Toi Derricotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Toi Derricotte
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Toinette Webster
Nationalité
Formation

Wayne State University Bachelor of Arts 1965,

Master of Arts (littérature anglaise) à la New York University 1984.
Activités
Conjoint
C. Bruce Derricotte
Enfant
Anthony
Autres informations
université de Pittsburgh
Membre de
'Academy of American Poets
Mouvement
Afro-américain
Genre artistique
poète et professeur d'université
Distinctions

Toi Derricotte, née Toinette Webster[1], le 12 avril 1941 à Hamtramck dans l'État du Michigan, est une poète et professeur d'université afro-américaine, elle a été élue chancelière de l'Academy of American Poets en 2012, elle est actuellement professeur émérite de littérature anglaise à l'université de Pittsburgh[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Toi Derricotte est la fille d'Antonia Baquet, une créole originaire de la Louisiane et de Benjamin Sweeney Webster[3], après le divorce de ses parents, elle grandit à Detroit, passant beaucoup de temps dans l'entreprise de pompes funèbres de ses grands parents[4]. Cette proximité de la mort marquera son inspiration poétique autant que son apparence équivoque qui pouvait aussi bien la faire passer pour blanche que pour noire. Après ses études secondaires à la Detroit's Girls Catholic Central High School[5], elle entre à l'université de Wayne State d'où elle sortira avec un Bachelor of Arts en 1965, elle obtiendra plus tard son Master of Arts (littérature anglaise) à l'université de New York en 1984.

En 1964, elle se marrie avec C. Bruce Derricotte, ensemble, ils auront un enfant Anthony[1].

Elle commence sa carrière d'enseignante de manière significative à la Cummington Community and School of the Arts[6] en 1986, puis à l'université Old Dominion de 1988 à 1990, pour rejoindre après l'université George Mason de 1990 à 1991 pour enfin enseigner la littérature anglaise à l'université de Pittsburgh.

En 1996, elle crée avec Cornelius Eady[7] la fondation Cave Canem[8], [9] dédiée à la promotion de la culture afro-américaine. En 2015, ils fondent le Toi Derricotte & Cornelius Eady Chapbook Prize[10].

La poésie de Toi Derricotte est marquée par le vécu ambivalent et tragique d'une afro-américaine à la peau claire, confrontée au racisme américain. C'est de son vécu et des paroles insultantes, méprisantes, avilissantes, que Toi Derricotte, tire son inspiration qui lui permettra de la sauver de la haine, de la déréliction[11]. Ses poèmes, comme son journal The Black Notebooks sont autant de témoignages sur l'exclusion, l'humanisme et sur la condition humaine jouet des apparences[12], [13].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • The Undertaker’s Daughter, éd. University of Pittsburgh Press, 2011[14],[15]
  • Tender, éd. University of Pittsburgh Press, 1997,
  • Captivity, éd University of Pittsburgh Press, 1989,
  • Natural Birth, éd. Firebrand Books, 1983,
  • The Empress of the Death House, éd Lotus Press, 1978.

Prose[modifier | modifier le code]

  • The Black Notebooks: An Interior Journey, éd. W. W. Norton & Company, 1996[16].

Contributions[modifier | modifier le code]

