Tom Horn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tom Horn
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
CheyenneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Condamné pour

Thomas "Tom" Horn Jr (21 novembre 1860 – 20 novembre 1903) était un éclaireur américain de la conquête de l'Ouest, qui a exercé des fonctions variées telles que pistolero, détective pour Pinkerton, cow-boy, et soldat. Soupçonné d'avoir commis 17 meurtres en tant que mercenaire pistolero dans l'Ouest[1], en 1902, Horn a été reconnu coupable du meurtre de Willie Nickell, âgé de 14 ans, près de Iron Mountain, dans le Wyoming. Le garçon était le fils de l'éleveur de moutons Kels Nickell, qui avait été impliqué dans une querelle à distance avec son voisin et éleveur de bovins Jim Miller. La veille de son 43e anniversaire, Horn a été exécuté par pendaison à Cheyenne, dans le Wyoming.

En prison, il a écrit son autobiographie, Life of Tom Horn: Government Scout and Interpreter ("La vie de Tom Horn: éclaireur et interprète pour le gouvernement") (1904)[2], qui a été publié à titre posthume. De nombreuses éditions de ce livre ont été publiées depuis la fin du 20e siècle, et le débat se poursuit quant à savoir s'il était coupable du meurtre de Nickell.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Connu sous le nom de «Tom», il est né en 1860 de Thomas S. Horn, Sr. et Mary Ann Maricha (née Miller) dans leur ferme familiale dans le nord-est du Comté de Scotland dans le Missouri. Ils avaient 600 acres (divisés par la rivière South Wyaconda), situés entre les villes de Granger et d'Etna. Tom était le cinquième des douze enfants.[3] Pendant son enfance, le jeune Tom a subi des sévices physiques de son père, et son seul compagnon d'enfance était un chien nommé Shedrick. Le chien a été tragiquement tué lorsque le jeune Tom a eu une bagarre avec deux garçons, qui ont frappé Tom et tué le chien avec une carabine[4].

Éclaireur[modifier | modifier le code]

À seize ans, Horn s'est dirigé vers le Sud-Ouest des États-Unis, où il a été engagé par la cavalerie des États-Unis comme éclaireur civil, équipementier et interprète sous Al Sieber pendant les guerres Apache. Horn s'est montré très efficace dans son travail pour l'armée, et a très vite gravi les échelons. A une occasion, alors que Sieber, Horn et l'armée traversaient le ruisseau de Cibicue, ils ont été embusqués par des guerriers apaches placés en terrain surélevé.[5] L'officier responsable de leur escouade, le capitaine Edmund Hentig, fut aussitôt tué, et les hommes se retrouvèrent pris sous un feu nourri. Désespéré, Sieber ordonna à Horn et à un autre scout, Mickey Free, de se séparer et de riposter depuis une colline. Ensemble, avec les soldats, ils réussirent à repousser l'attaque. Tom Horn et Al Sieber ont également participé à la bataille de Big Dry Wash et il a acquis une reconnaissance quand, avec le lieutenant George H. Morgan, il est passé le flanc opposé de la ligne Apache et a fourni un feu de couverture pour la cavalerie ainsi que pour avoir tuer un certain nombre de guerriers apaches[6].

Horn devint un scout respecté, connu pour avoir participé seul à des missions de reconnaissance et aidé à repérer le principal bastion de Geronimo. En novembre 1885, Tom Horn gagna le poste de chef des scouts sous le commandement du capitaine Emmet Crawford à Fort Bowie.[7],[8] Au cours d'une opération, le camp de Horn a été attaqué par erreur par une milice mexicaine et il a été blessé au bras pendant la fusillade et a entraîné la mort de Crawford[9]. Enfin, le 4 septembre 1886, Horn était présent à la reddition finale de Geronimo et a agi en tant qu'interprète sous Charles B. Gatewood[10].

Après la guerre, Horn a utilisé ce qu'il a gagné pour construire son propre ranch à son retour à Aravaipa Canyon en Arizona. Son ranch se composait de 100 bovins et 26 chevaux, et il a également revendiqué le district de Deer Creek Mining près du canyon. Malheureusement, ce fut de courte durée, des voleurs de bétail ayant pris d'assaut son ranch une nuit et volé tout son stock, laissant une perte énorme et la faillite pour Horn. Cet incident caractérisera la haine et le dédain de Horn pour les voleurs, qui augmenteront en lui, devenant détective[11],[12].

