Tomáš Halík

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tomáš Halík, né le , est un théologien tchèque, prêtre catholique, sociologue des religions, activiste politique et lauréat, en 2014, du prix Templeton « pour avoir défendu le dialogue entre croyants et athées et avoir aidé au développement de la liberté de culte dans la Tchécoslovaquie durant la Normalisation »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Tomáš Halík étudie la sociologie et la philosophie à l’université Charles de Prague où il est l’élève de Jan Patočka. Lors de l’invasion du pays par les troupes du Pacte de Varsovie, à la suite du 'Printemps de Prague', il est à Bangor, au pays de Galles, étudiant à l’université du pays de Galles. Ceci lui permettra, lors de la période de Normalisation, de faire valoir qu’il n’a pas (physiquement) pu prendre part à quelque activité anticommuniste que ce soit.

Entre 1972 et 1975, il exerce la profession de psychologue pour la société Chemoprojekt[2]. De 1975 à 1984, il occupe la chaire de psychologie du travail pour l’Institut du ministère du travail. De 1984 à 1990, il est psychothérapeute pour les alcooliques et les narcomanes au sein de la clinique pour le traitement de l’alcoolodépendance du CHU de l’université Charles.

Il étudie la théologie clandestinement et, le , il est clandestinement ordonné prêtre par monseigneur Hugo Aufderbeck à Erfurt en République Démocratique Allemande. Avant la Révolution de velours de 1989, il fait partie de ce qu’on a appelé l’église souterraine' et est un proche collaborateur du cardinal František Tomášek.

Il est professeur à la faculté de philosophie de l’Université Charles de Prague. Prêtre de la paroisse estudiantine située dans l’église Saint-Sauveur de Prague, il est président de l’Académie chrétienne tchèque. En , le pape Benoît XVI lui a accordé le titre de monseigneur, en tant que prélat d’honneur du pape.

En 2014 il obtient le prix Templeton pour (d'après la citation officielle) « avoir défendu le dialogue entre croyants et athées et avoir aidé au développement de la liberté de culte dans la Tchécoslovaquie durant la Normalisation »[1].

Écrits[modifier | modifier le code]

On peut lire, en français:

  • Donner du temps à l'éternité, la patience envers Dieu[3].

Ouvrages publiés en tchèque :

  • O přítomnou církev a společnost (Au Sujet de l’Église présente et de la société), Křesťanská akademie, Prague, 1992 (essais de 1989-91.)
  • Sedm úvah o službě nemocným a trpícím (Sept Méditations sur le service des morts et des souffrants), Cesta, Brno, 1993.
  • Víra a kultura (Foi et culture), Zvon, Prague, 1995.
  • Ptal jsem se cest (J'ai demandé mon chemin), Portál, Prague, 1997 (Interviews avec Jan Jandourek.)
  • Co je bez chvění, není pevné (There is No Firmness Without Trembling). Prague: Lidové noviny, 2002.
  • Oslovit Zachea (Addressing Zacheus). Prague: Lidové noviny, 2003.
  • Vzýván i nevzýván (Appelé et non-appelé), Lidové noviny, Prague, 2004.
  • Noc zpovědníka (La Nuit du confesseur), Lidové noviny, Prague, 2005.
  • Prolínání světů (Overlaps of worlds). Prague: Lidové noviny, 2006.
  • Vzdáleným nablízku. (To the distant ones nearby: Fervour and patience in the encounter of faith and non-belief) Prague: Lidové noviny, 2007. (Published in English under the title "Patience with God")
  • Dotkni se ran (Touch the wounds: A spirituality of concern). Prague: Lidové noviny, 2008.
  • Stromu zbývá naděje (Hope remains for the tree: The crisis as opportunity). Prague: Lidové noviny, 2009.
  • Divadlo pro anděly (Théâtre pour les anges), Lidové noviny, Prague, 2010.
  • Smířená různost (Reconciled difference). Prague: Portál, 2011. (Interviews with Tomasz Dostatni)
  • Úvahy na prahu tisíciletí - Ranní zamyšlení na vlnách BBC (Reflections on the eve of the millennium -Morning reflections broadcast by BBC Czech service). Prague: Lidové noviny, 2011.
  • Chci, abys byl (I want you to be: Post-religion Christianity). Prague: Lidové noviny, 2012.
  • Žít s tajemstvím (Vivre avec le mystère), Lidové noviny, Prague, 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « 2014 Prize laureate », sur The Templeton prize, (consulté le 7 août 2014)
  2. (cs) « Curriculum vitae », sur Halik.cz (consulté le 7 août 2014)
  3. CERF, Paris, 2014

Liens externes[modifier | modifier le code]