  • Angles of Ascent: A Norton Anthology of Contemporary African American Poetry, éd. W. W. Norton & Company, 2013,
  • Gathering Ground: A Reader Celebrating Cave Canem's First Decade, éd. University of Michigan Press, 2006,
  • Conversations with the World: American Women Poets and Thier Work, éd. Trilogy Publications, 1998.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • National Book Foundation honors group that supports African American poetry, par Ron charles pour le Washington Post, 2016[21],
  • Shaping the World: An Interview with Toi Derricotte, par Misty pour "FemmeLitterate", 2016[22],
  • Acclaimed poet Toi Derricotte closes the book on her harrowing childhood with The Undertaker's Daughter , par Bill O'Driscoll pour le "City Paper" de Pittsburgh, 2011[14],
  • “We Are Not Post-racial:” An Interview with Toi Derricotte, par Elizabeth Hoover pour le magazine "Sampsonia Way", 2010[23],
  • Eva Tansky Blum, Toi Derricotte Named Distinguished Daughters of Pennsylvania, par Eva Tansky pour le PittChronicle, 2009[24],
  • The image and identity of the black woman in the poetry and prose of Toi Derricotte, par thèse soutenue par Miriam Dufer à la California State University, 2005[25],
  • A black poet and teacher chronicles life in a white world, par Benjamin Demott pour le New York Times, 1997[26].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Derricotte, Toi - Dictionary definition of Derricotte, Toi | Encyclopedia.com: FREE online dictionary », sur www.encyclopedia.com (consulté le 2 septembre 2017)
  2. (en) Toi Derricotte, « Toi Derricotte », sur Toi Derricotte, (consulté le 2 septembre 2017)
  3. « Toi Derricotte - Toi Derricotte Biography - Poem Hunter », sur www.poemhunter.com (consulté le 2 septembre 2017)
  4. a et b (en-US) « Toi Derricotte », sur Poetry Foundation, (consulté le 2 septembre 2017)
  5. (en) « Detroit Catholic Central High School », Wikipedia,‎ (lire en ligne)
  6. (en) « Cummington School of the Arts – Special Collections and University Archives », sur scua.library.umass.edu (consulté le 2 septembre 2017)
  7. (en) Cornelius Eady, « Cornelius Eady », sur Cornelius Eady, (consulté le 2 septembre 2017)
  8. (en) « Cave Canem » Mission & History », sur cavecanempoets.org (consulté le 2 septembre 2017)
  9. (en-US) « These Poets Started an Incredible Foundation to Support Other Black Poets », Oprah.com,‎ (lire en ligne)
  10. (en) « Cave Canem » Toi Derricotte & Cornelius Eady Chapbook Prize », sur cavecanempoets.org (consulté le 2 septembre 2017)
  11. hocopolitso, « Poems of Pain, Times of Joy — Toi Derricotte and Lucille Clifton », sur HoCoPoLitSo, (consulté le 2 septembre 2017)
  12. (en-US) « Toi Derricotte: “Weekend Guests from Chicago, 1945” – The Mookse and the Gripes », sur mookseandgripes.com (consulté le 2 septembre 2017)
  13. (en) « A Woman Writer Aging », TriQuarterly,‎ (lire en ligne)
  14. a et b (en) Bill O'Driscoll, « Acclaimed poet Toi Derricotte closes the book on her harrowing childhood with The Undertaker's Daughter. », Pittsburgh City Paper,‎ (lire en ligne)
  15. « Unmasked at Saks », sur Poem Elf, (consulté le 2 septembre 2017)
  16. (en) « From the Black Notebooks | Kenyon Review Online », sur www.kenyonreview.org (consulté le 2 septembre 2017)
  17. (en-US) « Toi Derricotte, A.M. Homes, and Peter Straub To Receive Awards - PEN America », PEN America,‎ inconnue (lire en ligne)
  18. (en-US) « John Simon Guggenheim Foundation | Toi Derricotte », sur www.gf.org (consulté le 2 septembre 2017)
  19. (en-US) « Anisfield-Wolf Book Awards | The 82nd Annual », sur Anisfield-Wolf Book Awards | The 82nd Annual (consulté le 2 septembre 2017)
  20. « Toi Derricotte | NEA », sur www.arts.gov (consulté le 2 septembre 2017)
  21. (en-US) Ron Charles et Ron Charles, « National Book Foundation honors group that supports African American poetry », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne)
  22. (en) « Shaping the World: An Interview with Toi Derricotte », femmeliterate,‎ (lire en ligne)
  23. (en-US) « “We Are Not Post-racial:” An Interview with Toi Derricotte | Sampsonia Way Magazine », sur www.sampsoniaway.org (consulté le 2 septembre 2017)
  24. (en) University of Pittsburgh University Marketing Communications Webteam, « Eva Tansky Blum, Toi Derricotte Named Distinguished Daughters of Pennsylvania | Pitt Chronicle | University of Pittsburgh », sur www.chronicle.pitt.edu (consulté le 2 septembre 2017)
  25. « The image and identity of the black woman in the poetry and prose of Toi Derricotte - ProQuest » (consulté le 2 septembre 2017)
  26. « Passing », sur www.nytimes.com (consulté le 2 septembre 2017)