Tommy Robinson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tommy Robinson
Tommy Robinson at Speakers' Corner, Hyde Park.png
Tommy Robinson en 2018.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (36 ans)
LutonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Stephen Yaxley-LennonVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Tommy RobinsonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Militant politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique
Membre de
English Defence League
Counterjihad (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Condamné pour
Illegal entry (en), coups et blessures (en), voie de fait (d) (), Mortgage fraud (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Lieux de détention
HM Prison Woodhill (en), HM Prison Winchester (en), HM Prison Bedford (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Stephen Yaxley-Lennon (né le 27 novembre 1982), connu sous le pseudonyme de Tommy Robinson et aussi de Andrew McMaster et Paul Harris, est un militant politique d'extrême droite britannique. Il est le co-fondateur, ancien porte-parole et dirigeant, de 2009 à 2013, de l'English Defence League (EDL), mouvement identitaire anti-islam[1],[2]. Il a également fondé la European Defence League. Pendant une courte période en 2012, Robinson fut vice-président du Parti britannique de la liberté.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de migrants irlandais, Lennon grandit dans la ville anglaise de Luton[3].

En 2004 il adhère au British National Party, un parti fasciste créé par des admirateurs d'Hitler qui voulaient recréer des aspects du troisième Reich au Royaume-uni après la seconde Guerre mondiale[4], dans lequel il reste un an[5]. Il le quitte, expliquant ne pas s'être rendu compte qu'il s'agissait d'un parti raciste[4].

En 2005 il est condamné à douze mois de prison pour l’agression d'un policier hors service[6].

En 2009, il fonde l'English Defence League, un mouvement classé à l’extrême droite dont le but affiché est de combattre l'islamisation de l'Angleterre[4].

En juillet 2011, il est reconnu coupable d'hooliganisme. Il écope d'une peine de douze mois de prison avec sursis ainsi qu'une interdiction d'assister aux matchs de Luton pendant trois ans[7]. En septembre de la même année, il est condamné pour une agression commise à Blackburn[8].

En janvier 2013 il est condamné à dix mois de prison pour utilisation frauduleuse de passeport[9].

En janvier 2014 il est condamné à dix-huit mois de prison pour fraude hypothécaire[10].

En 2015, la presse anglaise parle abondamment de lui lorsqu'il dévoile une offre de corruption de l'homme politique du Parti conservateur d’origine pakistanaise, Afzal Amin, lui proposant d'organiser une fausse manifestation de l'EDL contre la grande mosquée de Dudley[11],[12].

En 2016, Robinson refonde le mouvement anti-islam et anti-réfugiés Pegida UK (en), branche anglaise du mouvement du même nom[13].

En 2017, Darren Osborne, l'auteur de l'attaque de la mosquée de Finsbury Park à Londres qui fait un mort et dix blessés, dit s'être inspiré des écrits de Robinson[14]. Robinson estime que cet attentat est une « vengeance » suite à ceux de Londres[15].

Le 25 mai 2018, Tommy Robinson est arrêté par la police pour trouble à l'ordre public[16] devant le tribunal de Leeds, alors qu'il filmait l'ouverture d'un procès de l'affaire des viols collectifs de Telford en violation d'une décision de justice de restriction de reportage[17],[18]. À ce titre il est condamné par le juge Geoffrey Marson QC pour entrave à la justice (en) à dix mois de prison et à trois mois supplémentaires correspondant au sursis d'une peine précédente.

Le 31 mai une pétition réunissant plus de 500 000 signatures réclamant sa libération est adressée à Theresa May[18]. Le , une manifestation en faveur de sa libération près de Trafalgar Square dégénère[19]. Il est transféré le à la prison de Onley (en) [20]. Tommy Robinson tente d'obtenir une réduction de sa peine en appel. Une audition devant la cour d'appel, à Londres, est attendue au cours du mois de juillet[21]. Des manifestations de soutien à Leeds et à Lincoln le 7 juillet, jour anniversaire des attentats à la bombe islamistes de Londres en 2005, sont annulées par les organisateurs de For Britain (en) pour cause de concomitance avec le quart de finale Suède - Angleterre de la coupe du monde de football de 2018[22]. Des manifestants se rendent néanmoins à Leeds à l'appel des Yorkshire Patriots. Des heurts ont lieu avec les policiers lorsque de l'ordre de 250 manifestants et 750 contre-manifestants anti-fascistes convergent à proximité de la gare[23],[24]. Le 14 juillet deux manifestations de soutien à Tommy Robinson et à Donald Trump se rejoignent à Whitehall[25]. Plusieurs personnalités politiques de droite comme le représentant républicain de l'Arizona Paul Gosar ou le député néerlandais Geert Wilders du Parti pour la liberté sont également venues soutenir Tommy Robinson[26]. Le 1er août 2018 il est libéré sous caution par la cour d'appel qui maintient néanmoins la condamnation initiale du tribunal de Canterbury mais décide aussi qu'il doit être rejugé pour les événements de Leeds[27]. Ce nouveau procès doit intervenir en juillet 2019[28]

Tommy Robinson est invité par plusieurs parlementaires dont Paul Gosar à s'exprimer devant des membres du Congrès des États-Unis le 14 novembre 2018[29] mais ne peut honorer l'invitation n'ayant pas obtenu un visa à temps[30].

