Toc toc toc (blague)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir toc toc toc.

Les blagues commençant par « Toc toc toc ! » sont des jeux de mots demandant la participation de l'interlocuteur suivant une structure fixe.

Principe[modifier | modifier le code]

L'enchainement classique des répliques est le suivant :

  1. L'humoriste : « Toc toc toc ! »
  2. L'interlocuteur : « Qui est là ? »
  3. L'humoriste : une réponse, généralement un nom ; cette réponse sert à amorcer la blague.
  4. L'interlocuteur : il répète le nom en ajoutant « qui ? ».
  5. L'humoriste : le jeu de mots composé de la première partie du nom.

La première réplique correspond à la répétition de l'onomatopée « toc » dans le but d'imiter le son d'une personne frappant à une porte. Il est possible de ne répéter que deux fois le son.

Exemples[modifier | modifier le code]

Un exemple connu de ce type de blague :

« Toc toc toc !
— Qui est là ?
Sheila.
— Sheila qui ?
— Sheila lutte finale… »

La chute porte sur les premières paroles du refrain de l'Internationale.

Un autre exemple très connu :

– Toc, Toc, Toc.
– Qui est là ?
– Oui.
– Oui qui ?
– Wikipédia !

Dans la culture[modifier | modifier le code]

La chanson de Ray Ventura et ses Collégiens, Toc, toc partout, 1936, musique de Charlys, arrangement de Raymond Legrand et paroles de Maurice Vandair, est entièrement composée de telles blagues. Voici le début du premier couplet :

Il paraît qu'en Amérique
On pratique un jeu nouveau.
Voulez-vous qu'on vous l'explique ?
Et vous verrez, c'est rigolo.

Toc, toc !
Qui vient là ?
C'est Edmond.
C'est Edmond quoi ?
Edmond-nous les uns les autres
D'un amour comme le nôtre…

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]