Carrière en tant que détective, homme de loi et tueur à gages[modifier | modifier le code]

Horn a vagabondé et a occupé des emplois de prospecteur, garçon de ranch et concurrent de rodéo, mais il est plus tristement célèbre pour avoir été embauché par de nombreuses compagnies de bétail comme cowboy et tueur à gages pour surveiller leur bétail et tuer tous les présumés criminels les convoitant. Dans la cadre de ce travail, Horn a développé ses propres moyens pour lutter contre le vol de bétail. Si il pensait qu'un homme était coupable de vol de bétail et avait été clairement averti, Horn disait qu'il tirerait sur le voleur et ne ressentirait pas "une once de remords"[13]. Horn a souvent donner d'abord un avertissement à ceux qu'il soupçonnait de vol de bétail, et on disait qu'il maintenait une "présence énorme" chaque fois qu'il était dans le voisinage[13].

Plus tard, Horn a pris part à la guerre de Pleasant Valley en Arizona entre les éleveurs de bétails et les éleveurs de moutons. Les historiens n'ont pas établi de quel côté il a travaillé, et les deux parties ont subi plusieurs meurtres pour lesquels aucun suspect connu n'a jamais été identifié[14]. Horn a travaillé dans un ranch possédé par Robert Bowen, où il est devenu un des principaux suspects dans la disparition de Mart Blevins en 1887.[15] Horn a également participé avec Glenn Reynolds dans un lynchage de trois voleurs de bétail présumés en août 1888. Il a affirmé que tout au long de la guerre, il était le «médiateur» du conflit, en tant que shérif adjoint sous trois célèbres juristes de l'Arizona de l'époque: William Owen "Buckey" O'Neill, le commodore Perry Owens et Glenn Reynolds. [16] Horn a travaillé en Arizona pendant un certain temps en tant que shérif adjoint, où il a attiré l'attention de l'agence Pinkerton en raison de ses capacités de pistage. Engagé par l'agence vers la fin de 1889 ou au début de 1890, il s'occupait d'enquêtes dans le Colorado et le Wyoming, dans d'autres États de l'Ouest, et dans la région des Rocheuses, travaillant au bureau de Denver. Il est devenu connu pour son calme sous la pression, et sa capacité de retrouver quelqu'un qui lui était assigné.

Dans une affaire, Horn et un autre agent, C. W. Shores, ont capturé deux hommes qui avaient dévalisé le Denver and Rio Grande Western Railroad (le 31 août 1890) entre Cotopaxi et Texas Creek dans le comté de Fremont, Colorado. Horn et Shores ont suivi et arrêté Thomas Eskridge (alias "Peg-Leg" Watson) et Burt "Red" Curtis sans tirer un coup de feu. Ils les ont pistés jusqu'à la maison d'un homme nommé Wolfe, qui serait soit à Washita ou à Pauls Valley en Oklahoma, au bord de la rivière Washita. Dans son rapport sur cette arrestation, Horn a déclaré en partie "Watson, était considéré par tout le monde dans le Colorado comme un personnage très désespéré. Je n'ai eu aucun problème avec lui."[17]

Pendant la guerre du comté de Johnson, il a travaillé pour la Wyoming Stock Growers Association, sous couverture dans le comté pour la Pinkerton sous le nom de Tom Hale. Il aurait été impliqué dans le meurtre de Nate Champion et de Nick Ray le 9 avril 1892 et était le principal suspect pour les assassinats des éleveurs John A. Tisdale et Orley "Ranger" Jones.[18] L'agence Pinkerton a obligé Horn à démissionner en 1894. Dans son mémoire, Two Evil Isms: Pinkertonism and Anarchism, le détective de Pinkerton Charlie Siringo a écrit que "William A. Pinkerton m'a dit que Tom Horn était coupable du crime, mais que ses hommes ne pouvaient pas aller en prison pendant qu'ils sont en service." Siringo indiquera plus tard qu'il respectait les capacités de Horn au pistage, et qu'il était un agent très talentueux, mais avait une partie méchante[19],[20].

