Tobias Stimmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un graveur image illustrant un peintre image illustrant suisse
Cet article est une ébauche concernant un graveur et un peintre suisse.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Tobias Stimmer
SchaffhausenZumRitter2.jpg

Haus zum Ritter

Naissance
Décès
Activités
Lieu de travail
Portrait de Jacob Schwytzer et de son épouse Elsbeth Lochmann

Tobias Stimmer (7 avril 1539 à Schaffhouse, Suisse - 4 janvier 1584 à Strasbourg, Alsace) est un dessinateur, peintre et graveur d'origine suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Œuvre[modifier | modifier le code]

Très présent dans les villes de Schaffhouse, Strasbourg et Baden-Baden, portraitiste, il fut également à l'origine de peintures murales et d'un grand nombre de gravures (scènes bibliques, allégories, ...) qui furent publiées sous la direction de Sigmund Feyerabend (de) à Francfort-sur-le-Main.

Stimmer fut un des élèves de Hans Holbein le Jeune mais développa son propre style de Maniérisme.

Son œuvre artistique repose surtout sur des peintures murales ainsi que sur des portraits.

gravure sur bois, 1568

Il reste, aujourd'hui entre autres sa peinture murale intitulé "Haus zum Ritter" à Schaffhouse bien que celle-ci doit être restauré. Mais son œuvre la plus significative reste sans aucun doute ses peintures sur l'horloge astronomique de Strasbourg

Il semblerait que ce peintre de concert avec Christopher Murer[Qui ?] travailla avec les faïenciers d'art qu'étaient Hans Heinrich III[Qui ?] et Pfau[Qui ?] aux dessins et peintures figurant sur les magnifiques poêles Winterthur[réf. nécessaire].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Christiane D. Anderson, « Tobias Stimmer », Print Quarterly, vol. 2, no 4, 1985
  • (de) Hans Lieb, « Tobias Stimmers Geburt und Tod », dans Schaffhauser Beiträge zur Geschichte, vol. 67, 1990, p. 255-262.

Liens externes[modifier | modifier le code]