Tombe du Triclinium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Couple de danseurs.
Joueur de lyre.

La tombe du Triclinium (en italien Tomba del Triclinio) est l'une des tombes étrusques peintes[1] de la nécropole de Monterozzi, dont les fresques ont été détachées[2] puis transférées dans une reconstitution de la tombe au musée archéologique national de Tarquinia.

Description[modifier | modifier le code]

Découverte en 1830 sur le site des nécropoles de Monterozzi, cette tombe hypogée à long dromos, de 4,30 m × 3,50 × 2,52 (h) prend le nom des scènes du banquet dite « du triclinium » dont les protagonistes (trois couples), allongés sur des klinai, sont distraits par des musiciens et des danseurs entourés d’oiseaux et d’oliviers, comme dans la Tombe des Léopards du même site originel.

F. Roncalli[3] identifie les deux hommes chevaux de l’entrée comme des Dioscures.

Des personnages masculins sont revêtus de la toge taillée en demi-cercle (un des apports des Étrusques aux Romains). Les figures féminines sont revêtues du tebenna, un manteau de couleur foncée, complété d’une pèlerine.

Carlo Ruspi releva des calques et fit un fac-simile de la fresque centrale en 1832[4] pour le musée grégorien du Vatican, puis les fresques furent détachées en 1949 après la mise au point de la technique de transfert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 200 sur les 6 000 du site
  2. La technique spéciale de transfert de fresques a été mise au point à cette occasion (cf notice du musée).
  3. [1] ICAR Figured Scenes in Pre-Roman Italy, by Natacha Lubtchansky
  4. Yves Liébert, Regards sur la truphè étrusque

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • P. Duell, « La tomba del Triclinio at Tarquinia » in Memoires of the American Academy in Rome, 1927, p. 5-68 et planches 1-5.
  • M. Gagiano de Azevedo, « Il distacco delle pitture della tomba dell Triclinio », in Bollettino dell'Istituto Centrale del Restauro, 1950, p. 85-93 et figures 1-8.
  • J.-M. Dentzer, « Les systèmes décoratifs dans la peinture murale italique » in Mélanges d'archéologie et d'histoire, 1968, vol. 80, p. 85-141
  • R. Bonaudo, « Dalla ceramoca a figure nere alla Tomba del Triclinio: un immaginario visuale delle rappresentazioni degli uccelli su alcuni monumenti figurati etruschi » in Annali di archeologia e storia antica, (ISSN 1127-7130), Nº 13-14, 2006‑2007, p. 1-2

Liens externes[modifier | modifier le code]