En 1895, Horn aurait tué un voleur de bétail notoire nommé William Lewis près de Iron Mountain, au Wyoming. Horn a été exonéré pour ce crime et pour le meurtre de Fred Powell en 1895 six semaines plus tard.[21] En 1896, un ranchman nommé Campbell, connu pour avoir une grande réserve d'argent, a été vu pour la dernière fois avec Horn.[18] En 1896 également, Horn a offert son service dans une lettre au maréchal de Tucson pour se débarrasser de la bande de voleurs de bétail de William Christian. L'année suivante, William a été tué par un inconnu et son associé Robert Christian a disparu la même année[22].

Colorado Range War[modifier | modifier le code]

Bien que son titre officiel était «Range Detective», Horn a essentiellement servi comme tueur à gage. Au milieu des années 1890, l'élevage de bétail au Wyoming et au Colorado était en plein changement en raison de l'arrivée de propriétaires terriens et de nouveaux éleveurs. Les homesteaders sont arrivés dans la région en grand nombre. Ce faisant, ils ont réduit la disponibilité d'eau pour les troupeaux des grands barons de l'élevage de bétail.[23] Rapidement, on a cherché à se débarrasser de ces homesteaders, y compris en embauchant des hommes armés tels que Tom Horn. De violents combats armés, tels que la fusillade sanglante qui a entraîné la mort de neuf trappeurs à Big Dry Creek, ainsi que le lynchage des homesteaders Luther M. Mitchell et Ami W. Ketchum, ont précipité la guerre[24].

En 1900, Horn a commencé à travailler pour la Swan Land and Cattle Company dans le nord-ouest du Colorado. Son premier travail a été d'enquêter sur le cow-boy Matt Rash, leader de la Browns Park Cattle Association, soupçonné de vol de bétail[23]. Horn est passé sous la couverture de «Tom Hicks» et a travaillé pour Rash comme garçon de ranch, tout en recueillant des preuves que Rash marquait du bétail qui ne lui appartenait pas. Lorsque Horn a finalement rassemblé suffisamment de preuves pour déterminer que Rash était effectivement un voleur de bétail, il a mis une lettre sur la porte de Rash le menaçant à partir sous soixante jours. Le cow-boy cependant, rebelle, est resté et a continué à travailler dans son ranch. Rash continuant à se montrer peu coopératif, les employeurs de Horn auraient donné à l'assassin le «signal» pour exécuter Rash. Le jour de l'exécution, Horn est arrivé armé à la cabane de Rash alors que l'homme venait de manger, avant de lui tirer dessus à bout portant. Rash à l'agonie a essayé sans succès d'écrire le nom de son tueur, mais il ne resta plus de trace du meurtre. Seuls les récits et les rumeurs de diverses personnes indiquent Horn comme coupable. Rash était présumé être marié à une éleveuse de la région, Ann Bassett, et celle-ci a accusé Hicks d'être le meurtrier.

À cette époque, Horn a également soupçonné un autre cow-boy nommé Isom Dart de vol de bétail[25]. Dart était l'un des cowboys de Rash, mais on supposait qu'il était en réalité un voleur de bétail nommé Ned Huddleston, un ancien membre du gang "Tip Gault". Le gang, qui avait volé du bétail dans la région de Saratoga, a été éliminé dans une fusillade. Dart a également reçu trois accusations contre lui dans le comté de Sweetwater. Quand Dart fut accusé d'avoir assassiné Rash, il se réfugia dans la cabane de son ami et attendit que les rumeurs se calment[26]. Horn cependant a réussi à retrouver Dart dans sa cabane et l'a vu se cacher avec deux autres complices armés. L'assassin aurait installé une position de tir sous le couvert d'un sapin, surplombant la cabane depuis une colline. Alors que Dart et ses amis sont sorti de la cabane, Horn lui tira dans la poitrine à distance. Avant l'assassinat, Horn a demandé à un rancher nommé Robert Hudler de préparer un cheval à une bonne distance de la scène du meurtre pour sa fuite[27]. Le lendemain, deux douilles de .30-30 ont été trouvées au pied d'un arbre où l'on supposé que le meurtrier avait attendu. Hicks aurait été le seul dans la région à utiliser un 30-30. Les nouvelles de la mort de Rash et Dart se répandirent sur tout le territoire et, les autres voleurs de bétail apeurés se dispersèrent. Horn les a tous traqués et a tué trois autres membres du groupe de Rash. L'histoire raconte qu'il a épinglé l'une des oreilles d'un cowboy mort chez les homesteaders comme avertissement.