Après avoir été banni de Twitter en mars 2018, Tommy Robinson est banni de Paypal en novembre 2018[31].

En novembre 2018, il devient conseiller « sur les gangs de viol et la réforme des prisons » pour le parti eurosceptique UKIP ce qui provoque un déchirement au sein du parti[32].

Le 23 février 2019, Tommy Robinson manifeste devant le siège de la BBC à Salford en diffusant le documentaire Panodrama, en référence et en réaction à Panorama, une émission dont les journalistes enquêtent sur lui[33]. La BBC rejette toute accusation de trucage ou de biais dans les reportages qu'elle diffuse. Elle transmet les excuses du reporter John Sweeney (en) pour les remarques offensantes et inappropriées faites lors de l'enquête pour Panorama[34].

Le 26 février 2019, Tommy Robinson est banni de Facebook et d'Instagram pour avoir régulièrement violé les conditions d’utilisation des deux plate-formes en proférant des messages haineux[35]. Pour Facebook, Tommy Robinson a dans ses publications « un langage déshumanisant et des appels à la violence dirigés contre les musulmans ». Pour Tommy Robinson, Facebook a réagi à la diffusion de son dernier documentaire, qui « montre comment l’establishment travaille avec les médias pour » le « faire tomber et » le « détruire ». Il s’agit, selon lui, « d’une attaque contre la liberté d’expression à travers le monde »[36].

En mars 2019, il perd un procès contre la police du Cambridgeshire qu'il accusait de harcèlement et est condamné à payer 20 000 £ de frais de justice, à l'issue du jugement il déclare vouloir faire appel[37].

En avril 2019, Tommy Robinson se présente comme candidat indépendant dans la circonscription d'Angleterre du Nord-Ouest pour « représenter la classe ouvrière » aux élections européennes[38]. Sa campagne, émaillée de violences, est jugée « moche et chaotique » par The Guardian[39]. Comme d'autres candidats nationalistes (Nigel Farage et Carl Benjamin (en)), il est victime durant la campagne d'attaques au milkshake[40]. Une de ces attaques a eu lieu alors qu'il circulait dans un quartier à forte population d'immigrés afin de les apostropher comme il a coutume de le faire pendant sa campagne. Son attaquant, un jeune de 23 ans, Danyaal Mahmud, finit à l’hôpital roué de coups par les gardes du corps de Robinson[41]. Il échoue à se faire élire[42].

En mai 2019, un écolier d'origine syrienne qu'il accusait d'avoir agressé des petites filles blanches dépose plainte contre lui pour diffamation[43].

En juillet 2019, une condamnation de 9 mois de prison ferme pour outrage au tribunal est prononcée à l'égard de Tommy Robinson. Ce dernier a préalablement demandé l'asile politique au président américain Donald Trump, avançant « risquer sa vie » en prison[44],[45].

Orientation politique[modifier | modifier le code]

Tommy Robinson est défini d'extrême droite[46],[14] et est qualifié de « candidat fasciste » du fait qu'il soit l'un des fondateurs de l'English Defence League par le quotidien Libération[41].

