Togden Rinpoché

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Togden Rinpoché
Togden Rinpoché (à gauche) & Konchog Tharchin Rinpoché (à droite).jpg

Togden Rinpoché (à gauche) avec le représentant de Drikung en France, le Vénérable Lama Konchog Tharchin Rinpoché (à droite).

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section d'une biographie doit être recyclé. (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)

Une réorganisation et une clarification du contenu est nécessaire. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Son Éminence Togden Rinpoché est un Choje (maître du Dharma), le chef spirituel de la tradition Drikung Kagyu au Ladakh. Les Chojes du monastère de Drikung Thil (Tibet) furent envoyés en divers endroits tels que le Mont Kailash, Tsari, Lapchi et le Ladakh. Puisque l'incarnation précédente de Togden Rinpoché était originaire du Ladakh, il devint une tradition que ses réincarnations successives fussent nommées Chojes pour le Ladakh.

Son Éminence Togden Rinpoché serait la réincarnation de l'indien Mahasiddha Hungchen Kara qui s’incarna, plusieurs siècles plus tard, en la personne de Kongbo Togden Tulku, un disciple du 17e détenteur du trône de la lignée Drikung, Rinchen Phuntsog (1509-1557). Les sept réincarnations suivantes sont nées au Tibet et la huitième, au Ladakh.

Konchog Tenzin Thubten Tenpé Gyaltsen, neuvième réincarnation, est le Togden actuel.

Biographie[modifier | modifier le code]

Kyabjé Togden Rinpoché & Le Vénérable Konchog Tharchin Rinpoché.

Fils de Konchog Tsultrim et Kelsang Dolma, il est né en 1939, dans une famille pauvre de Durbuk, petit village situé à 110 km de Leh(Ladakh). À l'âge de deux ans, il perdit sa mère. Sa tante le nourrit au lait de chèvre. Lorsqu'il eut un an et demi, il laissa l'empreinte de son pied dans un rocher. Plusieurs événements miraculeux, autour de sa naissance et après, révélèrent clairement ses qualités supérieures. Le précédent Kyabgon Chetsang Rinpoche, Shiwe Lodro (1886-1943) le reconnut comme l'incarnation de Togden Rinpoché. En 1943, il fut intronisé en tant que Choje Togden Rinpoché au monastère de Sharchukhul, l'un des trois principaux monastères de la lignée Drikung au Ladakh, situé à proximité de son lieu de naissance. Il reçut la formation traditionnelle à un très jeune âge. En 1951, il accompagna son tuteur Gegan Sonam au monastère Yangrigar, à Drikung, au Tibet, où il bénéficia d'une instruction supérieure dispensée par de nombreux maîtres spirituels. Jusqu'en 1954, il étudia au College Drikung Nyima Changra (Institut des Hautes Etudes Bouddhistes). Lorsque la Chine s'empara du Tibet en 1959, il revint au Ladakh avec son tuteur et de nombreux moines ladakhis. Depuis lors, Rinpoché assuma ses responsabilités en prenant en charge les cinquante monastères Drikung du Ladakh tout en y maintenant la tradition Drikung Kagyu.

Rinpoché est détenteur de transmissions spéciales Drikung Kagyu : de Gongchig, Yamantaka, Phowa et Dharmapalas. Il possède également la transmission de Rinchen Terdzo.

Au début de l'année 1967, Rinpoché prit des dispositions pour que l'habilitation de Rinchen Terdzo ait lieu au lac de Tso Pema, à Rewalsar (Inde), un des lieux les plus sacrés de Guru Rinpoché (Padmasambhava). Sa Sainteté Dudjom Rinpoché donna cette habilitation à une grande assemblée de plusieurs milliers de personnes et de trente Tulkus. Par la suite, Dudjom Rinpoché initia Togden Rinpoche afin qu'il devienne son successeur en transmettant à son tour cette grande habilitation de Rinchen Terdzo.

Quelques années plus tard, Rinpoché découvrit plusieurs "lieux sacrés cachés", et révéla également quelques textes trésors de son esprit (dgongs gter). Ses œuvres sont rassemblées dans un volume lequel comprend un bref commentaire sur le Gongchig.

Dans les années 1960, Rinpoché fut le seul chef spirituel de la lignée Drikung détenant toutes sortes de transmissions de pouvoir de la tradition Drikung. Aussi, donna-t-il plusieurs habilitations et transmissions orales aux Drikungpa vivant en Inde et à l'étranger, dont Sa Sainteté Drikung Chetsang Rinpoche, à qui il transmit oralement l'œuvre de Rigzin Chodrak (1595-1659).