Travail pour le gouvernement[modifier | modifier le code]

Au cours de l'enquête de l'attaque du Wilcox Train, Horn a obtenu des informations de Bill Speck sur lequel des voleurs avait tué le shérif Josiah Hazen, lors de la poursuite qui s'en suivit.[28]. Il s'agissait soit de George Curry soit de Kid Curry. Ces hors-la-loi étaient membres du groupe de la Wild Bunch de Butch Cassidy, alors connu sous le nom de «Gang de Hole-in-the-Wall», pour leur refuge dans les montagnes. Horn a transmis cette information à Charlie Siringo, qui travaillait pour la Pinkerton.

Horn est entrée brièvement dans l'armée des États-Unis pour servir pendant la guerre hispano-américaine, en tant que chef logistique du cinquième corps[29]. Il a quitté Tampa pour Cuba, où il a dirigé plusieurs caravanes de ravitaillement sur le front. Horn a été personnellement témoin du courage des fameux Rough Riders et des Buffalo Soldiers de la Neuvième et Dixième Cavalerie lors de leur assaut de la colline de San Juan, ainsi que de la déroute humiliante des soldats américains sous le commandement du Brigadier général Hamilton Hawkins. Bien que les ravitailleurs n'étaient pas des combattants, ils étaient néanmoins susceptibles d'être attaqués par des rebelles cubains. Horn se considérait comme chanceux de n'avoir perdu aucun pisteur pendant la guerre, même si il a rappelé que lui et ses hommes étaient sous le feu constant alors qu'ils livraient les rations et les munitions aux soldats[30]. Horn a continué à travailler comme ravitailleur pendant la guerre bien que lui et beaucoup de ses hommes ont contracté la fièvre jaune. À un moment donné, il a été alité et a été jugé inapte au combat. Après sa récupération, il est revenu au Wyoming. Peu de temps après son retour, en 1901, Horn a commencé à travailler pour le riche baron du bétail John C. Coble, qui faisait partie de la Wyoming Stock Men's Association[31].

Meurtre de Willie Nickell[modifier | modifier le code]

Alors qu'il travaillait à nouveau près de Iron Mountain, Wyoming, Horn a fait la connaissance de la famille Jim et Dora Miller le 15 juillet 1901. Ils étaient éleveurs de bétail. Jim Miller et son voisin, Kels Nickell, avaient déjà eu plusieurs disputes suite à l'introduction par Nickell de moutons dans la région de Iron Mountain. Miller a souvent accusé Nickell de laisser ses moutons paître sur ses terres[32],[33].

Chez les Miller, Horn a rencontré Glendolene M. Kimmell, jeune professeure à l'école d'Iron Mountain. Mme Kimmell a été financée par les deux grandes familles Miller et Kels Nickell. Horn la divertissait avec des récits de ses aventures. Ce jour-là, lui et les hommes de la famille Miller ont pêché; et avec Victor Miller, un fils de son âge, ont également pratiqué le tir, tous les deux avec des .30-30[32].

Les familles Miller et Nickell étaient les seules à avoir des enfants à l'école. Kimmel avait été informé de la querelle des familles avant d'arriver et a constaté que les conflits étaient reproduits par les enfants[32]. Quelques jours plus tard, le 18 juillet 1901, Willie Nickell, le fils d'éleveurs de moutons Kels et Mary Nickell, âgé de 14 ans, a été retrouvé assassiné près de l'entrée de leur propriété. Le coroner a commencé à enquêter sur le meurtre. Des incidents plus violents se sont produits pendant la période de l'enquête du coroner, qui a été élargie pour enquêter sur ces incidents et a duré de juillet à septembre 1901[32].