Les prises de position de Robinson contre l'islam sont considérées par certains observateurs comme de l'opportunisme compte tenu de la crise des réfugiés et de l'instabilité politique dans certains pays du Moyen-Orient et d'Afrique. Ainsi, Robinson qualifie l'enseignement comme « pris d'assaut par l'islam » et milite pour l'arrêt de l'immigration musulmane qu'il considère comme une « maladie » et prône la fermeture des mosquées[3].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Facebook bans U.K. far-right figure Tommy Robinson for promoting 'organized hate' », The Japan Times Online,‎ (ISSN 0447-5763, lire en ligne, consulté le 3 juin 2019)
  2. « Scandale Tommy Robinson : le fondateur de l'English Defence League arrêté et emprisonné », sur Valeurs actuelles (consulté le 3 juin 2019)
  3. a et b (en) Robert May, « Returning to Far-Right Activism: ‘Tommy Robinson’ and PEGIDA UK », sur researchgate.net, CFAPS Newsletter, (consulté le 25 juin 2019), p. 10
  4. a b et c (en) Daniel Trilling, « Tommy Robinson and the far right’s new playbook », The Guardian, 25 octobre 2018.
  5. EDL's Tommy Robinson Admits Real Name Is Stephen Yaxley, Was In BNP To Andrew Neil On Sunday Politics, Huffpost, 16/6/2013
  6. (en)Patrick Sawer, « Met police fear violent clashes over march by far-right 'Brexit Betrayal' militants », The Telegraph, 8 décembre 2018.
  7. (en) The Round Staff October 2 et 2018, « All The Charges On Tommy Robinson's Rap Sheet », sur The Round, (consulté le 24 juin 2019)
  8. (en) « EDL leader Stephen Lennon convicted of assault », BBC, 29 septembre 2011.
  9. (en) « EDL leader Stephen Lennon jailed for false passport offence » BBC, 7 janvier 2013.
  10. (en) [Tommy Robinson, former EDL leader, jailed for fraud « https://www.bbc.com/news/uk-england-25862838 »] BBC, 23 janvier 2014.
  11. (en) « Afzal Amin: EDL leader claims shadowy millionaire backed Tory Dudley candidate's plot », sur independent.co.uk,
  12. (en) « Tory candidate suspended over race hate vote plot », sur telegraph.co.uk,
  13. (en-US) January 15th et 2016|Featured, « Cut from the same cloth?: Pegida UK looks like a sanitised version of the EDL », sur British Politics and Policy at LSE, (consulté le 24 juin 2019)
  14. a et b The Undercover Fascist, The New-Yorker, 20/5/2019
  15. « Londres: inquiétude et fatalisme devant la mosquée cible d'un attentat », sur tempsreel.nouvelobs.com, (consulté le 20 juin 2017)
  16. « Tommy Robinson, emblème de la liberté d’expression ! », sur lepeuple.be,
  17. « Que se passe-t-il avec Tommy Robinson au Royaume-Uni ? », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2018)
  18. a et b « L'arrestation d’un militant anglais soulève la fachosphère », sur parismatch.com,
  19. « À Londres, une manifestation dégénère », sur lefigaro.fr,
  20. (en) Willem Treur, « Tommy Robinson transferred to HM Prison Onley, with a 30% muslim population », sur ThePostOnline,
  21. (en) « Ex-EDL leader Tommy Robinson to appeal against jail sentence », sur BBC News,
  22. (en) « ‘Justice for Tommy Robinson’ protests cancelled because of clash with England v Sweden quarter final », sur standard.co.uk,
  23. (en) « ‘Free Tommy Robinson’ protesters clash with cops in violent Leeds march during England Game », sur thesun.co.uk,
  24. (en) Martin Shaw, Henryk Zientek, « Tommy Robinson march and anti-fascist rally cause disruptions in Leeds city centre », sur examiner.co.uk,
  25. (en) Chris York, « Pro And Anti-Tommy Robinson Marches Clash In London », sur huffingtonpost.co.uk,
  26. Royaume-Uni: un militant d'extrême droite érigé en martyr par des partisans de Trump, lepoint.fr, 20 juillet 2018
  27. (en) Owen Bowcott, « Tommy Robinson freed on bail as court orders retrial », sur The Guardian,
  28. (en) Jane Croft, « Tommy Robinson to face fresh contempt of court proceedings », The Financial Times, 14 mai 2019.
  29. (en) « Tommy Robinson invited to address US Congress members in Washington by Republican supporters »,
  30. (en) « Tommy Robinson denied visa for US visit to meet Republican members of Congress », sur telegraph.co.uk,
  31. (en) « Paypal stops handling payments for Tommy Robinson », sur bbc.com,
  32. « Tommy Robinson, celui qui pousse l’Ukip à l’extrême droite », sur Le Soir Plus (consulté le 14 janvier 2019)
  33. (en) Mattha Busby, « Tommy Robinson protests at BBC HQ over Panorama documentary », sur theguardian.com,
  34. (en) « BBC rejects Tommy Robinson rally claims that Panorama documentary is ‘faked’ », sur inews.co.uk,
  35. (en) « Tommy Robinson banned from Facebook and Instagram », sur theguardian.com,
  36. « Facebook supprime les comptes de Tommy Robinson, figure de l’extrême droite britannique », sur lemonde.fr,
  37. (en) Freddie Lynne et Libby McBride« Tommy Robinson loses harassment case after police made him to leave pub », The Daily Mirror, 15 mars 2019.
  38. (en) « Tommy Robinson to stand in European Parliament election », sur bbc.com,
  39. Josh Halliday et Simon Murphy, « 'Punches, attacks, milkshakes': inside the Tommy Robinson campaign », 17 mai 2019.
  40. Morgane Guillou, « Européennes: Nigel Farage attaqué au milkshake à Newcastle », sur huffingtonpost.fr,
  41. a et b « Au Royaume-Uni, vague d'attaques au milk-shake contre l'extrême droite », sur Libération.fr, (consulté le 3 juin 2019)
  42. (en) Josh Halliday, « Humiliated Tommy Robinson sneaks out of election count early », The guardian, 27 mai 2019.
  43. (en) « Boy sues Tommy Robinson over school assault comments », BBC, 16 mai 2019.
  44. (en) Shane Croucher , Prominent British Far-right Activist Tommy Robinson Begs Donald Trump for Asylum in U.S.: 'I Need Evacuation From This Country', Newsweek,
  45. (en-GB) Ben Quinn, « Tommy Robinson given nine-month jail sentence for contempt of court », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 11 juillet 2019)
  46. Le Point magazine, « Elections européennes: le tournant à l'extrême droite du UKIP », sur Le Point, (consulté le 3 juin 2019)
  47. (en) Jamie Bartlett, « What's it like to be Britain's most hated man? Ask Tommy Robinson », Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)