Togny-aux-Bœufs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune de la Marne
Cet article est une ébauche concernant une commune de la Marne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Togny-aux-Bœufs
La Guenelle à Togny-aux-Bœufs.
La Guenelle à Togny-aux-Bœufs.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Canton Châlons-en-Champagne-3
Intercommunalité Communauté de communes de la Moivre à la Coole
Maire
Mandat
Michel Jacquet
2014-2020
Code postal 51240
Code commune 51574
Démographie
Population
municipale
134 hab. (2014)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 51′ 12″ nord, 4° 26′ 44″ est
Altitude Min. 85 m – Max. 161 m
Superficie 9,98 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Togny-aux-Bœufs

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Togny-aux-Bœufs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Togny-aux-Bœufs

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Togny-aux-Bœufs

Togny-aux-Bœufs est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

La principale rivière arrosant le village est la Guenelle. Le territoire de la commune s'étend du sud-ouest, de la Champagne crayeuse, au nord-est, jusqu'à la vallée de la Marne, qui passe brièvement par la commune[1]. L'altitude se réduit dans cette même direction, de 161 à 85 mètres[2].

Communes limitrophes de Togny-aux-Bœufs
Mairy-sur-Marne Vésigneul-sur-Marne
Togny-aux-Bœufs Pogny
Coupetz Vitry-la-Ville

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Togny-aux-Bœufs aurait été fondé par un général romain nommé Toniacus. Son nom a évolué au fil du temps vers Togny-sur-Guenelle, nom de la rivière longeant le village, pour finalement prendre son nom tel que connu actuellement, a priori du fait que les bœufs ayant servi à la construction de la basilique de l'Épine seraient venus dans les pâtures du village pour prendre quelque repos. La craie utilisée pour la construction pourrait venir également en partie du village.

Moyen-âge[modifier | modifier le code]

En 1375, un capitaine du roi de France, Enguerrand de Coucy, traverse la Champagne avec ses bandes de routiers, au grand dommage du plat pays : « Ainsi les habitants de Togny-en-Champagne se virent-ils  réduits à s’entasser dans des cachettes pour échapper aux terribles gens d’armes. »

Deuxième guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le 20 mai 1940, ordre est donné au 36ème BCC (bataillon de char de combat) de faire mouvement pour assurrer la garde des têtes de ponts sur la Marne à Pogny et Vésigneul. La troisième compagnie du bataillon s'installe à Togny-aux-Bœufs le 21 mai. Dès le 23 mai, cette compagnie quitte le village et est transportée par chemin de fer depuis Châlons vers Berzy-le-Sec (Aisne)[3].

Le 13 juin 1940, après avoir traversé la Marne à Pogny, les chars du détachement Gasc du 41ème BCC - renvoyés vers l'arrière pour réparations - se regroupent à Togny. Le général de Lattre de Tassigny met le capitaine Gasc en demeure, malgré son ordre de mission, de mettre ses chars à sa disposition. Vers 20 heures, les chars pratiquement inutilisables sont dispersés le long de la Marne sur un front de près de 12 kilomètres. Le char 342 CORTON est placé à la lisière Nord de Togny-aux-Bœufs en direction de Vésigneul puis sabordé[4], ainsi que les chars 320 DROME[5] et 316 MOSELLE (ce dernier à court d'essence, entre Togny et Vitry-la-Ville[6]). Le 14 juin, ordre est donné au détachement Gasc de se replier dans le département de l'Aube.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachement cantonal[modifier | modifier le code]

À la Révolution, la commune rejoint le canton de Pogny. Celui-ci est supprimé en 1801 et Togny-aux-Bœufs intègre le canton d'Écury-sur-Coole[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Châlons-en-Champagne-3.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune, antérieurement membre de la Communauté de communes de la Guenelle, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la Communauté de communes de la Moivre à la Coole.