Le 4 août 1901, Kels Nickell a été blessé par balles. Quelque 60 à 80 de ses moutons ont été trouvés «abattus ou battus à mort»[32]. Deux des plus jeunes enfants de Nickell ont plus tard signalé avoir vu deux hommes qui partaient sur des chevaux colorés un bai et un gris, tout comme les chevaux appartenant à Jim Miller[32] (Bai est une couleur courante parmi les chevaux). Le 6 août 1901, le Sheriff Peter Warlaumont et l'US marshal Joe LeFors sont venus à Iron Mountain et ont arrêté Jim Miller et ses fils, Victor et Gus, soupçonnés d'avoir tirer sur Kels Nickell. Ils ont été emprisonnés le 7 août et ont été libérés le lendemain sous caution. L'enquête sur le tir dont fut victime Kels Nickell a été ajoutée à l'enquête sur le meurtre de Willie Nickell du coroner[32].

Le marshal Joe Lefors a ensuite interrogé Horn en janvier 1902 sur le meurtre, prétendant lui parler d'embauche. Horn était encore ivre de la veille, mais Lefors a gagné ce qu'il a appelé une confession pour le meurtre de Willie Nickell. Horn aurait confessé avoir tué le jeune Willie avec son fusil à 300 yards, dont il se vantait comme le «meilleur coup qu'il ait jamais fait et le truc le plus sale qu'il ait jamais fait». Horn fut arrêté le lendemain par le shérif du comté. Walter Stoll était le procureur du comté de Laramie dans l'affaire[34]. Le juge Richard H. Scott, qui a présidé l'affaire, était candidat à la réélection[3].

Horn a été soutenu par son ami de longue date et employeur, l'éleveur de bétail John C. Coble. Il a rassemblé une équipe pour la défense dirigée par l'ancien juge John W. Lacey et incluant les avocats T.F. Burke, Roderick N. Matson, Edward T. Clark et T. Blake Kennedy. Apparemment, Coble a payé la plupart des coûts de cette grande équipe. Selon Johan P. Bakker, qui a écrit Tracking Tom Horn, les grands intérêts du bétail à cette époque ont trouvé Horn "sacrifiable" et l'affaire fournissait un moyen de le calmer du point de vue de leurs activités. Il a écrit que 100 membres de la Wyoming Stock Growers Association ont payé chacun 1000 $ pour la défense, mais ont voulu un effort minime[35].

Le procès de Horn a commencé le 10 octobre 1902 à Cheyenne, remplie de foules attirées par la notoriété de Horn. The Rocky Mountain News a noté l'atmosphère de carnaval et le grand intérêt du public pour une condamnation[32]. Le procès a présenté la confession de Horn à Lefors. Seules certaines parties de la déclaration de Horn ont été présentées, ce qui fausse sa déclaration. L'accusation a présenté des témoignages d'au moins deux témoins, y compris l'homme de loi Lefors, ainsi que des preuves circonstancielles; Ces éléments placent uniquement Horn dans le voisinage général de la scène du crime. Pendant le procès, Victor Miller a témoigné que lui et Horn avaient tous deux des pistolets .30-30 et achetaient leurs munitions au même magasin[32]. Un autre, Otto Plaga, a témoigné que Horn était à 20 miles de la scène du meurtre une heure après[13].

Glendolene Kimmell a témoigné lors de l'enquête du coroner, disant qu'elle pensait que les familles Miller et Nickell étaient responsables du maintien de la querelle, mais elle n'a jamais été appelée comme témoin de la défense. Elle a démissionné de l'école en octobre 1901 et a quitté la région, mais a été en communication avec les gens de l'affaire. Elle a soumis une déclaration sous serment au gouverneur alors que l'affaire était en appel. Elle est raconté dans des sources secondaires, mais le document original a disparu des documents publics[32].

Le procès de Horn a été soumis au jury le 23 octobre, et ils ont rendu un verdict de culpabilité le lendemain[32]. Une audience plusieurs jours plus tard a condamné Horn à mort par pendaison.

Les avocats de Horn ont déposé une requête auprès de la Cour suprême du Wyoming pour un nouveau procès. Pendant son temps en prison, Horn a écrit son autobiographie, Life of Tom Horn, Government Scout and Interpreter, Written by Himself, relatant surtout sa jeunesse. Il contenait peu de choses sur l'affaire.

