sur inthemix.com.au (consulté le 22 janvier 2016).
  12. « Tomorrowland: tous les tickets pour la Belgique sont vendus », sur rtbf.be,
  13. (en) « Tomorrowland 10 year anniversary », sur www.tomorrowland.com, ID&T, (consulté le 23 septembre 2013).
  14. a, b, c et d « Tommorowland : la clef du bonheur », DJ Magazine (Belgique), Lyon, no 6,‎ septembre - octobre 2014, p. 42 à 43 (ISSN 2271-006x)
  15. a et b Caroline Sury, « Les 10 ans de Tomorrowland s'annoncent grandioses », sur lecho.be, L'Écho, (consulté le 23 janvier 2016)
  16. (inscription nécessaire) Jean-François Sacré, « Tomorrowland: "trois heures de musique, et fini à minuit!" », sur L'Écho, (consulté le 24 avril 2014).
  17. « Tomorrowland: le festival aura bien lieu, malgré les plaintes des riverains », sur rtbf.be,
  18. Antonin Marsac, « Quels sont les festivals les plus chers? », sur lecho.be, L'Écho, (consulté le 23 janvier 2016)
  19. Nicolas Capart, « Tomorrowland festival, débauche et carnaval », sur lalibre.be, La Libre, (consulté le 28 janvier 2016)
  20. Pierre-Yves Paque, « En coulisses, les dessous chers et polémiques de Tomorrowland », sur lalibre.be, La Libre, (consulté le 28 janvier 2016)
  21. « Tomorrowland remboursera les jetons non utilisés », sur lecho.be, L'Écho,
  22. « Tomorrowland : Hardwell et Tiestö clôturent la 11e édition du festival », Culture, sur lalibre.be, La Libre, (consulté le 28 janvier 2016)
  23. « 5 prestations à voir à Tomorrowland », Culture, sur lalibre.be, La Libre, (consulté le 28 janvier 2016)
  24. « Les 100.000 tickets pour le festival Tomorrowland sont partis en... 40 minutes: "Tout le monde se connecte en même temps" », sur rtl.be, RTL, (consulté le 2 février 2016)
  25. « Tomorrowland: les tickets belges envolés après 40 minutes de vente », sur lesoir.be, Le Soir, (consulté le 2 février 2016)
  26. « Les ventes de tickets Tomorrowland clôturées en un éclair », sur lecho.be, L'Écho, (consulté le 9 février 2016)
  27. « Tomorrowland: bilan positif avec 180.000 visiteurs et aucun incident majeur », sur lalibre.be,
  28. « Drapeaux et grosse techno, le cirque de Tomorrowland se déplace à nouveau sur la Grand-Place de Bruxelles », Site,‎ (lire en ligne)
  29. (en) « Tomorrowland 2017 tickets sell out in 64 minutes », sur djmag.com,
  30. (en) Vivian Giang, « The World's Biggest Electronic Dance Festival Is Coming To Atlanta », sur Business Insider, (consulté le 22 janvier 2016)
  31. (en) « Duncan Stutterheim, CEO of Sensation, on coming to America, ‘being different,’ and the future », sur dancingastronaut.com, (consulté le 7 février 2016)
  32. a et b (en) Kerri Mason, « SFX's Inaugural US Launch of TomorrowWorld Draws 140K Without Incident », sur billboard.com, Billboard, (consulté le 7 février 2016)
  33. a, b et c Salim Nesba, « Tomorrowland risque de perdre un soutien de taille », sur lecho.be, L'Écho, (consulté le 2 février 2016)
  34. a et b (en) « About TomorrowWorld », sur www.tomorrowworld.com, ID&T, (consulté le 20 janvier 2014)
  35. (en) Khal, « It’s Official: TomorrowWorld is Returning to Chattahoochee Hills in 2014 », (consulté le 22 janvier 2016).
  36. (en) Hugh McIntyre, « Inside EDM Festival TomorrowWorld's Massive $94 Million Economic Impact », sur forbes.com, Forbes, (consulté le 2 février 2016)
  37. (en) Ryan Middleton, « SFX Reportedly Planning Asset Firesale After TomorrowWorld Nightmare », sur musictimes.com, (consulté le 7 février 2016)
  38. (en) Matt Medved, « TomorrowWorld Investigations Underway After Weather, Transport Issues Strand Thousands », sur billboard.com, Billboard, (consulté le 2 février 2016)
  39. (en) Max Blau, « Chaos in Chattahoochee Hills: Rain catches TomorrowWorld organizers ill-prepared, leaving thousands stranded overnight outside the festival », sur atlantamagazine.com, Atlanta Magazine (en), (consulté le 2 février 2016)
  40. « TomorrowWorld annule sa 3e journée à cause de la boue et des milliers de festivaliers sont sans abris », sur 99scenes.com,
  41. Matt Bibeault, « TomorrowWorld s’est trompé et reprend l’argent remboursé aux festivaliers après la désastreuse édition 2015 », sur 99scenes.com,
  42. (inscription nécessaire) (en) Stephanie Gleason, « SFX Entertainment Files for Chapter 11 Bankruptcy », sur wsj.com, The Wall Street Journal,
  43. Ludovic Rambaud, « Le géant de l'EDM, SFX, entrevoit une sortie de crise... », sur djmag.fr, DJ Magazine, (consulté le 12 février 2016)
  44. « La version US de Tomorrowland n'aura pas lieu », sur lecho.be, L'Écho, (consulté en juillet 2016)
  45. (en) « Tomorrowland's Brazil Expansion Confirmed for May 2015 (Video) », sur billboard.com, Billboard, (consulté le 2 février 2016)
  46. « Tomorrowland Brasil: 180 000 tickets vendus en à peine trois heures », sur rtbf.be, (consulté le 2 février 2016)
  47. (pt) https://omelete.uol.com.br/musica/noticia/tomorrowland-brasil-2017-e-cancelado/
  48. « Nouveau record mondial sur YouTube pour Tomorrowland », sur lecho.be, L'Écho, (consulté en juillet 2016) « […] le festival belge de musique électronique, vient de dépasser les 5 millions d'abonnés. C'est l'événement musical le plus suivi au monde via cette plateforme. »
  49. (en) Allegra T. Hanlon, « Tomorrowland 2016 Releases Official Aftermovie & It's Beautiful », sur billboard.com, Billboard, (consulté le 12 août 2016)
  50. Micke Gomes et Ludovic Rambaud, « L'exportation des festivals : emblème d'une industrie en pleine forme », DJ Magazine (Belgique), Lyon, no 6,‎ septembre - octobre 2014, p. 10 (ISSN 2271-006x)
  51. (en) Kat Nein, « Tomorrowland Breaks Its Social Media Records With 175 Million Unique Views », sur billboard.com, Billboard, (consulté le 12 août 2016)
  52. « La série belge "People of Tomorrow" sur Netflix », sur lecho.be, L'Écho, (consulté en juillet 2016) « […] 12 personnes venant du monde entier durant le festival belge électro Tomorrowland. La série a pour objectif de montrer une génération internationale et positive qui donne son avis sur ledit festival. »
  53. http://wintermusicconference.com/events/idmas/index.php?wmcyear=2013#idmanominees
  54. « Tomorrowland à nouveau élu meilleur festival de musique dance », sur rtbf.be,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]