En effet, conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[7], cette Communauté de communes de la Moivre à la Coole est issue de la fusion, au 1er janvier 2014, de la Communauté de communes de la Vallée de la Coole, de la Communauté de communes de la Guenelle, de la Communauté de communes du Mont de Noix et de la Communauté de communes de la Vallée de la Craie[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[9].
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1848 1851 Alexis Gatelet    
1851 1862 Joseph Songy    
1862 1896 Onésime Henry    
1896 1908 Louis Estienne    
1908 1913 Ulysse Gatelet    
1913 1925 Henri Berthemy    
1925 1935 Louis Ollivier    
1935 1944 Louis Mortas    
1944 1971 Robert Berton    
1971 1983 Marc Jeanmaire    
1983 2001 Michel Berton    
2001 en cours
(au 4 juillet 2014)
Michel Jacquet   Réélu pour le mandat 2014-2020[10],[11]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[13],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 134 habitants, en diminution de -2,9 % par rapport à 2009 (Marne : 0,82 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
275 290 296 300 313 327 331 343 381
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
362 333 338 323 331 320 287 270 230
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
219 222 215 189 192 199 171 204 228
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
200 163 153 165 166 161 146 134 134
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006 [14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Brice abrite quatre objets classés monuments historiques : une Vierge à l'Enfant du XIIIe siècle[15], un Christ en croix du XIVe siècle[16], un bas-relief de l'Adoration des mages du XVe siècle[17] et un vitrail représentant l'Annonciation et deux hommes aux côtés d'un évêque, datant de 1520 et compléter au XIXe siècle[18].
  • Le Robinson châlonnais, lieu de détente ;
  • en avion, des sites archéologiques sont repérables ;
  • la mairie ;
  • le cimetière du village comportent de nombreux éléments historiques d'intérêt.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis-Antoine Cagnon (1771-1853), capitaine de cavalerie sous le 1er Empire, chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur[19];
  • Auguste Person, l'inventeur de la jupe à crinoline ;
  • le pilote australien Gordon Edwin Beckhouse, tué par les Allemands en 1944 ;
  • Togny-aux-Bœufs est le village d'origine -au XVIIe siècle- de la famille Chanoine : Jean Louis Chanoine (1787-1872), conseiller général de la Marne et maire d'Épernay de 1840 à 1848, Général Jules Chanoine (1835-1915), conseiller général de la Marne et ministre de la guerre en 1898, maison de champagne Chanoine Frères :
  • Louise-Marie Lévêque (1842-1926), épouse du docteur Jean-Baptiste Langlet, maire de Reims de 1908 à 1919.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN de Togny-aux-Bœufs sur Géoportail (consulté le 23 octobre 2013).
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice de la commune de Togny-aux-Bœufs », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 23 octobre 2013) Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « Cassini » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  3. Antoine MISNER, « 1940 36e BCC - JMO », Chars Français, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  4. « 342 CORTON », Chars Français, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  5. « 320 DROME », Chars Français, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  6. « 316 MOSELLE », Chars Français, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  7. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP),‎ (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  8. « Arrêté préfectoral du 29 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes de la Guenelle, de la Communauté de communes du Mont de Noix, de la Communauté de communes de la Vallée de la Coole et de la Communauté de communes de la Vallée de la Craie », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 ter,‎ , p. 21-24 (lire en ligne [PDF]).
  9. « Les maires de Togny-aux-Bœufs », sur FranceGenWeb,‎ (consulté le 23 octobre 2013)
  10. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  11. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne,‎ (consulté le 19 juillet 2015).
  12. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Notice no PM51001101 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 23 octobre 2013.
  16. Jean Fusier et Sophie Tissier. « Notice no PM51001725 », base Palissy, ministère français de la Culture, 2004. Consulté le 23 octobre 2013.
  17. « Notice no PM51001102 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 23 octobre 2013.
  18. Bruno Decrock. « Notice no IM51000197 », 1989. « Notice no PM51001103 », base Palissy, ministère français de la Culture. Consulté le 23 octobre 2013.
  19. Bulletin des lois de la République Française, vol. 8, Imprimerie nationale des lois, (lire en ligne), p. 34