La Cour suprême du Wyoming a confirmé la décision du tribunal de district et a rejeté un nouveau procès. Convaincue de l'innocence de Horn, Glendolene Kimmell a envoyé un affidavit au gouverneur Fenimore Chatterton avec un témoignage disant que Victor Miller était coupable du meurtre de Nickell. Les descriptions de son contenu sont apparus dans la presse, mais le document original a disparu[32]. Le gouverneur a choisi de ne pas intervenir dans l'affaire. Horn a reçu une date d'exécution du 20 novembre 1903.

Exécution[modifier | modifier le code]

Tom Horn est l'une des rares personnes dans la Conquête de l'Ouest à avoir été pendu par une potence à eau, connue sous le nom de "Julian Gallows". James P. Julian, un architecte de Cheyenne, Wyoming, a conçu l'engin en 1892. Celui-ci utilise le poids du condamné sur la trappe pour ouvrir une soupape d'eau qui remplit un baril. Une fois rempli, le baril renverse la poutre supportant la trappe, ce qui provoque la pendaison du condamné sans action manuelle d'un bourreau[36].

Horn été pendu à Cheyenne. Jusqu'à la fin, Horn n'a jamais donné les noms de ceux qui l'ont engagé pendant le conflit[13]. Il a été enterré au Columbia Cemetery à Boulder, au Colorado, le 3 décembre 1903[37]. L'éleveur Jim Coble a payé son cercueil et sa pierre tombale[32]. Après sa mort, beaucoup ont considéré que Horn a été exécuté de façon injustifiée pour meurtre, basé uniquement sur une confession sous ébriété. Même le vieux guerrier Apache, Geronimo, a exprimé ses doutes sur les accusations de Horn lors d'une entrevue avec Charles Ackenhausen, en disant qu'il «ne croyait pas [Horn] coupable»[38].

Débat sur sa culpabilité[modifier | modifier le code]

Le sujet de la culpabilité de Horn pour le meurtre de Nickells est encore aujourd'hui controversé. Des historiens, dont Chip Carlson, croient qu'il est innocent, tandis que d'autres, tels que Dean Fenton Krakel, croient qu'il est bien coupable, mais qu'il n'a pas réalisé qu'il tirait sur un garçon[39]. L'avis général est que, peu importe si Horn a commis ce meurtre en particulier, il en avait certainement commis beaucoup d'autres[19]. Carlson, qui a longuement étudié le procès L'état de Wyoming contre Tom Horn, a conclu que, bien que Horn puisse avoir commis le meurtre de Willie Nickell, il ne l'a probablement pas fait. Selon le livre de Carlson, Tom Horn: Blood on the Moon (2001), il n'y avait aucune preuve matérielle que Horn ait commis le meurtre. En outre, il a été vu pour la dernière fois dans la région un jour avant le meutre, et les conditions de sa prétendue confession l'ont rendue sans valeur en tant que preuve. Carlson croit que l'accusation n'a fait aucun effort pour enquêter sur d'autres possibles suspects, y compris Victor Miller. En substance, la réputation et l'histoire de Horn en ont fait une cible facile pour l'accusation[3].

En 1993, l'affaire a été reprise dans une simulation de procès à Cheyenne, et Horn a été acquitté.

En 2014, l'historien Larry Ball, professeur émérite à l'Université d'État de l'Arkansas de Jonesboro, Arkansas, a publié Tom Horn dans Life and Legend. Ball était fasciné par la personnalité conflictuelle et énigmatique de Horn. Ball a déclaré qu'il était convaincu que Horn a tiré et a tué Willie Nickell près de la région de Iron Mountain: "Je dois me rabattre sur le rapport de l'époque". Ball a déclaré qu'il ne trouvait aucune preuve d'un complot juridique contre Horn. Il a ajouté que le penchant de Horn pour la brutalité a contribué à sa condamnation pour le meurtre[40].

