Toki Yoritoshi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Toki Yoritoshi est un nom japonais traditionnel ; le nom de famille (ou le nom d'école), Toki, précède donc le prénom (ou le nom d'artiste).
Toki Yoritoshi
Toki Yoritoshi.jpg
Fonction
Daimyō
Titre de noblesse
Daimyō
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
Nom dans la langue maternelle
土岐頼稔Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Toki Yoritoshi (土岐 頼稔?) ( - ) est un daimyo de l'époque d'Edo. Il exerce différentes fonctions au sein de l'administration du shogunat Tokugawa, dont Kyoto shoshidai (1734-1732)[1] et rōjū[2].

À un certain moment, un incendie dévaste Heian-kyō, alors capitale du Japon, tandis que Toki Tango-no-kami occupe le poste de Kyoto Shoshidai. Peu de temps après, un astucieux poème qui comprend un jeu de mot sur le nom de Shoshidai est largement diffusé:

Toki mo toki
Tango no gogatsuban ni
kaji dashite
Edo e shiretariya
Mi-shoshi senban[3].
  • La traduction habituelle en anglais est celle de Frederic Shoberl (en), 1822 : « Telle est l'heure à présent : un incendie a éclaté dans la cinquième nuit du cinquième mois. Quand la nouvelle aura atteint Edo, il y aura d'innombrables candidats qui vous harcèleront sans cesse »[2].
  • Une traduction plus littérale de Timon Screech, 2006, donne :
En ce moment même
Un soir de Tango
Un incendie a éclaté
Edo a été informé
Pour le noble gouverneur
Beaucoup d'[ennuis][4].

C'est Kazehaya Yoshizane, le poète du XVIIIe siècle, qui fait rimer Tango (Tango no Sekku), l'un des cinq principaux festivals de l'année (tombant le 5e jour du 5e mois), avec le toponyme, « tango » (province de Tango) du daimyo[4]. Les poèmes de ce genre constituent un élément de la culture populaire de cette période. Les jeux de mot spirituels et opportuns qui associent d'une certaine façon des calembours sur un nom de personne avec un événement d'actualité deviennent à la mode. Ils peuvent susciter une large approbation du public, et de temps en temps de tels poèmes reçoivent même l'approbation de l'empereur[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Screech, Timon. (2006). Secret Memoirs of the Shoguns: Isaac Titsingh and Japan, 1779-1822, p. 241 n77.
  2. a b et c Screech, p. 114.
  3. Screech, pp. 113-114.
  4. a et b Screech, p. 242 n78.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]