En 1974, Togden Rinpoché invita Kyunga Rinpoché (1911-1980) au Ladakh où il ouvrit un centre de méditation à Chushul. Plus tard, le centre de méditation fut déplacé à Lamayuru. Après avoir reconstruit le monastère d’Atitse, situé au Nord-Ouest de Lamayuru, en 1981, Rinpoché y établit une école pour jeunes moines.

En 1978, sous l’autorité de Togden Rinpoché, une grande cérémonie eut lieu à Leh, en l’honneur de sa Sainteté Drikung Kyabgon Chetsang Rinpoche, après sa fuite du Tibet et son retour des États-Unis. Ce fut la première fois que Chetsang Rinpoché et Togden Rinpoché travaillaient ensemble pour renforcer la lignée Drikung Kagyu, au Ladakh. En 1979, le 800e anniversaire de la fondation du monastère de Drikung Thil fut célébré au monastère Phyang, en présence des deux leaders spirituels.

Togden Rinpoché fut le président de l'Association Gompa, de 1972 à 1975. Durant cette période, il assista à des conférences internationales bouddhistes organisées en Espagne, Allemagne, Suisse, France et à Taïwan.

Activités sociales[modifier | modifier le code]

Depuis 1959, Togden Rinpoché entreprit diverses activités tant religieuses que sociales au Ladakh et devint une personnalité populaire. Il travailla sans relâche à élever la conscience spirituelle parmi la population Ladakhi en répondant aux besoins d'une meilleure éducation, parvenant à envoyer de nombreux étudiants à Srinagar et Jammu. La mission principale de Togden Rinpoche à son retour du Tibet, fut de réorganiser la cinquantaine de monastères Drikung du Ladakh.

Durant les enseignements de l’année du Serpent, en 2000 et 2001, au Drikung Kagyu Institute de Dehradun (Inde), il livra de précieuses transmissions orales. Du 12 décembre 2002 au 19 février 2003, le 18e jour du dernier mois du calendrier tibétain - qui se trouve être un jour auspicieux important pour les Drikungpa - il accorda la transmission orale des 101 volumes des préceptes du Bouddha, en l'auspicieuse présence de Sa Sainteté Drikung Kyabgon Chetsang Rinpoche, de Taklung Shabdrung Rinpoché, d’autres Tulkus et Khenpos ainsi que d'une assemblée de plus de 400 moines, moniales et laïcs.

Activités politiques[modifier | modifier le code]

En 1967, Togden Rinpoché fut élu président du Comité d'Action du Ladakh, visant à soutenir les demandes du Ladakh auprès du gouvernement indien. Sous sa direction, le Comité put faire accepter dix demandes par le gouvernement. Ainsi Togden Rinpoché devint-il également un responsable politique réputé. Durant quatre années, Togden Rinpoche fut aussi désigné vice-président du Conseil de Développement du Ladakh. Au cours de cette période, plusieurs plans d'aménagement furent réalisés dans des lieux isolés du Ladakh. Parmi les réalisations majeures, nous pouvons noter le canal Durbuk, le pont Alchi, des lycées et plusieurs collèges, des centres d'aide médicale à Temisgam, Sumoor, Man Merak et Skurbuchen.

Par ailleurs, Togden Rinpoché devint président du National Conference Party à Leh, et fut nommé Membre du Conseil Législatif à l'assemblée de Jammu et du Cachemire. Plus tard, il accéda au poste de Ministre d'État pour les Affaires et la Planification du Ladakh au sein du cabinet du Dr. Farooq Abdullah, l'Honorable Premier Ministre indien. En sa qualité de Ministre d'État, Togden Rinpoché prit diverses mesures pour un développement plus rapide du Ladakh. Il fit de son mieux pour accroître les subventions budgétaires pour la région du Ladakh. Il œuvra pour la construction d'une piste d’atterrissage dans la région reculée de Zanskar et l'édification de la centrale hydroélectrique de Nimoo-Basgo. De même, il proposa d'ouvrir la route de Kailash-Mansarovar pour les pèlerins (Kailash Yatra), malheureusement ce projet ne put aboutir.

En septembre 2002, Togden Rinpoché démissionna de son poste de Ministre d'État qu'il avait occupé pendant six ans. Néanmoins, il continue de travailler pour les ladakhis et la société tibétaine, ainsi que pour tous les êtres en général avec un dévouement sincère envers le Dharma.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]