Tobias Michael

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michael.
Tobias Michael

Naissance
Dresde, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès (à 65 ans)
Leipzig, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Activité principale compositeur, Thomaskantor
Ascendants Rogier Michael
Famille Christian Rogier Michael (vers 1593–1637), Samuel Michael (vers 1597–1632), frères

Œuvres principales

  • "Musikalische Seelenlust"

Tobias Michael, né le à Dresde et mort le à Leipzig, est un compositeur et Thomaskantor allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils du compositeur franco-flamand Rogier Michael (1552–1619) et frère des organistes Christian Rogier (vers 1593–1637) et Samuel (vers 1597–1632), il était depuis 1601 chanteur à la cour de Dresde. Puis après 1609, il est allé à l'École régionale de Pforta. Tobias Michael a ensuite étudié la théologie à Leipzig et Wittemberg. En 1619, il est devenu Kapellmeister du prince Schwarzbourg-Sondershausen à l'église de la Trinité (de) à Sondershausen. Après un incendie dévastateur de la ville en 1621, lors duquel l'église a été complètement détruite, Michael a obtenu un poste d'échevin.

En 1631, il a pris la succession de Johann Hermann Schein comme Thomaskantor de la Thomasschule de Leipzig. Son successeur a été en 1657 Sebastian Knüpfer.

Nous avons de Michael deux recueils de motets et de concerts spirituels sous le titre de Musikalische Seelenlust (1634-1637) ainsi que des pièces vocales occasionnelles de six à huit voix (motets principalement pour les mariages et les funérailles). Le style est très influencé par celui largement diffusé en Allemagne à cette époque : le style de l'École vénitienne.

Tobias Michael a composé les motets pour ses propres funérailles plusieurs années avant son décès[1].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 2 : H-O, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4 728 p. (ISBN 2-221-06787-8), p. 2 766
  • (de) Moriz Fürstenau, « Michael, Rogier », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 21, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 674-676 (dort erwähnt)
  • (de) Horst Leuchtmann, « Michael. », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 17, Berlin 1994, Duncker & Humblot, p. 422–423 (original numérisé). (Familienartikel)
  • Martin Geier (Hrsg.): Köstliches Aqua vitae Oder Lebens-Wasser ... Betrachtet bey Christlicher Leichenbestattung Des ehrenvesten, Vor Achtbaren und Wohlgelahrten Herrn Tobiae Michaelis, Weitberühmten Musici, ... am Tage seiner Begräbnis, Welcher war der 30. Junii Anno 1657. Nachdem er auff dieser Welt gelebet 65. Jahr und 13. Tage. Köler, Leipzig 1657 [Leichenpredigt]
  • Emil Kneschke: Zur Geschichte des Theaters und der Musik in Leipzig. Fleischer, Leipzig 1864, S. 166
  • Friedrich Lampadius: Die Kantoren der Thomasschule zu Leipzig. Ein biographisches Denkmal deutschen Tonmeistern gewidmet. Steffen, Leipzig 1902, S. 17f
  • Arnold Schering: Musikgeschichte Leipzigs in drei Bänden. Zweiter Band: von 1650 bis 1723. Kistner & Siegel, Leipzig 1926
  • Alfred Baumgartner: Propyläen Welt der Musik. Die Komponisten. Ein Lexikon in fünf Bänden, Vierter Band: Mendelsohn - Sarti. Bearb. Ausg., Propyläen, Berlin et Francfort-sur-le-Main 1989, S. 40

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christliche Gedancken über den mühseligen Lebenslauff Hn. Tobias Michael, Chori Musici Directoris allhier, Welcher er etliche Jahr vor seinem seligen Absterben mit eigener Hand 5. Stimmig gesetzt, und bey seiner Beerdigung zu musiciren begehret, welches geschehen den 30. Junii 1657. Hahn, Leipzig 1657

Liens externes[modifier | modifier le code]