Tomioka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Tomioka (Gunma)
Tomioka
富岡町
Centre-ville de Tomioka
Centre-ville de Tomioka
Drapeau de Tomioka
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Tōhoku
Préfecture Fukushima
Code postal 〒979-1192
Démographie
Population 14 479 hab. ()
Densité 211 hab./km2
Géographie
Coordonnées 37° 20′ 44″ N 141° 00′ 31″ E / 37.345556, 141.00861137° 20′ 44″ Nord 141° 00′ 31″ Est / 37.345556, 141.008611
Superficie 6 847 ha = 68,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : préfecture de Fukushima

Voir sur la carte administrative de Préfecture de Fukushima
City locator 14.svg
Tomioka

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte administrative du Japon2
City locator 14.svg
Tomioka

Géolocalisation sur la carte : Japon

Voir la carte topographique du Japon2
City locator 14.svg
Tomioka
Liens
Site web http://www.tomioka-town.org/
Situation de la Tomioka dans le district de Futaba (en jaune), au sein de la préfecture de Fukushima

Tomioka (富岡町, Tomioka-machi?) est un bourg japonais (?, machi ou -chō) situé dans la préfecture de Fukushima.
Sa population était début 2011 de 15 000 habitants mais la ville a été abandonnée à la suite de l'accident nucléaire de Fukushima[1], il ne reste qu'un habitant n'ayant pas voulu quitter sa ville.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Accident nucléaire de Fukushima[modifier | modifier le code]

La ville a été durement touchée par le séisme de 2011 de la côte Pacifique du Tōhoku du . De plus, étant située dans la zone d'exclusion nucléaire des 20 km autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, elle a été évacuée dès le à la suite de l'accident nucléaire de Fukushima. Seul un homme, l'agriculteur Naoto Matsumura, a refusé d'être évacué, restant pour nourrir les divers animaux abandonnés[2].

Économie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Pons, « Dans les villes mortes autour de Fukushima », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  2. « Naoto Matsumura, dernier habitant du no man’s land de Fukushima », sur Big Browser - Le Monde.fr (consulté le 30 juin 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]