Lors d'une discussion de leurs découvertes cette année-là, Chip Carlson de Cheyenne a continué à soutenir l'innocence de Horn, en disant: "Je constate que Tom Horn s'est fait rouler" parce que Horn avait été employé par des barons du bétail qui étaient en désaccord avec les homesteaders. Carlson a également indiqué que le président du procès de Horn était candidat à la réélection à l'époque. Carlson a décrit Horn dans le procès comme «son pire ennemi. Plus il parlait, plus le noeud était serré»[40].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Evan Andrews, « Top 10 Deadliest Gunslingers », TopTenz,‎ (consulté le 30 octobre 2014)
  2. Life of Tom Horn: Government Scout and Interpreter (1904)
  3. a, b et c (en) Chip Carlson, Tom Horn: Blood on the Moon: Dark History of the Murderous Cattle Detective, High Plains Press, , 22–28 p. (ISBN 978-0-931271-58-8)
  4. Ball (2014) p.10
  5. Monaghan (1997) p.59-60
  6. Ball (2014) p.29
  7. Ball (2014) p.54
  8. Denis Prisbrey, « The Legend of Tom Horn », Rare Winchesters (consulté le 2 février 2014)
  9. Carlson.(2001) p.33.
  10. (en) Benjamin Runkle, Wanted Dead Or Alive: Manhunts from Geronimo to Bin Laden, Macmillan, , 29–33 p. (ISBN 978-0-230-10485-3)
  11. Monaghan (1997) Introduction
  12. Ball (2014) p.44-47
  13. a, b, c et d Chip Carlson, « Tom Horn: Misunderstood Misfit », Wild West Magazine,‎ (consulté le 30 octobre 2014)
  14. Carlson.(2001) p.36
  15. Dan L. Thrapp, Encyclopedia of Frontier Biography, Volume 1: A-F (1991); University of Nebraska Press, pp. 127
  16. Tom Horn, Life of Tom Horn: Government Scout and Interpreter (1904); Doyce B. Nunis Jr., editor; Chicago: The Lakeside Press, R.R. Donnelley and Sons Company, 1987, pp. 317-318
  17. « 100 Oklahoma Outlaws, Gangsters, and Lawmen: 1839-1939 »
  18. a et b Desert Evening News November 20, 1903
  19. a et b Tom Horn at www.thrillingdetective.com
  20. Charlie Siringo, Thrilling Detective website
  21. "The Murder of Fred U. Powell", Tom Horn website
  22. Dan L. Thrapp, Encyclopedia of Frontier Biography, Volume 1: G-O (1991); University of Nebraska Press, pp. 676
  23. a et b Ball (2014) p.232-234
  24. « Johnson County War », Wyoming Tails and Trails (consulté le 2 février 2014)
  25. Ball (2014) p.237
  26. Ball (2014) p.238
  27. Ball (2014) p.237-239
  28. « http://www.odmp.org/officer/6276-sheriff-josiah-hazen »
  29. Ball (2014) p.214
  30. Ball (2014) Murder on Horse Creek
  31. Carlson (2001), Blood on the Moon
  32. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Carol L. Bowers. "School Bells and Winchesters: The Sad Saga of Glendolene Myrtle Kimmell", READINGS IN WYOMING HISTORY (5th Revised Edition), Ed. Phil Roberts, University of Wyoming, 2007, Retrieved 2012-10-10
  33. "Glendolene M. Kimmell, The Schoolmarm", Tom Horn's Story website
  34. (en) Dean Fenton Krakel, The Saga of Tom Horn: The Story of a Cattlemen's War, with personal narratives, newspaper accounts, and official documents and testimonies, 2, , p. 204
  35. Johan P. Bakker, Tracking Tom Horn(Union Lake: Talking Boy, 1993) pp. 127, 131-132
  36. http://www.executedtoday.com/2010/11/20/1903-tom-horn/
  37. (en) R. Michael Wilson, Outlaw Tales of Wyoming: True Stories of the Cowboy State's Most Infamous Crooks, Culprits, and Cutthroats, Globe Pequot, (ISBN 978-0-7627-4506-7), p. 115
  38. Ball (2014) A Man Apart
  39. Krakel, Dean, (1954/1988). The Saga of Tom Horn, Powder River Publishing
  40. a et b Becky Orr, « Legend of Tom Horn refuses to die: Western history authors Larry Ball and Chip Carlson talked about Wyoming legend Tom Horn Friday at a program at the Wyoming State Museum », Wyoming Tribune-Eagle,‎ (consulté le 23 août 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Larry D. Ball, Tom Horn in Life and Legend, University of Oklahoma Press, (ISBN 978-0806144252).

Liens externes[modifier | modifier le code]