Tlatet Eddouar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tlatet Eddouar
Noms
Nom arabe ثلاثة الدوائر
Administration
Pays Drapeau de l'Algérie Algérie
Région Titteri
Wilaya Médéa
Daïra Seghouane
Code postal 26570
Code ONS 2645
Démographie
Population 7 632 hab. (2008[1])
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 58′ 51″ nord, 2° 57′ 48″ est
Altitude Min. 698 m
Max. 698 m
Superficie 136 km2
Localisation
Localisation de Tlatet Eddouar
Localisation de la commune dans la wilaya de Médéa.

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte administrative d'Algérie
City locator 14.svg
Tlatet Eddouar

Géolocalisation sur la carte : Algérie

Voir la carte topographique d'Algérie
City locator 14.svg
Tlatet Eddouar

Douair, également connue sous le nom francisé de Tléta des Douairs, est une commune de la wilaya de Médéa en Algérie, dont le village-centre, créé en 1921, portait le nom d'Arthur durant la période de la colonisation.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tlatet Eddouar
Zoubiria, Ouled Deide
Seghouane Tlatet Eddouar Rebaia
Meftaha, Ouled Maaref, El Ouinet , Aïn Boucif

La commune est traversée par la route nationale 60, qui se raccorde au nord-ouest, à Seghouane, à la Nationale 1 (vers Médéa, Alger), et mène au sud-est à Aïn Boucif).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les noms Tlatet Eddouar/Tléta des Douairs évoque la tribu appelée « Douairs » par les autorités coloniales, tribu qui, en liaison avec celle des « Zmalas », a joué un rôle au début de la conquête de l'Algérie, à l'époque de l'émir Abd el-Kader[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une catastrophe climatique (1879)[modifier | modifier le code]

Le 28 mars 1879, cet endroit a connu un accident climatique exceptionnel[3] : au cours d'une manœuvre de routine, une colonne de l'Armée Française, comprenant 350 zouaves du 1er régiment de tirailleurs algériens, emmenés par le sous-lieutenant François Collas a été prise dans un ouragan tellement froid qu'en quelques heures, la colonne a été prise d'une épidémie de congélation. 19 soldats en sont morts et 30 ont été blessés.

Ce désastre au cours duquel le futur général François Collas a fait preuve de courage et de dévouement pour ses troupes[4] a permis à la médecine militaire d'étudier les causes des épidémies de froid et de les combattre.

Les origines du village d'Arthur[modifier | modifier le code]

Arthur est le nom d'une touriste anglaise qui, passant par ces contrées désertiques, déplorait qu'il n'y eut une seule auberge pour prendre le thé de cinq heures. Sans descendants, elle fit savoir qu'elle ferait un don important pour l'édification d'un village à condition qu'il portât son nom.

Ce qui a été réalisé en 1921 avec la création du centre de colonisation d'Arthur, un des derniers créés en Algérie pour des immigrants agricoles ; chaque colon recevait un lot de 65 ha d'une terre aride à la limite du désert.

Notes et références[modifier | modifier le code]